La méthode Sarkozy pour réformer les régimes spéciaux

Enquete · 18 sep. 2007 à 08:46

La réforme des retraites

Aujourd'hui, Nicolas Sarkozy doit exposer sa méthode pour réformer les régimes spéciaux de retraite. Dans un discours prononcé au Sénat, il expliquera les raisons de cette réforme et le calendrier. Le chef de l'Etat est attendu au tournant pour une réforme qu'aucun gouvernement n'a réussi à faire auparavant. Il s'agit d'aligner tous les régimes de retraite, c'est-à-dire de repousser l'âge de départ à la retraite de fonctionnaires de la SNCF, RATP, d'EDF et GDF. Dans ces entreprises, les salariés bénéficient de conditions de départ en retraite plus avantageux que les autres. Par exemple, un cheminot peut partir en retraite à 55 ans alors que les autres salariés du privé et du public doivent cotiser 40 ans et ne peuvent prendre leur retraite qu'à l'âge de 60 ans. Pour les uns, les régimes spéciaux de retraite constituent un acquis social, pour les autres, il s'agit d'un privilège qu'il faut supprimer. Depuis plus de 10 ans, on parle de cette réforme, mais personne n'a jamais osé la faire. Pourquoi ? Comment compte s'y prendre Nicolas Sarkozy ?

Revue de presse du mardi 18 septembre 2007

Toute la presse revient sur l'annonce de cette réforme. "Nicolas Sarkozy donne le coup d'envoi des réformes sociales" annonce Le Figaro. "Grand oral social pour Nicolas Sarkozy" titre Libération. Alain Juppé avait tenté de réformer ces régimes spéciaux mais avait du reculer. Selon Le Monde, "Sarkozy veut conjurer le spectre de 1995" en évitant le choc frontal avec les syndicats.

Réformer sans forcer

Le risque de la réforme des régimes spéciaux est connu : un conflit social très dur pourrait s'engager notamment à la SNCF et la RATP bloquant la capitale pendant des semaines. C'est le scénario qui s'est déroulé en 1995 lorsqu'Alain Juppé avait tenté de réformer les régimes spéciaux de retraite. Les cheminots refusent d'envisager une augmentation de l'âge de départ en retraite et disposent de moyens de pression réels pour se faire entendre. Les syndicats refusent toute réforme non négociée mais admettent dans le même temps que les régimes spéciaux doivent être réformés, branche par branche, secteur par secteur, car le système actuel est en faillite et risque de ne plus être financé. Tout le problème de Nicolas Sarkozy est donc de réformer ces régimes spéciaux sans devoir passer en force.

Rencontre avec tous les leaders syndicaux

Nicolas Sarkozy a eu des entretiens avec les principaux leaders syndicaux ce week-end. Il a ainsi rencontré François Chérèque (CFDT), Jean-Claude Mailly (FO), Bernard Thibault (CGT), Jacques Voisin (CFTC) et Bernard Van Craeynest (CFE-CGC). A tous, il a expliqué qu'il réformerait les régimes spéciaux mais sans passer en force, par la négociation. Selon Bernard Thibault, "la tonalité du discours pourrait avoir un impact réel sur le climat social des prochains jours". Il semble en tout cas que le chef de l'Etat ait décidé de prendre en main lui-même ce dossier des retraites. Jusqu'à présent, Nicolas Sarkozy a toujours réussi à contourner les conflits sociaux par la négociation, notamment en 2003 lorsqu'il avait été appelé à l'aide par le gouvernement pour éviter l'annulation du bac suite au projet de réformes sur la régionalisation d'emplois du personnel d'entretien dans les établissements scolaires.

Le risque de voir des syndicats dépassés par leur base

Mais les négociations vont s'avérer délicates car si les syndicalistes sont prêts à négocier sur une réforme des régimes spéciaux, il en est tout autrement des salariés. Les fédérations des transports de chaque syndicat vont se retrouver en première ligne, et risquent d'être rapidement dépassées par leurs militants. Des syndicats comme Sud-Rail ont d'ores et déjà annoncé qu'il refusait toute augmentation de la durée de cotisation. La hantise du gouvernement est donc de discuter avec des syndicats qui seraient dépassés par leur base. Le mouvement social deviendrait alors incontrôlable. En 1995, Alain Juppé avait du renoncer à la réforme après plusieurs semaines de blocage de la capitale.

Appliquer une promesse de campagne avec le soutien de l'opinion

Pour justifier sa réforme, Nicolas Sarkozy pourra avancer deux arguments décisifs : 1. Le financement des régimes spéciaux de retraite n'est plus garanti. De l'avis des experts et de quelques responsables syndicaux, si rien n'est fait, il y a un risque de non paiement des pensions. Même une partie des responsables socialistes se sont montrés favorables à la réforme. 2. La réforme des régimes spéciaux est une promesse de campagne. Pendant longtemps, les responsables politiques ont été accusés de ne pas respecter leurs promesses. Nicolas Sarkozy entend donc appliquer le programme pour lequel il a été élu. En outre, les récents sondages montrent que la réforme des régimes spéciaux est approuvée par une majorité de la population.

La question de la répartition des richesses

Les réticences des salariés qui bénéficient des régimes spéciaux sont compréhensibles. Ils refusent qu'on revienne sur ce qu'ils considèrent comme un acquis social. Dans le même temps, au nom de l'égalité de traitement, il apparaît anormal que la durée de cotisation augmente pour les uns et pas pour les autres. Les cheminots argueront qu'ils sont favorables à un alignement, "par le haut", c'est-à-dire revenir à une durée de cotisation à 37,5 ans au lieu de 40 ans. Plus juste socialement, ce serait intenable économiquement.
En réalité, derrière ces questions de financement des retraites se trouve un problème plus global, celui de la répartition des richesses. Les salariés doivent cotiser davantage et travailler plus longtemps pour financer leurs retraites sous prétexte qu'il n'y a plus d'argent dans les caisses. Dans le même temps, la richesse globale du pays a fortement augmenté depuis 1981. Mais alors où est passée cette richesse supplémentaire qui pourrait financer les retraites ? Elle est passée dans le capital, dans les valeurs boursières et non dans la poche des salariés expliquent certains syndicalistes et leaders d'extrême gauche. Pour eux, c'est là, la clé du problème.

*** Liens

> - La classe politique divisée sur la réforme des régimes spéciaux de retraite


Economie et politique
- Qu'est-ce qu'une TVA sociale ?
- Qu'est-ce qu'un bouclier fiscal ?
- Qu'est-ce que la commission des finances ?

Actualités
- Université d'été du Medef : le projet économique de Sarkozy en 5 points
- Economie : comment expliquer la crise financière de l'été ?
- Les mesures de Fillon pour relancer l'investissement
- Economie : les promesses des candidats étaient intenables

Vidéo en ligne
- Eric Besson : le secrétaire d'Etat critiquait le programme de Sarkozy

Commentaires