Alain Marleix, l'homme de l'ombre de l'UMP

Thematiques · 15 mar. 2008 à 16:49

Alain Marleix

Homme de l'ombre, Alain Marleix occupe un poste secondaire dans le gouvernement Fillon. Cette semaine, on a pu le voir dans les médias, pour évoquer la mort du dernier poilu de la Première guerre mondiale. Secrétaire d'Etat aux Anciens combattants, il cumule ce portefeuille avec un poste clé à l'UMP : secrétaire national des Elections. En clair, c'est lui qui a distribué toutes les investitures pour les municipales 2008.

Origines et formation

Originaire d'Auvergne, Alain Marleix est né le 2 janvier 1946, à Paris. Il intègre l'Ecole supérieure de journalisme (ESJ) à Lille puis obtient un diplôme d'études supérieures de sciences politiques. Il commence sa carrière en devenant journaliste parlementaire. Engagé politiquement, il est le chef du service politique du quotidien gaulliste "La Nation" entre 1968 et 1976. Cette expérience journalistique lui permet de découvrir véritablement le monde politique et les arcanes du gaullisme en particulier. Alain Marleix est un homme de droite, fidèle à certains hommes politiques comme Charles Pasqua.

Ses premiers pas en politique

Il ne débute sa carrière politique qu'en 1988. Il décide de se présenter aux élections dans son pays d'origine : l'Auvergne. Il est ainsi élu aux cantonales à Massiac. Cinq ans plus tard, il réussit un tour de force en se faisant élire député dès le premier tour dans le Cantal. Grâce à ses engagements politiques, il est mis en contact avec Jacques Chirac, qu'il soutient par esprit de famille plus que par conviction idéologique et politique. Il est désigné en 1988 directeur adjoint de la campagne présidentielle de Jacques Chirac. Pourtant, à l'élection suivante, il lâche le candidat pour rejoindre son pire ennemi : Edouard Balladur. Il a envers lui une certaine admiration et le soutient ardemment pendant la campagne présidentielle. C'est à cette époque qu'il retrouve Nicolas Sarkozy, lui aussi proche d'Edouard Balladur, qu'il avait rencontré en 1986 quand ils étaient tous les deux au cabinet de Charles Pasqua.

L'alliance Nicolas Sarkozy/Alain Marleix

Les deux hommes côtoient Charles Pasqua puis pour Edouard Balladur, mais ils vont longtemps s'ignorer. Ce n'est qu'en 1995, quand le candidat à l'élection présidentielle a définitivement perdu que leurs relations évoluent. Le bras droit de Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux, approche en effet Alain Marleix et lui propose de les aider à prendre le pouvoir et d'écarter Jacques Chirac sous couvert de le soutenir. C'est ainsi qu'Alain Marleix s'engage dans l'Association des amis de Jacques Chirac (AAJC) et est même élu vice-président. En 1997, le président du de la République doit dissoudre l'Assemblée pour faire face à la crise générale du pays. De nouveau, c'est la cohabitation et les élus de droite sont écartés du gouvernement. Au lieu de soutenir Jacques Chirac comme prévu, Alain Marleix montre ses failles et promeut un nouveau leader : Nicolas Sarkozy. Quand celui-ci est élu à la tête de l'UMP en 2004, il n'oublie pas celui qui l'a aidé à y parvenir : il propose à Alain Marleix le poste de secrétaire national aux élections, poste stratégique puisqu'il investit lui-même tous les candidats UMP. Grâce à ce poste-clé, il a pu rallier de nombreux candidats donnant naissance ainsi à la vague bleue du premier tour des élections.
S'étant acquis de sa tâche avec efficacité, il a été appelé cette fois au gouvernement lorsque Nicolas Sarkozy a été élu président de la République. En mai 2007, François Fillon le désigne secrétaire d'Etat aux Anciens combattants.

Cantonales de 2008 : 100% des voix

Alain Marleix est bien installé dans son fief du Cantal depuis plus de vingt ans. A chaque élection législative, il est élu dès le premier tour. De même, il est maire de Massiac depuis 1995. Aux élections de mars 2008, il a renoncé à ce mandat pour se présenter aux cantonales. Spécialiste de la géographie électorale, Alain Marleix est candidat dans un territoire très marqué à droite. Candidat unique, il est le seul candidat de l'UMP à avoir été élu conseiller général le 9 mars avec... 100% des voix.


Homme politique discret, le secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants joue un rôle secondaire au gouvernement mais occupe un poste clé à l'UMP. Il pourrait être remercié pour son travail en obtenant un poste un peu plus exposé lors d'un prochain remaniement.

*** Liens

Encyclopédie politique
- Qu'est-ce qu'un conseil des ministres ?
- Quelle est la durée de vie d'un Premier ministre en politique ?
- Comment les présidents choisissent leur Premier ministre ?
- Comment les présidents choisissent-ils le nom des ministères ?
- Quelle est la durée de vie d'un ministre en politique ?

Actualités politiques
- Qui sont les inconnus du gouvernement Fillon ?
- Bulletin de notes de ministres : une évaluation biaisée
- Evaluation des ministres : combien ont coûté les services du cabinet d'audit privé ?
- Quelques ministres à l'Elysée pour les voeux et des rumeurs de remaniement
- Municipales : les ministres élus pourront-ils rester au gouvernement ?
- Le gouvernement Fillon : 31 membres et quelques surprises

_____________________________________________________
Quiz : Quel poste occupe Valérie Létard dans le gouvernement Fillon de juin 2007 ?

Commentaires