Charles Pasqua, un sénateur rattrapé par la justice

Thematiques · 6 nov. 2007 à 20:26

Charles Pasqua

Portrait de Charles Pasqua
A 80 ans, l'ancien ministre de l'Intérieur et cofondateur du RPR avec Jacques Chirac, Charles Pasqua, est jugé pour financement illégal de sa campagne des Européennes de 1999. Ce gaulliste historique a tout fait pour échapper à la justice. Son nom est cité dans au moins 7 affaires judiciaires mais il avait jusqu'à présent réussi à échapper à toute comparution, notamment grâce à son immunité parlementaire. Mais depuis lundi 5 novembre, il comparait devant la 11e chambre correctionnelle de Paris. Retour sur le parcours politique de Charles Pasqua.

De la Résistance au Gaullisme

Charles Pasqua est né le 18 avril 1927 à Grasse dans les Alpes-Maritimes. Il n'a que 12 ans lorsque la Seconde guerre mondiale éclate. A 15 ans, en octobre 1942, il s'engage dans la Résistance pour rejoindre très vite la France libre du général de Gaulle. C'est au cours de cette période qu'il croise le chemin d'un autre résistant, François Mitterrand. A la fin de la guerre, Charles Pasqua entre dans la vie active. Il est embauché par Paul Ricard en janvier 1952, passe inspecteur des ventes en 1955, directeur régional en 1960, et directeur de l'exportation en 1963. Il est alors numéro 2 du groupe.
Parallèlement à ses activités professionnelles, Charles Pasqua est un membre actif de tous les mouvements gaullistes : il rejoint le Rassemblement du Peuple Français (RPF) du général de Gaulle après la guerre, avant d'être l'un des fondateurs en 1958 de l'UNR, nouveau mouvement gaulliste. Présent dans tous les mauvais coups, il présida le SAC (Service Action Civique), bras armé du mouvement gaulliste pendant la période trouble de la guerre d'Algérie.

Du général De Gaulle à Jacques Chirac (1968-1981)

En 1968, après avoir organisé la contre-manifestation gaulliste qui avait réuni près d'un million de personnes sur les Champs Elysées pour protester contre les révoltes étudiantes de mai 1968, il se présente pour la première fois aux élections législatives. Il est élu député de Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine, où il bat le député communiste sortant.
Dès lors, Charles Pasqua va faire des Hauts de Seine son fief électoral : réélu député à chaque législature depuis 1968, il a pris la présidence du conseil général des Hauts de Seine dès 1973 avant de la céder à Nicolas Sarkozy... en 2004.
En 1976, il est l'un des cofondateurs avec Jacques Chirac du Rassemblement Pour la République (RPR). Il va poursuivre sa carrière politique dans l'ombre du maire de Paris en le soutenant lors des campagnes présidentielles de 1981 et 1988.

Ministre de l'Intérieur sous les deux cohabitations (1986-1995)

En 1986, lorsque son ami Jacques Chirac est nommé Premier ministre, Charles Pasqua obtient le portefeuille de l'Intérieur. A ce poste, il affiche sa fermeté face aux différents mouvements terroristes : attentats, assassinats par le groupe Action directe, otages du Liban.
En 1993, il retrouve la Place Baveau lorsqu'Edouard Balladur est nommé Premier ministre. Lors de cette deuxième cohabitation, Charles Pasqua fait voter des lois sur l'immigration durcissant les conditions d'entrée des étrangers sur le sol français. C'est aussi le temps des premières affaires judiciaires.

La rupture avec Jacques Chirac et l'aventure du RPF (1995-1999)

En 1995, lors de la campagne présidentielle, Charles Pasqua lâche Jacques Chirac, son ami de 30 ans, et soutient Edouard Balladur. Après la défaite de ce dernier, Charles Pasqua est mis peu à peu à l'écart du RPR. La rupture entre lui et Jacques Chirac est consommée.
Outre la trahison de 1995, les deux hommes s'affrontent sur l'Europe. D'abord anti-européen, Jacques Chirac s'est rallié à l'idée que l'avenir de la France passait par l'UE. De son côté, Charles Pasqua refuse cette construction européenne qui remettrait en cause la souveraineté de la France.
Aux élections européennes de 1999, il présente une liste souverainiste avec Philippe de Villiers et arrive en deuxième position avec plus de 12% des voix, devant la liste du RPR conduite par Nicolas Sarkozy. Charles Pasqua est alors en passe de créer un mouvement gaulliste concurrent du RPR en lançant le RPF (Rassemblement du Peuple Français). Mais la cohabitation avec Philippe de Villiers s'avère vite impossible. Le RPF se divise et ne parvient pas à transformer les espoirs de 1999.

Le temps des affaires

Alors que l'influence politique de Charles Pasqua décline, il est progressivement rattrapé par les affaires. Son nom est cité dans pas mois de 7 instructions judiciaires différentes. En 2001, il est soupçonné d'avoir touché des commissions lors de ventes d'armes à l'Angola. Pendant un temps, il espère échapper à la justice grâce à son immunité parlementaire en se faisant élire sénateur. Mais les procédures s'accumulent.
Aujourd'hui, il est jugé pour financement illégal de sa campagne des Européennes de 1999 par 11e chambre correctionnelle de Paris. Mais celui-ci rejette la légitimité de cette juridiction et réclame à être jugé par la Cour de Justice de la République, juridiction spécialement créée pour juger les anciens ministres et souvent plus clémente à leur égard. L'ancien Résistant, aujourd'hui âgé de 80 ans, n'entend pas se laisser faire et espère bien retarder un peu plus toutes les procédures entamées contre lui.

*** Liens

Histoire politique
- Chirac 1967-2007 : 40 ans de vie publique
- Les événements de mai 1968
- La droite divisée : création du RPR et de l'UDF

Justice et politique
- Qu'est-ce que l'affaire Clearstream ?
- Clearstream : Villepin contre-attaque
- Justice : Jacques Chirac et ses 9 affaires
- Justice : une enquête vise Claude Chirac
- Comment juger le président ?
- L'anniversaire de la femme de Giscard financé par le conseil régional d'Auvergne ?

_____________________________________________________
Quiz politique : testez vos connaissances

Commentaires