Le gouvernement communique en temps de crise : 400 000 euros le meeting de Sarkozy, 150 000 euros la publicité dans la presse

Enquete · 27 mar. 2009 à 11:02

Sarkozy Saint Quentin Meeting

En cette période de crise, toutes les dépenses de l'Etat sont scrutées à la loupe. A ce petit jeu, Nicolas Sarkozy part avec un handicap : depuis le début de son quinquennat, le président de la République traîne une image de chef d'Etat dépensier. Nicolas Sarkozy et l'argent, c'est un feuilleton quotidien. Entre ses liens avec les grands patrons (Bolloré, Lagardère), son goût du luxe (hôtels, yacht), ses voyages multiples (à trois ou quatre avions), l'image "bling-bling" du président est très ancrée dans l'opinion.


Alors quand le président de la République s'adresse à des militants UMP, quand le gouvernement organise une campagne de publicité dans la presse, la question du coût de cette communication revient forcément.

Quand le président s'adresse aux militants UMP pour communiquer sur la crise

Mardi 24 mars 2009, Nicolas Sarkozy a prononcé un discours à Saint-Quentin dans l'Aisne, le fief de Xavier Bertrand, devant près de 4 000 militants UMP. Le chef de l'Etat avait décidé de faire ce meeting pour une nouvelle fois faire de la pédagogie et expliquer les mesures prises par le gouvernement pour faire face à la crise. Mais combien coûte l'organisation d'une telle manifestation ?
On sait très bien que chaque déplacement du président de la République a un coût. Mais lorsque le président se déplace pour participer à un meeting UMP, le coût assumé par la collectivité pose problème. C'est le député de gauche, René Dosière, qui a lancé un pavé dans la mare en estimant le coût de ce meeting à 400 000 euros. Libération et Le Figaro ont repris l'information sur leur site.

300 000 euros pour la sécurité, 100 000 euros de frais annexes, une économie locale bloquée 24h

"Combien coûte un déplacement de Nicolas Sarkozy, comme celui effectué mardi soir à Saint-Quentin, dans l'Aisne? Pour le député apparenté socialiste René Dosière, qui s'est fait connaître par ses chiffrages des dépenses de l'Elysée, il faut compter environ 400.000 euros.
«C'est un ordre de grandeur», précise-t-il. Pour obtenir ce chiffre, René Dosière a additionné le coût du déplacement des 1.300 policiers, CRS et gendarmes (300.000 euros) à celui des frais annexes : invitations envoyées à plus d'un millier de militants UMP de la région, cocktail à l'issue du discours"
(Le Figaro)

Les estimations de René Dosière ne tiennent pas compte du manque à gagner des petits commerces de la ville qui ont dû fermer : " « Est-il responsable, légitime, de bloquer toute l'économie d'une ville pour un déplacement de deux heures? », a-t-il demandé. «Le coût de ce déplacement s'élève à 400.000 euros soit 100 euros par personne présente. Est-il honnête, est-il moral d'utiliser autant de moyens publics pour un déplacement dont la finalité était partisane?», a-t-il interrogé" (Libération)

Le Figaro - Libération - Meeting de Sarkozy

Et pendant ce temps, le pouvoir fait sa pub dans la presse pour 150 000 euros

Le gouvernement a financé une campagne de publicité dans la presse entre le 19 et le 29 mars 2009 pour vanter la riposte gouvernementale face à la crise financière. Ces "encarts publicitaires" misent sur le quantitatif en mettant en avant des chiffres marquants : "6 millions de foyers modestes paieront moins d'impôts sur le revenu en 2009", "les 3 millions de familles les plus modestes recevront en juin une prime exceptionnelle de 150 euros", ou encore "240 000 demandeurs d'emplois recevront (...) une prime exceptionnelle de 500 euros". Ces encarts publicitaires s'enchaînent souvent en cascade, page après page, dans un même quotidien.
Mais combien a coûté cette campagne de publicité ? Le site Ozap, consacré aux médias, reprend l'estimation la plus vraisemblable : "Selon un publicitaire cité par Europe 1, le coût de cette campagne serait compris entre 100 et 150 000 euros. « Il y a de l'argent pour faire passer la vérité » a justifié Dominique Paillé, porte-parole de l'UMP".

Publicité du gouvernement dans la presse



Qu'un chef d'Etat communique, c'est la moindre des choses. Qu'un gouvernement fasse sa publicité dans la presse, c'est autorisé. Mais en période de crise, chaque dépense, chaque chiffre, attise le mécontentement d'une opinion qui a le sentiment d'être la première victime d'une crise qui ne toucherait pas les élites.

*** Liens

Comprendre la crise financière
- Qu'est-ce qu'une récession ?
- Qu'est-ce que la crise des subprimes ?
- Quelles sont les causes du krach boursier mondial ?
- Quelles sont les causes de la crise financière mondiale ?
- Qui va payer les 360 milliards d'euros du plan de sauvetage des banques ?

Publicité & Politique
- Ségolène Royal fait sa pub dans le métro parisien pour 80 000 euros
- Le gouvernement fait sa propre publicité pour 4,33 millions d'euro
- La campagne de pub avait déjà été rodée pendant les municipales
- Le gouvernement va financer une campagne de publicité pour promouvoir le RSA
- Quand la publicité récupère les politiques : Sarkozy, Villepin, Bayrou...
- Nicolas Sarkozy, vedette de la campagne publicitaire de Lastminute.fr
- Publicité : la condamnation de Ryanair à 60 000 euros d'amende
- En 2007, le candidat Sarkozy promettait plus de publicité sur France Télévisions

_____________________________________________________
La Semaine politique : retrouvez tous les dimanches notre résumé de l'actualité politique

Commentaires