Pourquoi Nicolas Sarkozy multiplie-t-il les commissions ?

Enquete · 30 août 2007 à 14:50

Les commissions de Sarkozy

Revue de presse du 30 Août 2007.

Après la commission sur la rénovation des institutions à laquelle participe Jack Lang, celle sur la libération de la croissance française présidée par l'ancien conseil de François Mitterrand, Jacques Attali, Nicolas Sarkozy a proposé à Michel Rocard de participer à une commission sur la valorisation du métier d'enseignants. Outre le fait que la création de ces commissions permet à Nicolas Sarkozy de poursuivre son ouverture politique afin d'assécher définitivement le Parti Socialiste, ce type de commission est devenu un nouveau mode d'exercice du pouvoir. A chaque problème complexe, une commission est créée.


La presse revient aujourd'hui sur la multiplication de ces commissions. Le Figaro s'interroge sur les conséquences de cette pratique : "La multiplication des commissions pose la question du périmètre des ministères". Le travail de ces commissions ne doit pas s'étaler dans le temps. "Sarkozy donne un mois à Attali pour rendre ses premières propositions" précise Libération. De plus, le chef de l'Etat souhaite traiter toutes les questions en même temps. "Michel Rocard accepte à son tour une mission d'ouverture" indique Le Monde.

La tradition des commissions

Traditionnellement, le pouvoir exécutif crée des commissions sur des questions précises, pour résoudre un problème particulier. Ce sont souvent les parlementaires qui sont sollicités. Dans la plupart des cas, la création de telles commissions était un moyen pour le pouvoir de gagner du temps et de noyer le poisson en repoussant à une date ultérieure les décisions. En 2005, un rapport avait recensé pas moins de 350 commissions.

Les commissions de Sarkozy, une stratégie électorale

La plupart des commissions créées par Nicolas Sarkozy lui ont permis de récupérer des personnalités politiques de gauche : Jack Lang, Jacques Attali, Michel Rocard. En les sollicitant, le chef de l'Etat brouille le paysage politique et rend moins clair la frontière droite-gauche. Cette stratégie politique délibérée a pour but de déstabiliser le Parti Socialiste à quelques mois des élections municipales. On dit le président de la République obsédé par ces élections qui s'annoncent délicates pour la droite. De nombreuses villes de droite pourraient basculer à gauche. A Bordeaux, Alain Juppé pourrait perdre la mairie. A Paris, la candidate UMP semble battue d'avance. En pratiquant l'ouverture, Nicolas Sarkozy cherche donc à affaiblir la gauche.

La liste des commissions Sarkozy s'allonge

La commission Balladur, à laquelle participe Jack Lang, est chargée de réfléchir et de faire des propositions sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions de la Ve République. La commission sur le statut des enseignants à laquelle participe Michel Rocard doit faire des propositions concrètes pour revaloriser le travail des profs tout en leur permettant de travailler plus pour augmenter leur pouvoir d'achat. Quant à la commission de Jacques Attali, elle dispose d'un mois pour faire des propositions concrètes pour relancer la croissance économique. II existe aussi d'autres commissions, moins médiatiques, sur le téléchargement illégal, ou sur le plan Alzheimer.

Que reste-t-il aux ministres ?

A force de créer des commissions dans tous les domaines d'intervention de l'Etat, la question du rôle des ministères se pose. La commission de Jacques Attali doit proposer des mesures pour favoriser la croissance, mais dans le même temps, il existe déjà un secrétaire d'Etat à la prospective économique en la personne d'Eric Besson. De même, que reste-t-il au ministère de l'Education si les propositions de réforme émanent d'une autre instance ? En réalité, en plus de l'ouverture politique, la création de ces commissions permet à Nicolas Sarkozy de garder la main sur tous les dossiers. C'est une autre façon de montrer qu'il n'y a qu'un seul pilote aux manettes du pouvoir : Nicolas Sarkozy.

*** Liens

Encyclopédie
- Qu'est-ce qu'une TVA sociale ?
- Qu'est-ce que la commission des finances ?

Economie et politique
- Eric Besson : quand le secrétaire d'Etat à l'économie critiquait le programme de Sarkozy en février
- Economie : les promesses des candidats étaient intenables

La politique en questions
1. Quelle est la différence entre Démocratie et République ?
2. Quels sont les fondements de la République française ?
3. Pourquoi la Grande Bretagne n'a-t-elle pas de constitution ?
4. Qui a le droit de vote en France ?
5. Pourquoi le droit de vote des femmes a-t-il été aussi tardif en France ?
6. Pourquoi a-t-on tardé en France à instaurer le vote secret ?
7. Qui fabrique le bulletin de vote ?
8. Quel est le parcours du bulletin de vote ?
9. Quels sont les résultats des élections présidentielles en millions de voix depuis 1981 ?
10. Qui sont les 23 présidents de la République française depuis 1848 ?
11. Comment étaient désignés les présidents de la République avant 1965 ?
12. Quelles sont les surprises des élections présidentielles depuis 1981 ?
13. Quelles sont les innovations des portraits présidentiels sous la Ve République ?
14. Quel est le rôle de la "première dame de France" ?
15. Pourquoi la santé des présidents est-elle tabou ?
16. Qui assure la sécurité du chef de l'Etat ?
17. Législatives, quelle est la spécificité du scrutin majoritaire français ?
18. Qu'est-ce que le découpage électoral ?
19. Comment les présidents de la Ve République ont-ils choisi leur Premier ministre ?
20. Quelle est la durée de vie d'un Premier ministre en politique ?
21. Comment le président de la République et le Premier ministre choisissent-ils le nom des ministères ?
22. Quelle est la durée de vie d'un ministre en politique ?
23. Pourquoi le nombre de députés à l'Assemblée Nationale risque-t-il d'augmenter ?
24. A quoi sert le Sénat ?
25. Quel est le rôle du Conseil constitutionnel ?

Commentaires