Pourquoi les adhérents du PS n'ont-ils pas voté par internet ?

Brèves · 24 nov. 2008 à 21:39

Vote internet au Parti Socialiste

En novembre 2004, Nicolas Sarkozy a pris la tête de l'UMP à l'issue du vote des militants. Il avait obtenu près de 85,1% des suffrages. Les militants avaient voté quelques jours plus tôt et l'intronisation avait eu lieu lors du congrès du Bourget. Quatre ans plus tard, le Parti Socialiste a organisé le congrès de Reims pour désigner le successeur de François Hollande.


Décryptage des modes de scrutin du PS et de l'UMP.

A l'UMP, on vote par Internet

A l'UMP, Nicolas Sarkozy était le principal candidat, l'élection était donc une formalité. Au PS, trois candidats partaient favoris, avant que Bertrand Delanoë ne jette l'éponge. Si le contexte de ces élections internes est bien évidemment différent, on peut tout de même s'interroger sur les modalités de ces deux scrutins. En 2004, le vote des militants UMP s'est fait exclusivement par Internet. Les militants de l'UMP avaient reçu leurs codes de connexion parla poste pour voter sur le site web du parti. Ils pouvaient soit voter de chez eux, soit se rendre dans une permanence pour voter sur un ordinateur mis à disposition par l'UMP.

Au PS, même le corps électoral est flou

Quatre ans plus tard, alors que l'utilisation d'Internet s'est généralisée, le Parti Socialiste continue à voter à bulletin secret. Les conditions de l'organisation du scrutin interne sont si compliquées, que le corps électoral précis n'était même pas connu : un ancien militant pouvait faire un chèque, reprendre sa carte, et voter le jour du scrutin. (Voir nos articles sur les adhérents fantômes, et la bataille des chiffres autour du nombre de votants).

Le vote par internet contournerait le poids des fédérations

Face à ce manque de transparence, une question s'impose : pourquoi les adhérents du Parti Socialiste n'ont-ils pas voté par Internet, comme ceux de l'UMP quatre ans plus tôt ? Tout simplement parce qu'au Parti Socialiste, les élus locaux et les présidents de fédération ont un poids prépondérant. Or, un vote par internet, qui serait centralisé, avec des codes de connexion envoyés par le siège parisien qui contrôlerait ainsi beaucoup mieux le fichier des militants, reviendrait à contourner les fédérations. Le PS étant essentiellement un parti d'élus locaux, les "barons" socialistes constituent une force de résistance très puissante. Mais à jouer avec les bulletins et les urnes, à contourner les règles simples de transparence démocratique, les barons locaux ont créé les conditions propices à la crise que traverse le Parti Socialiste.

Sur ce point, Ségolène Royal apparaît plus déterminée que Martine Aubry (candidate de l'appareil), à profondément changer les modes de fonctionnement du parti. Même si l'ex-candidate à la présidentielle s'est appuyée sur certains barons locaux (dans les Bouches du Rhône, dans l'Hérault), elle privilégie un lien direct avec les militants. Le jour où les militants socialistes voteront directement par Internet lors des scrutins internes, le parti aura tourné la page des pratiques d'un autre âge qui explique la crise actuelle.

Notre Dossier sur les dysfonctionnements au Parti Socialiste

- Les fraudes au Parti socialiste étaient un secret de polichinelle
- Les dérives de certaines fédérations du PS : bourrage des urnes et adhérents fantômes
- Après Edvige, la polémique sur le fichier des adhérents du PS baptisé Rosam
- Congrès du PS : la direction sortante craignait de nombreuses fraudes lors du vote
- Bataille de chiffres au congrès du PS : 167 953 adhérents, mais 233 000 votants potentiels ?
- La fédération des Bouches du Rhône sanctionne ceux qui n'ont pas voté Ségolène Royal
- Scrutins internes : Pourquoi les adhérents du PS n'ont-ils pas voté par internet ?
- Pourquoi le Parti Socialiste n'a-t-il pas donné des chiffres exacts lors du résultat du vote ?

_____________________________________________________
Quiz : Pourquoi Ségolène Royal a-t-elle proposé de rembourser les militants ?

Commentaires