Anne Hidalgo, la numéro 2 de la mairie de Paris

Thematiques · 21 fév. 2008 à 23:34

Anne Hidalgo

Dans un parti dominé par des hommes, Anne Hidalgo est l'une des rares femmes qui montent au Parti Socialiste. Première maire adjointe à la mairie de Paris depuis 2001, bras droit de Bertrand Delanoë, son ascension rapide au PS n'a débuté qu'en 1994. Aujourd'hui, celle qui peut prétendre à la succession de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris quand celui-ci se consacrera à un destin national, continue à creuser son sillon à gauche, et se tient prêt pour assurer la relève le cas échéant.


Politique.net propose une série de 20 portraits de personnalités politiques du Parti Socialiste qui pourraient compter dans un avenir proche. La victoire de Ségolène Royal lors de la primaire socialiste en 2006 avait montré l'envie des militants de tourner la page des Eléphants du PS. Exit Jospin, Fabius, DSK, Hollande. En 2008, un congrès exceptionnel doit se tenir pour désigner le successeur de François Hollande. Qui va prendre le contrôle du PS ?

Portrait d'Anne Hidalgo (Série 19/20)

Origines et formation

Anne Hidalgo est née le 19 juin 1959 à San Fernando, près de Cadix. Deux ans après sa naissance, elle quitte l'Espagne avec ses parents et sa soeur Marie pour s'installer à Lyon où elle fait toutes ses études. Anne Hidalgo a une formation universitaire. Elle est diplômée d'une Maîtrise de sciences sociales du travail qu'elle passe à Lyon ainsi que d'un DEA de droit social et syndical qu'elle obtient à Nanterre (en région parisienne). En 1982, elle passe le concours national de l'Inspection du travail et après avoir fait son stage dans la Loire, devient titulaire de son poste d'inspectrice du travail en 1984. Elle est nommée dans le Val de Marne. C'est cette année-là qu'elle s'installe dans le 15ème arrondissement de Paris.
Elle exerce son métier d'inspectrice pendant 9 ans. En 1991, elle est nommée directrice de l'Institut national du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle à Paris. En 1993, elle fait partie de la délégation à la formation professionnelle au ministère du Travail. Elle doit notamment communiquer avec les partenaires sociaux en ce qui concerne les politiques de formation professionnelle. Etroitement liée aux organisations syndicales comme aux différentes entreprises, elle négocie les accords de ces formations. Deux ans plus tard, elle part à Genève où elle est mandatée au bureau international du travail pour trois mois. Sa mission consiste à réfléchir sur l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. En 1996, elle est chargée de mission auprès du Directeur du personnel de la Compagnie Générale de Eaux. Elle s'occupe alors du Droit social et des relations sociales au sujet des 35 heures et des différents problèmes concernant le droit du travail.

Ses premières fonctions dans les cabinets ministériels (1997-2002)

Elle entre au Parti socialiste en 1994. Dès 1997, elle collabore avec Martine Aubry en devenant conseillère technique de son Cabinet. Au ministère de l'Emploi et de la Solidarité, elle s'occupe des dossiers concernant la formation professionnelle.
L'année suivante, elle entre au cabinet de Nicole Péry. Celle-ci est la Secrétaire d'Etat auprès de Martine Aubry. Anne Hidalgo est chargée des Droits des femmes et de la Formation professionnelle. Elle travaille sur l'élaboration de lois sur la parité, les emplois jeunes...
En 2000, elle collabore avec la Garde des Sceaux, Marylise Lebranchu. Elle s'occupe des dossiers concernant les questions sociales. Elle doit notamment organiser les négociations entre syndicat et patronat au sujet des 35 heures. En 2002, lors de la campagne présidentielle, Lionel Jospin la choisit pour être son porte-parole pour les questions d'éducation.

Secrétaire nationale chargée de la culture et des médias (2003-2007)

En 2003, elle est désignée au sein du parti socialiste pour occuper le poste de secrétaire nationale chargée de la culture et des médias. Elle prend notamment position en ce qui concerne le téléchargement. En 2005, lors des débats sur la loi DADVSI (Droit d'auteur et droits voisins dans la société de l'information), elle s'oppose à son parti qui souhaite amender sur la licence globale pour le téléchargement. Pour elle, la licence globale qui permettrait aux « pirates » de télécharger de la musique en toute légalité contre une somme forfaitaire, serait une véritable menace pour la culture. Les socialistes se rangent derrière son point de vue au Sénat mais pas à l'Assemblée nationale.

Première adjointe à la Mairie de Paris et conseillère régionale (2001-2007)

Si Anne Hidalgo s'intéresse aux affaires sociales ainsi qu'aux questions concernant le droit du travail, c'est surtout une carrière d'élue locale qui va l'a faire connaître du grand public. En mars 2001, aux élections municipales, elle se présente dans le 15ème arrondissement de Paris et obtient 26,5 % des suffrages au premier tour face à trois listes de droite. Elle est battue au second tour par la liste réunissant Édouard Balladur et le maire sortant René Galy-Dejean. Néanmoins, elle est élue conseillère municipale d'opposition du 15e arrondissement. Bertrand Delanoë la nomme première adjointe à la Mairie de Paris. Elle est chargée de s'occuper de la parité hommes/femmes.
Lors des élections législatives de juin 2002, elle se présente de nouveau dans la 12ème circonscription de Paris (comprenant le 15ème arrondissement) mais perd de nouveau face à Edouard Balladur qui remporte l'élection, dès le premier tour, avec 54,2 % des suffrages. En 2004, aux élections régionales, elle est élue en Ile-de-France sur la liste de Jean-Paul Huchon.

Candidate aux municipales 2008 dans le 15ème arrondissement de Paris

Anne Hidalgo se présente de nouveau aux élections municipales à Paris dans le 15ème arrondissement. Elle est tête de liste du Parti socialiste. Face à elle, deux candidats : le député UMP, Philippe Goujon et le maire sortant René Galy-Dejean, exclu de l'UMP lors de sa défaite aux élections législatives en 2007. Anne Hidalgo rassemble sur sa liste toutes les sensibilités de gauche : socialistes, communistes, radicaux et MRC (Mouvement républicain et citoyen). Même si Philippe Goujon est donné favori dans un arrondissement de tradition de droite, la candidate compte remporter l'élection grâce à ses soutiens partisans ainsi que sa bonne connaissance de l'arrondissement, de ses problèmes ainsi que de ses besoins. Pour sa défense, elle dénonce le fait que les principaux candidats appartenant à la liste de Philippe Goujon n'habitent pas le 15ème arrondissement. Pour Anne Hidalgo, les priorités sont le logement, les transports et l'école.

*** Liens

La situation du Parti Socialiste
- Qui sont les éléphants du PS ?
- Quelles sont les différences idéologiques au sein du PS ?
- Les divisions du Parti Socialiste : le PS officiel, le PS parlementaire, le PS des éléphants
- Congrès du PS : les "reconstructeurs" contre Royal et Delanoë
- Ségolène Royal, les raisons d'une défaite qu'elle ne reconnaît pas

Les électrons libres
- Benoit Hamon, le fondateur du Nouveau Parti Socialiste
- Arnaud Montebourg, le trublion du PS
- Gaëtan Gorce, un homme politique discret qui s'affirme
- Manuel Valls, un social-libéral au Parti Socialiste
- Vincent Peillon, un docteur en philosophie qui veut devenir Premier secrétaire du PS

Les proches de Ségolène Royal
- Jean-Marc Ayrault, l'incontournable président du groupe socialiste à l'Assemblée
- Jean-Louis Bianco, la seconde jeunesse du Secrétaire général de Mitterrand
- Julien Dray, un dirigeant socialiste aux multiples facettes
- Aurélie Filippetti, la plus proche conseillère de Ségolène Royal
- François Rebsamen, un fin connaisseur des arcanes du PS

Les proches de Dominique Strauss-Kahn
- Jean-Christophe Cambadélis, le successeur de DSK ?
- Jean-Marie Le Guen, le spécialiste des questions de santé au PS
- Pierre Moscovici, le spécialiste de l'Europe au PS

Les proches de Laurent Fabius
- Guillaume Bachelay, la plume de Laurent Fabius
- Claude Bartolone, le bras droit de Laurent Fabius
- Henri Weber, le co-fondateur de la LCR devenu fabiusien

Les proches de François Hollande
- Stéphane Le Foll, le bras droit de François Hollande
- Bruno Le Roux, un cadre du Parti Socialiste encore méconnu du grand public

Commentaires