Fête, alcool : dérapage dans les avions de la République

Enquete · 2 fév. 2015 à 09:00 · Commentaires 0

Les avions de la République

Connaissez-vous l'Etec ? Il s'agit de l'unité de l'armée de l'air chargée de transporter le président de la République et les membres du gouvernement. Une unité d'élite, censée être composée des meilleurs éléments de l'armée de l'air, sécurité oblige. Sauf que selon une enquête de l'hebdomadaire Marianne, l'Etec (Escadron de transport, d'entrainement et de calibration) n'est plus vraiment une unité d'élite. Pilotes et membres d'équipage multiplient les dérapages depuis des années.

Une unité d'élite, pour un transport de luxe

L'Etec est composé de 180 personnes : pilotes, stewarts et hôtesses de l'air passent des sélections drastiques pour en faire partie. Car le personnel doit être sûr : l'Etec transporte les plus hautes personnalités de la République. Et vu le prix, il s'agit bien ici d'un service de luxe. Une heure d'avion coûte 5 128 euros net pour un Falcon 7x, 5 063 euros pour un Super Puma et... 19 520 euros pour l'airbus du président (surnommé "Air Sarko One").

Les dérapages des équipages lors des escales

L'Etec, une unité d'élite ? En réalité, depuis de nombreuses années, l'état major est au courant de nombreuses dérives, sans réussir à y mettre fin. C'est ce qu'a découvert l'hebdomadaire Marianne, en recueillant notamment le témoignage d'une ancien hôtesse de l'air de l'Etec qui raconte les dérapages alcoolisés, les mesures de sécurité non respectées, et les fêtes à chacune des escales. Un témoignage accablant. Exemple ? "En mars 2010, nous sommes allés à Pise, raconte cette hôtesse à Marianne. Le soir, comme d'habitude, nous avons fait la fête. Mais le lendemain, alors que nous avions un ministre à bord, le pilote a été malade. Je n'ai pas tout de suite compris quand on m'a demandé un sac vomitoire. En fait, il avait trop bu la veille".

Quand l'équipage récupère les bouteilles des ministres

En théorie, il est interdit à l'équipage de faire sortir de l'avion des bouteilles alcoolisées. Mais il y a la théorie et la pratique. Et à l'Etec, manifestement, on a de la suite dans les idées : "Les bouteilles fermées étant comptées, le jeu consistait à en ouvrir un maximum pour les passagers puis à les récupérer à moitié pleines et les finir entre nous, à l'escale, raconte un témoin. On les planquait dans nos valises personnelles ou dans les racks, ces caissons métalliques qui servent à transporter les plateaux-repas".

Des dérapages jusqu'au harcèlement ?

Plus grave que ces dérapages alcoolisés, le harcèlement envers le personnel féminin. "Beaucoup appellent l'Etec "le mini-Elysée, explique une autre hôtesse à Marianne. Ça monte facilement à la tête. Il y a des pilotes qui se prennent pour des dieux. Certains d'entre eux tombent vite dans le graveleux". Plusieurs hôtesses se seraient plaintes de harcèlement. Une enquête aurait été ouverte.

Un rappel à l'ordre qui n'aurait eu aucun effet

L'un des responsables de l'Etec a tenté de mettre fin à ces dérives. Dans un mail interne envoyé en 2011, et que s'est procuré l'hebdomadaire Marianne, ce responsable recadre les équipages, en des termes pour le moins déroutants : "Concernant les escales, je suis évidemment d'accord que chacun profite et s'amuse. Cependant, cela ne signifie pas faire n'importe quoi. Par exemple : la consommation d'alcool sans aucune modération est inadmissible. Je vous rappelle que notre mission peut nous rattraper à chaque instant, aussi, il faudra que l'on m'explique comment un personnel ivre peut assumer ses fonctions".

Que chacun profite et s'amuse pendant les escales ? On ne s'ennuie vraiment pas avec l'argent du contribuable...


*** Source
- Julia Pascual et Leila Minano, "La flotte présidentielle part en vrille", Marianne, 09.01.2015

La flotte présidentielle part en vrille



_____________________________________________________

La sécurité de Sarkozy

>> L'histoire de la balle perdue dans l'Airbus de Nicolas Sarkozy

Falcon présidentiel

>> Compagnie aérienne de la République : 8 appareils et 4500 euros l'heure de vol

Falcon présidentiel de Nicolas Sarkozy

>> Les voyages de Nicolas Sarkozy : entre 3 et 4 avions par déplacement

Sarkozy a Chaumont

>> Pour faire 262km, Nicolas Sarkozy avait besoin d'un Airbus présidentiel, de deux hélicos et de deux voitures blindées

Air Sarko One

>> Quel est le véritable coût de l'Air Sarko One ?

Hollande vote à Tulle

>> Quand François Hollande prend un Falcon pour aller voter, cela coûte entre 9 000 et 15 000 euros

Hollande, Sarkozy et Mandela

>> Hollande et Sarkozy aux obsèques de Mandela : 3 avions et une facture de 286 000 euros

Falcon, Fillon, TGV

>> Quand François Fillon inaugurait le TGV Est... en Falcon ministériel

Estrosi, jet privé

>> Quand Christian Estrosi louait un jet privé pour 138 000 euros aux frais de l'Etat

L'avion de Fillon

>> En 2008, le Falcon de François Fillon a évité la collision de justesse avec un avion de tourisme

Fillon en panne

>> Quand Fillon a annoncé la vente d'A380 aux vietnamiens, l'airbus est tombé en panne

Alain Marleix et le football

>> Qui a pris un Falcon ministériel pour assister à un match de foot ?

Vauzelle hélicoptère

>> Michel Vauzelle, un président de région qui se déplaçait en hélicoptère pour un coût de 206 000 euros

Les miles des députés

>> Les députés reçoivent des miles d'Air France pour partir en vacances

Les miles de Mariani

>> Quand le ministre des transports utilise ses miles de députés pour sa famille et sa campagne

Air France et Carla Bruni

>> Le cadeau d'Air France à Carla Bruni-Sarkozy : entre 10 000 et 15 000 euros l'aller-retour Paris-New York

Commentaires