Arnaud Montebourg, le trublion du PS

Thematiques · 18 oct. 2007 à 23:30

Arnaud Montebourg

Portrait d'Arnaud Montebourg.
A 45 ans, Arnaud Montebourg est une figure montante du Parti Socialiste. Après avoir fondé le NPS au lendemain de la défaite de Lionel Jospin à la présidentielle de 2002, il a soutenu Ségolène Royal en 2007. Mais depuis la défaite de la candidate socialiste, il semble avoir repris sa liberté sans toutefois participer au lynchage de la présidente de la région Poitou-Charentes. (Série 2/20)

Pendant un mois, Politique.net propose une série de 20 portraits de personnalités politiques du Parti Socialiste qui pourraient compter dans un avenir proche. La victoire de Ségolène Royal lors de la primaire socialiste en 2006 avait montré l'envie des militants de tourner la page des Eléphants du PS. Exit Jospin, Fabius, DSK, Hollande. En 2008, un congrès exceptionnel doit se tenir pour désigner le successeur de François Hollande. Qui va prendre le contrôle du PS ?

Origines et formation

Arnaud Montebourg est né le 30 octobre 1962 à Clamecy dans la Nièvre. Son père est fonctionnaire dans l'administration fiscale et sa mère est professeur d'espagnol et essayiste. En 1980, il entre à l'Université de Dijon pour faire des études de droit. Très vite, il entre au syndicat étudiant de gauche, l'UNEF, puis rejoint le Parti Socialiste. C'est à Paris I - Panthéon-Sorbonne qu'il valide sa licence de droit avant d'entrer à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po). Il y ressort diplômé mais échoue au concours d'entrée à l'ENA, à cause d'un 3, éliminatoire à l'épreuve de droit de l'ENA. En 1989, il obtient le CAPA pour exercer la profession d'avocat. Avocat Commis d'office, c'est lui notamment qui va défendre, en 1995, Christian Didier, assassin de l'ancien chef de la police de Vichy, René Bousquet. Orateur brillant, Montebourg aime plaider pour des causes.

Ses premiers pas en politique : des combats solitaires

Aux législatives de 1986, Montebourg colle des affiches pour son ami de Sciences po Thierry Mandon, qui va devenir le plus jeune député de France. Pendant quelques années, Arnaud Montebourg exerce la profession d'avocat mais très vite, il s'oriente vers la vie politique.
Elu député de Saône et Loire en 1997 à 35 ans, Arnaud Montebourg fait figure de trublion au sein du Parti Socialiste. Il se fait très vite remarquer par son culot et par sa verve même s'il mène souvent des combats solitaires. Avec Vincent Peillon, il anime la mission parlementaire d'information sur le blanchiment en Europe sans obtenir le réel soutien des députés. De même, à partir de 2001, il multiplie les attaques contre Jacques Chirac. Il veut traduire le président de la République devant la commission d'instruction de la Haute Cour de Justice pour toutes ses affaires judiciaires. Mais il n'est pas suivi par Lionel Jospin et le PS.

Son obsession : la VIe République

Après ses attaques manquées contre Jacques Chirac, Arnaud Montebourg se consacre à une autre cause : la rénovation des institutions de la Ve République. Il souhaite que la France change de régime et passe à la VIe République. En mai 2001, il crée l'association "Convention pour la sixième République" (C6R). Il veut limiter les pouvoirs du président de la République et renforcer ceux d'un Premier ministre mieux contrôlé par un parlement qui serait l'acteur central de la vie politique. Autrement dit, il souhaite que la France passe à un régime purement parlementaire. La VIe République devient l'obsession d'Arnaud Montebourg au point que ce dernier refuse la synthèse de 2005 lors du congrès socialiste car la proposition de VIe République n'a pas été retenue.

Le co-fondateur du NPS

Après la défaite cinglante de Lionel Jospin à la présidentielle de 2002, Arnaud Montebourg tente de peser sur la rénovation du Parti Socialiste. Avec Benoit Hamon, Julien Dray et Vincent Peillon, il crée un courant, le NPS, Nouveau Parti Socialiste.
L'objectif affiché est de créer un courant majoritaire pour prendre le parti et contourner les écuries des éléphants socialistes (Hollande, Strauss-Kahn, Fabius). Le NPS se situe plutôt à la gauche du PS mais ne parvient pas à s'imposer, faute d'unité. En 2005, lors des négociations au congrès du Mans pour la rédaction du texte de synthèse qui arrête la position du PS pour la présidentielle, il quitte la réunion en désaccord total avec ses amis du NPS, notamment Vincent Peillon et Henri Emmanuelli. Il leur reproche d'avoir bradé les idées du mouvement en ayant accepté la synthèse alors que l'instauration de la VIe République ne figure même pas dans le texte. Quelques semaines plus tard, après avoir quitté le NPS, il fonde avec ses amis un autre courant, "Rénover maintenant".

Sa prise de position lors de la primaire socialiste de 2006

S'étant abstenu lors de l'adoption en bureau national du projet des socialistes pour 2007, il renonce le 13 juillet 2006 à présenter sa candidature à l'investiture socialiste pour la candidature à l'élection présidentielle de 2007, faute d'obtenir les trente signatures nécessaires de membres du conseil national du PS. Le 24 juillet 2006, il apporte officiellement son soutien à la candidature de Ségolène Royal à l'investiture pour la présidentielle de 2007.

Le porte-parole de la candidate socialiste à la présidentielle de 2007

Arnaud Montebourg est le premier vrai soutien de Ségolène Royal au sein du parti. Ayant rejoint la candidate assez tôt, il est récompensé par son ralliement en étant propulsé porte-parole de la candidate pendant la campagne. Provocateur, amateur de bons mots, Arnaud Montebourg s'avère être un porte-parole incontrôlable. En janvier 2007, alors que la campagne n'a à peine commencer, il fait une bourde lors de l'émission "Le grand journal de Canal +". A la question de Michel Denizot, "quel est le défaut de Ségolène Royal ?", il avait déclaré que c'était son compagnon, François Hollande. Pour cet humour maladroit, il a été suspendu par Ségolène Royal de ses fonctions de porte-parole pour une durée d'un mois. Du jamais vu.

L'après 2007

Si Arnaud Montebourg n'a pas participé au lynchage médiatique contre Ségolène Royal après une nouvelle défaite du PS à la présidentielle, il semble qu'il ait pris ses distances avec la présidente de la région Poitou-Charentes. En 2008, lors du prochain congrès du Parti Socialiste, Arnaud Montebourg veut pouvoir peser sur l'orientation du parti. S'il ne brigue pas directement la fonction de Premier secrétaire, nul doute qu'il choisira de soutenir la personnalité la mieux placée pour faire partie de la nouvelle direction. Malgré sa prise de distance avec Ségolène Royal en cette fin d'année 2007, il pourrait tout de même la soutenir au congrès de 2008 si elle s'avère être en passe de l'emporter.

*** Liens

Le Parti Socialiste
- Qui sont les éléphants du PS ?
- Quelles sont les différences idéologiques au sein du PS ?
- Les divisions du Parti Socialiste : le PS officiel, le PS parlementaire, le PS des éléphants

La jeune garde socialiste
- Arnaud Montebourg réunit les jeunes rénovateurs du PS en août 2007
- Benoit Hamon, le fondateur du Nouveau Parti Socialiste

Vidéos en ligne
- La bourde sur Canal + en janvier 2007
- Montebourg soutenait Bayrou en 2002

Commentaires