Eric Woerth, le ministre de la rigueur budgétaire

Thematiques · 4 avr. 2008 à 23:08

Eric Woerth

Le chef de l'Etat a annoncé 166 mesures pour économiser 7 milliards d'euros. En pleine crise financière mondiale et au moment où la croissance française marque le pas, les déficits publics n'ont jamais été aussi importants. Ces annonces ont été faites dans le cadre de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP). Après le conseil de décembre et celui de mars, un dernier conseil de modernisation des politiques publiques doit se tenir au mois de juin. Eric Woerth, ministre des comptes, souhaite que 5 milliards d'économies supplémentaires soient de nouveau trouvés.
Ancien trésorier de l'UMP, Eric Woerth occupe un poste nouvellement créé par Nicolas Sarkozy. Pour la première fois dans l'histoire de la Ve République, tous les comptes publics ont été réunis dans un seul et unique ministère. Retour sur le parcours politique du ministre chargé de réduire le déficit public.

Origines et formation

Eric Woerth est né le 29 janvier 1956 dans l'Oise, à Creil. Issu d'un milieu modeste, il vit avec sa famille dans un HLM. Son père est médecin de travail. Après avoir obtenu son baccalauréat, il intègre l'école commerciale HEC puis les Sciences Politiques de Paris.
Après ses études, il entre au cabinet Arthur Andersen comme chef de mission à la direction financière avant d'être est nommé directeur de l'Agence pour le développement dans l'Oise. Entre 1990 et 1993, il prend la direction du département conseil aux collectivités locales dans un nouveau cabinet : Bossard Consultants.

Sa rencontre avec son mentor, Alain Juppé

Parallèlement à sa carrière professionnelle, il s'intéresse à la politique. Il entre au RPR au début des années 1990 en tant que spécialiste des questions financières. Il est nommé dès 1993, directeur financier et administratif du RPR. Il s'occupe ensuite de la campagne du candidat Jacques Chirac à l'élection présidentielle. Deux ans plus tard, il fait la connaissance de celui qui deviendra son mentor, Alain Juppé : le Premier ministre en fait son conseiller parlementaire. Il conserve ce poste jusqu'en 1997.

Une carrière d'élu local en Picardie

Originaire de Creil et développant différents projets professionnels dans l'Oise, Eric Woerth choisit la Picardie pour y établir son fief. Dès 1992, il est élu conseiller régional RPR. Il se présente en 1995 à la mairie de Chantilly et remporte l'élection contre le centriste Philippe Courboin. En 2002, il parvient à se faire élire député de l'Oise. Quand il est nommé au gouvernement en 2004, Eric Woerth décide de céder son mandat de maire pour celui de premier adjoint. En juin 2007, il est réélu député dès le premier tour avec 57,40 % des suffrages, mais nommé ministre du Budget dans le gouvernement de François Fillon, il cède sa place à son suppléant, Christian Patria.

Président du club de la Boussole

Fin spécialiste des questions financières, il connaît parfaitement les arcanes des dépenses politiques. Il décide de fonder en 2002 un groupe de réflexion : la Boussole. Il en est le président. La Boussole réunit trente-huit députés UMP réformistes. Les objectifs sont divers et diffèrent selon le contexte politique. D'abord, la Boussole est un simple lieu de rencontre entre chiraquiens, libéraux et centristes. Ensuite, elle veille à ce que le président de la République, en l'occurrence Jacques Chirac, applique bien les promesses qu'il a faites pendant sa campagne électorale. Enfin, lors de la cohabitation avec le gouvernement Lionel Jospin, elle est attentive au respect de l'application des décisions du président. La Boussole est un groupe qui se veut proche de Jacques Chirac et de Jean-Pierre Raffarin. Celui-ci ne l'oubliera pas au moment de constituer son gouvernement.

Secrétaire d'Etat de la réforme de l'Etat (2004-2005)

Jean-Pierre Raffarin n'a pas oublié le soutien d'Eric Woerth en tant que directeur de la Boussole. Quand il forme son troisième gouvernement en mars 2004, il le nomme Secrétaire d'Etat de la réforme de l'Etat. Il est chargé de faire appliquer la décision gouvernementale de ne pas remplacer la moitié des fonctionnaires qui partent à la retraite dans le but de faire des économies. Contrairement à ce qu'il espère, Dominique de Villepin ne l'a pas reconduit à son poste quand il arrive à la tête du gouvernement en 2005. La raison était purement politique : Villepin souhaitait se débarrasser des juppéistes.

Ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique depuis 2007

Dès 2002, Eric Woerth a commencé à se rapprocher de Nicolas Sarkozy tout en demeurant fidèle à Alain Juppé. En tant que président de l'Association de financement, il s'occupe de sa campagne comme autrefois pour Jacques Chirac. Quand François Fillon forme son gouvernement, il pense au spécialiste des finances qui s'est mis au service du RPR/UMP depuis plus de vingt ans. Il nomme donc Eric Woerth ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique qui doit dès lors travailler de concert avec la ministre de l'Economie.
Il est chargé de s'occuper la fusion des directions générales des impôts et de la comptabilité publique. Ce projet épineux vise donc à réformer l'administration des comptes de l'Etat en tenant compte des revendications syndicales. Enfin, il doit s'occuper du budget des réformes sociales.

*** Liens

Le gouvernement Fillon
- François Fillon, le Premier ministre discret
- Xavier Bertrand, le négociateur du gouvernement
- Luc Chatel, le porte-parole du gouvernement
- Alain Juppé, le ministre éphémère
- Jean-Louis Borloo, un ministre recyclé
- Christine Lagarde, portrait de la première femme ministre de l'économie
- Eric Woerth, le ministre de la rigueur budgétaire
- Rachida Dati, une ministre de la justice trop autoritaire ?
- Brice Hortefeux, ministre de l'immigration génétique
- Xavier Darcos, ministre de l'Education nationale
- Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche
- Nathalie Kosciusko-Morizet, l'écologiste de droite
- Nadine Morano, une secrétaire d'Etat sans langue de bois
- Laurent Wauquiez, jeune secrétaire d'Etat à l'économie
- Rama Yade et Fadela Amara, les nouveaux visages du gouvernement
- Alain Marleix, des Anciens combattants au secrétariat d'Etat à la Coopération
- Martin Hirsch, le haut commissaire du Grenelle de l'insertion
- Le difficile redécoupage ministériel entre Kouchner, Hortefeux et Alliot-Marie

_____________________________________________________
Quiz : Qui a été nommé porte-parole du gouvernement Fillon en mars 2008 ?

Commentaires