Nicolas Sarkozy réunit un gouvernement bis le jeudi

Enquete · 29 mai 2008 à 21:37

Réunions à l'Elysée

Ces deux dernières semaines, Nicolas Sarkozy a accueilli 7 ministres du gouvernement Fillon à l'Elysée pour un conseil restreint, alors qu'il les voit la veille lors du traditionnel conseil des ministres. Officiellement, il ne s'agit pas d'un "gouvernement bis". En réalité, le chef de l'Etat a décidé d'écarter un peu plus François Fillon du processus de décision gouvernemental. Nicolas Sarkozy entend donc discuter stratégie avec les ministres les plus "politiques". Qui sont ces 7 ministres ? Qui sont ceux qui veulent entrer dans ce conseil restreint ? Qu'en pense François Fillon ?

Revue de presse du jeudi 29 mai 2008

- Libération : Les sept de table
- AFP : Réunions à l'Elysée sans Fillon, "impensable" sous Jacques Chirac selon Raffarin
- Le Monde : Sarkozy-Fillon : la cohabitation malgré tout

L'hyperprésidence, acte II

Depuis son élection à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy est passé par plusieurs phases : hyperactivité au début, présidence bling bling en décembre, discrétion aux municipales, sobriété retrouvée en avril. Mais depuis deux semaines, le rythme a incontestablement changé. Après un an passé à l'Elysée, une cote de popularité au plus bas, et un premier ministre plus populaire qui s'expose peu et ne tient pas les troupes de l'UMP, le président de la République a décidé de revenir à ce qu'il sait faire de mieux : tout. Du service minimum dans l'éducation à la rame à deux étages du RER A en passant par le déblocage de fonds pour les marins pêcheurs, Nicolas Sarkozy s'occupe de tout. François Fillon est redevenu un Premier ministre fantôme et paye son absence de soutien au chef de l'Etat lorsque celui-ci a amorcé sa chute dans les sondages. Symbole de cette hyperprésidence retrouvée : la matinée du mardi 27 mai. A 5h30, Nicolas Sarkozy s'est rendu au marché de Rungis pour parler à "la France qui se lève tôt", puis il s'est rendu aux studios de RTL pour défendre sa politique et annoncer un dispositif d'aide pour les pêcheurs.

7 ministres "politiques" à l'Elysée

Le retour en force de l'hyperprésident est confirmé par la tenue depuis deux semaines d'un conseil des ministres restreint le jeudi matin. En l'absence du Premier ministre, Nicolas Sarkozy réunit 7 des 30 ministres et secrétaires d'Etat de son gouvernement. Il s'agit de Xavier Bertrand (Travail), Xavier Darcos (Education nationale), Eric Woerth (Budget), Brice Hortefeux (Immigration), et des secrétaires d'Etat Laurent Wauquiez (Emploi), Luc Chatel (Consommation) et Nadine Morano (Famille). Points communs de ces ministres ? Ils sont tous sarkozystes et ils sont considérés comme de vrais politiques : agenda médiatiques, calendrier des annonces, argumentaire, plans médias, toute la stratégie gouvernementale y passe. La présence de Nadine Morano dans ce gouvernement bis reflète bien la fonction de cette réunion du jeudi : le président de la République veut retrouver des sujets clivant et mettre un terme aux couacs gouvernementaux. Si Nadine Morano occupe une place très secondaire (secrétaire d'Etat à la famille) dans le gouvernement, sa présence au sein de l'équipe des 7 est due à son sens politique et sa capacité à vendre les réformes du gouvernement dans les médias.

Quand Rachida Dati s'alarme de ne pas figurer dans le gouvernement bis

Selon Le Canard Enchaîné du mercredi 28 mai, la ministre très médiatique de la justice, Rachida Dati, s'est alarmée de ne pas faire partie de cette équipe restreinte. Mercredi 21 mai, à la veille de la deuxième réunion de l'équipe bis, elle se serait plainte à l'Elysée de sa mise à l'écart expliquant que son absence accrédite la thèse selon laquelle elle aurait perdu la confiance de Nicolas Sarkozy. Malgré ses réclamations, le président de la République n'a, pour l'heure, pas répondu à sa demande puisque la réunion s'est tenue sans elle jeudi dernier.
La ministre de la justice a perdu un peu de son aura auprès du président de la République. Amie proche de Cécilia ex-Sarkozy, elle est en moins en moins en cours à l'Elysée. Entre la dizaine de départs de collaborateurs de son cabinet (encore un la semaine dernière), sa contre-performance électorale aux municipales (élection seulement au 2eme tour dans le VIIe arrondissement), la multiplication d'informations embarrassantes (les critiques sur Borloo, les trop grandes dépenses de son ministère), la ministre de la justice ne fait plus partie de la garde rapprochée d'un président qui a gommé son image "bling-bling".

Que devient François Fillon ?

Dans les médias, le Premier ministre, François Fillon tente de faire bonne figure : il n'y a pas de conseil des ministres bis, lui-même tient des séminaires gouvernementaux sans le président, ses relations avec Nicolas Sarkozy sont au beau fixe. Dans les faits, une distance indéniable s'est installée entre les deux hommes. François Fillon reproche à Nicolas Sarkozy son activisme brouillon et sa volonté de s'occuper de tout, quant au président de la République, il reproche à son Premier ministre son manque de soutien lorsqu'il s'est retrouvé en difficulté. Avec ce nouveau dispositif, François Fillon est plus que jamais marginalisé. Non seulement le président ne se cache plus de réunir des ministres sans le Premier d'entre eux, mais il s'attache depuis quelques semaines à remplir l'agenda du Premier ministre de rendez-vous internationaux pour le tenir éloigné de Matignon.

*** Liens

- Le président se donne deux ans pour remonter la pente
- Nicolas Sarkozy renoue avec le terrain et envoie Fillon à l'étranger
- L'UMP et l'Elysée célèbrent la première année du quinquennat de Nicolas Sarkozy

_____________________________________________________
Quiz : Combien y a-t-il de ministres et secrétaires d'Etat dans le gouvernement Fillon 3 ? (mars 2008)

Commentaires