Les carnets noirs de l'ancien directeur des Renseignements Généraux : une affaire d'Etat ?

Enquete · 20 oct. 2008 à 18:33

Carnets noirs

Nicolas Sarkozy et Charles Pasqua ont porté plainte. Arnaud Montebourg va le faire. Lionel Jospin a vivement réagi. L'affaire des carnets noirs de l'ancien directeur des Renseignements Généraux prend de l'ampleur. C'est le magazine Le Point qui a déclenché ce qui s'apparente aujourd'hui à une affaire d'Etat. Dans son édition du 9 octobre 2008, le magazine publie de larges extraits des carnets d'Yves Bertrand, patron des RG de 1992 à 2003. Ces carnets ont été saisis dans le cadre de l'affaire Clearstream. Tout au long de ces notes, on découvre que l'ancien directeur des RG a enquêté sur tous les responsables politiques en notant des détails croustillants qui pouvaient les faire tomber. Entre révélations et désinformations, volonté de nuire ou goût pour le détail sordide, ces carnets révèlent les coulisses d'une police politique qui se retourne contre son propre pouvoir, avec la bienveillance, semble-t-il, de Jacques Chirac, qui a refusé pendant longtemps de signer le décret mettant fin à ses fonctions.

Revue de presse du lundi 20 octobre 2008

- Le Point : Les carnets noirs de la République
- Libération : Les carnets noirs déclenchent une déflagration politique
- L'Express : L'ex-chef des RG nie avoir voulu déstabiliser Nicolas Sarkozy
- Le Monde : Carnets d'Yves Bertrand : quatre ministres de l'intérieur répondent

Les carnets noirs d'Yves Bertrand : un luxe de détails sur une police politique, les RG

Le 16 janvier 2008, dans le cadre de l'Affaire Clearstream, 23 cahiers à spirale ont été saisis au domicile d'Yves Bertrand, ancien directeur des Renseignements Généraux. Ces cahiers couvrent la période allant de 1998 à 2003. La justice ne s'est intéressée qu'aux passages qui concernaient l'affaire Clearstream, mais l'intégralité de ces cahiers a été saisie et placée sous scellés au Palais de justice de Paris. Des journalistes du Point ont pu consulter les 23 cahiers. Tout au long de ces centaines de pages, on découvre les enquêtes sur la vie privée de plusieurs responsables politiques, les rumeurs, les coups tordus, les manipulations politiques, réelles ou supposées, la vie privée, les adultères, les problèmes de santé, les problèmes fiscaux. Tout y passe. A chaque fois, il y a les dates, les rendez-vous, le nom des sources. On y découvre, ce que beaucoup savaient mais sans preuves, que le patron des Renseignements Généraux est à la tête d'une véritable police politique qui enquête parfois sur le Premier ministre ou le Ministre de l'Intérieur dont les RG sont censés être sous son autorité.

Nicolas Sarkozy, l'une des cibles favorites d'Yves Bertrand

Selon Le Point, Nicolas Sarkozy est l'une des principales cibles d'Yves Bertrand. Pendant que Nicolas Sarkozy était ministre de l'Intérieur, Yves Bertrand fouillait dans sa vie privée, notait scrupuleusement toutes les informations "exploitables" : il tente de trouver un lien entre Nicolas Sarkozy et l'affaire de l'Angolagate, il note les frasques privées du ministre de l'Intérieur. En janvier 2003, il retranscrit les extraits de conversation entre l'ex-femme de Nicolas Sarkozy, placée sur écoutes, et une amie. Le Point raconte qu'Yves Bertrand a relevé que "NS" a acheté pour sa première femme un appartement au Château de Madrid à Neuilly. Plus surprenant, sur l'un des carnets, en date du 8 mai 2001, figure le nom d'Imad Lahoud, celui qui, trois ans plus tard, sera présenté comme le truqueur présumé des faux listings Clearstream (à l'époque, on avait voulu faire croire que Nicolas Sarkozy avait un compte caché au Luxembourg). Toute la vie privée du futur président de la République a donc été fouillée, toutes les pistes pouvant le compromettre ont été étudiées.

Jospin / Pasqua : des enquêtes déclenchées avant la présidentielle de 2002

Dans ces carnets consultés par des journalistes du Point, deux autres personnalités politiques de premier plan, Lionel Jospin, alors Premier ministre, et Charles Pasqua, candidat potentiel à la présidentielle de 2002, font l'objet d'une attention particulière. Par exemple, en décembre 2000, le patron des RG s'intéresse à la soeur du Premier ministre, Noëlle Châtelet. Celle-ci a reçu 50 000 francs pour le scénario d'un film, commandé par le propriétaire de MK2, qui ne verra jamais le jour. Yves Bertrand cherche alors à savoir s'il s'agit d'un emploi fictif. Ce qui n'est pas le cas. Le passé de la famille Jospin est également fouillé, à la recherche d'une casserole qui pourrait ressortir lors de la campagne présidentielle de 2002.
Charles Pasqua est aussi la cible du patron des RG. Il note scrupuleusement le nom d'informateurs sur les différentes affaires qui toucheront, plus tard, Charles Pasqua. Ce dernier a toujours été convaincu que le patron des RG avait lui-même orienté la justice et fourni des informations pour le compromettre dans certaines affaires. L'objectif était d'écarter Charles Pasqua de la présidentielle de 2002. En 1999, lors des élections européennes, la liste Pasqua était arrivée en tête des listes de droite. Il était donc une menace pour un autre candidat de la droite. Yves Bertrand va ainsi noter toutes les informations compromettantes sur Charles Pasqua, mais aussi sur son fils.

Quels rôles ont joué Jacques Chirac et Dominique de Villepin ?

Ces cahiers constituent une synthèse de toutes les informations compromettantes sur les responsables politiques. Mais deux personnalités politiques sont absentes de ces investigations : Jacques Chirac et Dominique de Villepin. Ce dernier apparaît d'ailleurs à plusieurs reprises dans deux éphémérides, saisies au domicile d'Yves Bertrand, en même temps que ces carnets à spirales. Les journalistes du Point ont recensé 33 rendez-vous avec "DV" entre le 8 janvier 2001 et le 22 octobre 2002, "DV" étant Dominique de Villepin, alors secrétaire général de l'Elysée. L'ancien Premier ministre assure que ces rendez-vous touchaient à la Sécurité nationale ou au terrorisme. Yves Bertrand a expliqué qu'il s'agissait simplement d'évoquer des affaires pouvant menacer le chef de l'Etat. En réalité, les responsables politiques cités dans ces carnets, à commencer par Nicolas Sarkozy, sont convaincus que la justice a mis la main sur la preuve de l'existence du fameux "cabinet noir", piloté de l'Elysée par Dominique de Villepin, dans le but d'écarter tous les rivaux de Jacques Chirac. Sarkozy, Jospin, Pasqua ont tous été, à un moment ou à un autre, plus ou moins gênants dans la marche de Jacques Chirac vers le pouvoir. D'ailleurs, dans un courrier envoyé au Point, Lionel Jospin ne dit pas autre chose :
"- Ou bien Yves Bertrand était un personnage obsédé par les ragots et porté aux divagations, friand de médisances susceptibles de discréditer tel ou tel, qui s'engageait de son propre chef dans une démarche perverse et trahissait l'Etat qu'il devait servir. Dans ce cas, il a été irresponsable de le maintenir en fonction.
- Ou bien ce fonctionnaire a été encouragé à se comporter ainsi. Le nombre extravagant (trente-trois !) de rendez-vous qu'il aurait eus avec Dominique de Villepin, secrétaire général de l'Elysée, puis ministre, entre janvier 2001 et octobre 2002, incite à le penser. Et on est alors, comme l'écrit Le Point, devant un scandale d'Etat"
.


Nicolas Sarkozy a déjà porté plainte. Yves Bertrand se défend d'avoir comploté sur les uns et sur les autres en affirmant que ces carnets n'étaient que des brouillons, une base de travail pour démêler le vrai du faux. Il n'aurait donc fait que son "boulot" de patron des RG. La justice est saisie. Soit il a agi seul, et on est en présence d'une affaire banale d'atteinte à la vie privée et de dénonciations calomnieuses, soit alors un lien direct est établi entre ces affaires et le couple Chirac/Villepin. Dans ce cas, il s'agirait d'une affaire d'Etat d'une ampleur inégalée.

*** Liens

Le Renseignement Intérieur
- Qu'est-ce que les Renseignements généraux ?
- Fusion RG/DST : les nouveaux services de renseignement français
- Le coût exorbitant du nouveau bâtiment des services de renseignement
- Qu'est-ce que le fichier Edvige ?

Justice & Politique
- Qu'est-ce que l'affaire Clearstream ?
- Le compte secret de Jacques Chirac au Japon
- Les 9 affaires judiciaires de Jacques Chirac
- Charles Pasqua, un sénateur rattrapé par la justice

_____________________________________________________
La Semaine politique : Crise financière, budget de l'Elysée, l'Affaire DSK, l'Enfer de Matignon
Dépêches Politiques Ignorées : 50% des nouvelles lois inapplicables ? Aucun média n'enquête

Commentaires