Manuel Valls, un social-libéral au Parti Socialiste

Thematiques · 22 oct. 2007 à 23:50

Manuel Valls

Portrait de Manuel Valls.
A 45 ans, le député-maire d'Evry, Manuel Valls, multiplie les coups d'éclat médiatiques depuis la défaite de Ségolène Royal lors de la présidentielle de 2007. Partisan d'une refonte totale du corpus idéologique du Parti Socialiste, il n'hésite pas à aller jusqu'à évoquer le possible changement de nom du parti. Au sein du parti, Manuel Valls est à part. Ce quadragénaire incarne la tendance social-libérale au PS. (Série 4/20)

Pendant un mois, Politique.net propose une série de 20 portraits de personnalités politiques du Parti Socialiste qui pourraient compter dans un avenir proche. La victoire de Ségolène Royal lors de la primaire socialiste en 2006 avait montré l'envie des militants de tourner la page des Eléphants du PS. Exit Jospin, Fabius, DSK, Hollande. En 2008, un congrès exceptionnel doit se tenir pour désigner le successeur de François Hollande. Qui va prendre le contrôle du PS ?

Origines et formation

Manuel Valls est né le 14 Août 1962 à Barcelone en Espagne. Fils d'un artiste peintre espagnol réfugié en France, Manuel Valls obtient la nationalité française grâce à une procédure de naturalisation. En 1980, à l'âge de 17 ans, il adhère au Parti Socialiste pour soutenir Michel Rocard. Au sein du PS, il appartient à la deuxième gauche, celle de Rocard, pragmatique, contre celle de Mitterrand, plus à gauche. Pendant ses études d'histoire à l'université Paris 1-Tolbiac, il entre au syndicat étudiant socialiste, l'UNEF-ID. Mais c'est surtout au sein des réseaux rocardiens que Manuel Valls va trouver sa place.

Une ascension politique très rapide

En 1986, alors qu'il n'a que 24 ans, il est élu au conseil régional d'Ile de France. Deux ans plus tard, il entre au cabinet du Premier ministre, Michel Rocard, en charge des relations avec le parlement. Après la démission de Rocard en 1992, il retrouve son poste au conseil régional d'Ile de France, qu'il ne quittera qu'en 2002.
En 1997, il échoue au premier tour des élections législatives dans la 5ème circonscription du Val-d'Oise. Mais sa carrière politique rebondit aussitôt grâce à une nouvelle nomination dans un cabinet ministériel. Il devient conseiller pour la communication et la presse auprès du Premier ministre, Lionel Jospin. C'est notamment à ce poste qu'il noue des liens avec des membres du New Labor de Tony Blair.

Député-maire d'Evry (2001-2007)

En mars 2001, Manuel Valls est élu maire d'Evry dans l'Essonne. L'année suivante, il devient député de la 1ère circonscription de l'Essonne. Cinq ans plus tard, il est réélu très confortablement avec 60,12% des voix. Sa gestion de la mairie d'Evry est particulièrement remarquée. Homme de gauche, il défend les couches populaires mais refuse l'angélisme sur les questions sécurité. Lors des émeutes de l'automne 2005, il est le seul socialiste à s'abstenir de critiquer l'instauration du couvre-feu. Pour refuser la ghettoïsation d'un quartier d'Evry, il n'a pas hésité à s'opposer à l'installation d'un supermarché halal dans sa commune.
Ainsi, sur les questions de justice, d'immigration ou à propos de la lutte contre la criminalité, Manuel Valls défend souvent des positions assez éloignées de la ligne officielle du PS.

Un social-libéral qui agace au PS

Au Parti Socialiste, ses adversaires le désignent comme un homme à droite de la gauche ou de centre-gauche. Lui préfère se présenter comme un partisan d'un social-libéralisme à la française. Selon lui, la société de marché, le travail, la lutte contre l'insécurité, la refonte de la loi de 1905 sur la laïcité ne doivent plus être des questions taboues à gauche. Après la défaite de Ségolène Royal lors de la présidentielle de 2007, il s'en est pris violemment à François Hollande, qu'il accuse d'immobilisme et d'être à l'origine de tous les échecs du PS faute d'avoir fait évolué le parti.
Partisan d'une profonde rénovation de la gauche, il multiplie les coups d'éclat depuis la fin de la séquence électorale de 2007. Il se considère comme un pragmatique, qui veut expérimenter ce qui marche, au risque de bousculer les orthodoxes du PS. Ainsi, lorsqu'un journaliste l'interroge sur l'omniprésence de Sarkozy dans les médias, il rétorque que cela ne le choque pas. Au contraire, il préfère insister sur l'incapacité des socialistes à créer le débat, à innover. Sa stratégie du coup d'éclat médiatique lui permet de sortir du lot. Dernièrement, il a même évoqué publiquement la possibilité de changer le nom du Parti Socialiste pour entériner la modernisation de la gauche.

Quel avenir politique pour Manuel Valls ?

Ses dernières interventions médiatiques ont été peu appréciées au sein du Parti Socialiste. Arnaud Montebourg, pourtant spécialiste des provocations et ami de Manuel Valls, déplore la stratégie de ce dernier. Mais Manuel Valls tient bon. Fort de sa réélection dans sa circonscription avec 60% des voix, il est persuadé que son positionnement correspond le mieux à l'évolution de la société. Si Nicolas Sarkozy a été largement élu, c'est parce qu'il a réussi à attirer à lui les couches populaires qui votaient à gauche mais qui ont été sensibles à un discours sur l'ordre et la sécurité. Sur ces questions, comme sur d'autres, Manuel Valls veut faire évoluer le PS. Selon lui, le parti doit actualiser sa doctrine pour devenir un parti social-démocrate acceptant de gouverner avec le centre.
Isolé au sein du PS, il reste convaincu que sa stratégie est la bonne et ne cherche pas forcément à rejoindre un courant de quadragénaire comme celui de Montebourg ou Peillon. D'ailleurs, il vient de lancer son propre club de réflexion "Cercle 21, Gauche et modernité". A défaut d'avoir un réseau de soutien suffisamment important parmi les cadres du parti pour lui permettre de devenir Premier secrétaire en 2008, Manuel Valls compte bien peser sur l'orientation politique du PS.

*** Liens

La situation du Parti Socialiste
- Qui sont les éléphants du PS ?
- Quelles sont les différences idéologiques au sein du PS ?
- Les divisions du Parti Socialiste : le PS officiel, le PS parlementaire, le PS des éléphants
- Ségolène Royal, les raisons d'une défaite qu'elle ne reconnaît pas

La relève
- Benoit Hamon, le fondateur du Nouveau Parti Socialiste
- Arnaud Montebourg, le trublion du PS
- Gaëtan Gorce, un homme politique discret qui s'affirme

_____________________________________________________
Quiz : Quelle institution internationale a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods ?

Commentaires