Sarkozy/Fillon : les premiers ratés du tandem

Enquete · 19 sep. 2007 à 12:42

Sarko et Fillon

Déjà 20 jours que le gouvernement a repris le travail et "l'Etat de grâce" évoqué par les médias à propos du début du quinquennat de Nicolas Sarkozy apparaît déjà loin. La croissance économique n'est pas là, la TVA sociale est plus ou moins enterrée et chaque dossier traité est désormais sujet à polémique : l'immigration et l'ADN, les régimes spéciaux de retraite. Mais dans ce climat dégradé, ce sont surtout les premiers accrocs entre le président de la République et le Premier ministre qui font l'objet de multiples commentaires

Revue de presse du mercredi 19 septembre 2007

A la Une de la presse aujourd'hui, "Zizanie et cacophonie dans le tandem Fillon-Sarkozy" titre Libération. "Fillon un peu agacé par Sarkozy" renchérit le Figaro. Non seulement le duo ne serait plus tout à fait sur la même longueur d'onde, mais certains ministres n'hésitent plus à intervenir quitte à gêner l'Elysée. La semaine dernière, Rama Yade faisait une sortie médiatique controversée. Cette semaine, c'est le ministre de la défense qui vend la mèche sur un éventuel remaniement ministériel en janvier : "Des ministres exploseront en vol", propos tenus sur Canal + et rapportés par le NouvelObs.

La rébellion du Premier ministre

Pendant les premières semaines de son quinquennat, Nicolas Sarkozy s'est accaparé tous les dossiers, reléguant ses ministres et le premier d'entre eux, au second rôle. Pire, dans une interview parue en Août, Nicolas Sarkozy avait qualifié François Fillon de "collaborateur" alors que ce dernier revendique une réelle légitimité politique. D'ailleurs, en tant que Premier ministre, François Fillon est considéré comme le chef de la majorité parlementaire. Jusqu'ici, François Fillon n'avait rien dit officiellement même si en coulisses, il n'appréciait pas les effets de manche du président de la République. Mais depuis deux semaines, le Premier ministre se lâche.

Régimes spéciaux : Sarkozy devant le fait accompli

Premier acte : les régimes spéciaux de retraite. En déclarant sur Canal + que le projet de réforme des régimes spéciaux était prêt et n'attendait que le feu vert de l'Elysée, François Fillon a mis Nicolas Sarkozy au pied du mur. Cette sortie du Premier ministre a été peu appréciée par le président de la République. Dans son édition du mercredi 19 septembre, Le Canard Enchaîné rapporte une vive discussion entre Sarkozy et Fillon, le président lançant à son Premier ministre "Il ne faut pas me prendre pour un con (...) Je vois bien quel jeu tu as joué : tu as voulu me mettre devant le fait accompli. Ca ne peut pas marcher comme ça entre nous". Le journal satirique s'est spécialisé dans la transcription de propos tenus en coulisse. La source étant anonyme, il est toujours difficile de savoir si ces propos ont bien été tenus. Généralement, l'acteur de la scène rapporte des propos à ces collaborateurs, et l'un d'entre eux contacte le Canard Enchaîné pour raconter la scène. Sous couvert de l'anonymat, le collaborateur ne risque alors jamais rien.

Fillon, officiellement "agacé" par Nicolas Sarkozy

Dans une interview de Paris Match, daté jeudi 20 septembre, François Fillon évoque ses relations avec Nicolas Sarkozy. A propos du terme "collaborateur", le Premier ministre explique qu'il n'a pas été blessé, mais simplement "agacé" : "ces incidents de parcours sont réglés (...) Il arrive à chacun de commettre des imprécisions de vocabulaire". Pour la première fois, François Fillon évoque donc publiquement ses états d'âme, même s'il assure que tout est réglé.

Un remaniement pour janvier ?

Parallèlement à cette dégradation relative de l'entente entre Nicolas Sarkozy et le Premier ministre, les membres du gouvernement multiplient bourdes et confidences. Début septembre, Christine Lagarde évoque "un plan de rigueur dans la fonction publique" avant d'être aussitôt désavouée. Rama Yade se déplace pour les sans-papiers, alors que cela ne relève même pas de son domaine de compétence. Dernier couac gouvernemental : le ministre de la défense, Hervé Morin, a rapporté des propos du président de la République sur un éventuel remaniement ministériel en janvier. Le président de la République lui aurait dit : "certains ministres exploseront en vol lors d'un probable remaniement en janvier". Et quand on évoque son propre sort, le ministre se veut fataliste : "J'ai toujours pensé qu'après la politique, il y avait une autre vie". Ambiance, ambiance !

*** Liens

Encyclopédie
- Qu'est-ce qu'un conseil des ministres ?
- Quelle est la durée de vie d'un ministre en politique ?

Le gouvernement Fillon
- François Fillon, un Premier ministre fantôme
- Alain Juppé, le ministre démissionnaire
- Jean-Louis Borloo, un ministre recyclé
- Rachida Dati, une ministre de la justice trop autoritaire ?
- Rama Yade et Fadela Amara, les nouveaux visages du gouvernement
- Le difficile redécoupage ministériel entre Kouchner, Hortefeux et Alliot-Marie

Actualités
- La méthode Sarkozy pour réformer les régimes spéciaux
- La classe politique divisée sur la réforme des régimes spéciaux de retraite
- Bayrou/Sarkozy : la rupture définitive
- Immigration : des tests ADN pour le regroupement familial ?
- Le déplacement controversé de Rama Yade à Aubervilliers

Vidéos en ligne
- L'annonce du gouvernement Fillon
- Les propos ambigus de Christine Boutin sur le 11 septembre
- Christine Boutin à Lyon : une opération médiatique de 300 000 euros
- Fadela Amara annonce un "plan anti-glandouille" pour la banlieue
- Bernard Laporte, un futur secrétaire d'Etat entraînant
- Conférence de presse : quand Kouchner s'emporte...
- Les excuses de Bernard Kouchner auprès du Premier ministre irakien
- Eric Besson, secrétaire d'Etat à l'économie, critiquait Sarkozy

Commentaires