Christine Lagarde et les chiffres : erreurs de com' ou absence de langue de bois ?

Thematiques · 18 jan. 2008 à 22:10

Les chiffres de Lagarde

Nicolas Sarkozy pensait avoir fait un coup politique en la nommant ministre de l'Economie. L'ex-responsable du plus grand cabinet d'avocats d'affaires au monde, Christine Lagarde, avait un CV qui garantissait un grand professionnalisme. Mais les affaires et la politique sont deux domaines différents avec des codes de communication qui leurs sont propres. Le point faible de Christine Lagarde est sa spontanéité. Elle multiplie les déclarations spontanées sans se rendre des conséquences de ses propos. Certains y voient une certaine franchise, d'autres des erreurs de communication qu'elle doit immédiatement rectifier.

Les chiffres contradictoires de l'inflation : +1,6% ou +2% ?

Le 5 janvier dernier, Christine Lagarde est invitée au journal de France 2 pour évoquer le problème de l'inflation en France. Avec un certain aplomb, voici ce qu'elle déclare « l'inflation nous la maîtrisons beaucoup mieux que nos voisins. Je pense que nous finirons l'année 2007 à un rythme d'à peu près 1,5%. Nous avons un prévisionnel de 1,6% pour le budget 2008. ». Son propos se veut donc rassurant.
Pourtant, le matin même, elle était invitée sur France Info et elle était beaucoup moins optimiste « l'inflation est à 2%, hélas alors que nous avancions à un rythme de 1,6 ». Aussitôt, ses détracteurs ironisent sur les erreurs de Christine Lagarde. En réalité, entre son intervention sur France Info et celle sur France 2, elle a reçu des coups de fil de Matignon et de l'Elysée pour lui demander de rectifier immédiatement ses chiffres pour éviter d'apparaître trop pessimiste.
Christine Lagarde est donc devenue une cible privilégiée pour la gauche. A l'occasion de ce cafouillage arithmétique, certains responsables de gauche en avaient profité pour dénoncer des estimations erronées : la ministre avait présenté à l'Assemblée un projet de loi de Finances irréalisable qui se basait sur une inflation à 1,8% alors qu'en novembre dernier l'Insee avait indiqué que les prix avaient augmenté de 2,4% !

Les mauvais chiffres de la croissance : 2% en 2008

Lors de sa conférence de presse du 17 janvier, Christine Lagarde a annoncé que la croissance devrait atteindre les 2% en 2007 et serait quasi identique en 2008. Or, ces chiffres sont en deçà des projets gouvernementaux. Bercy avait en effet calculé son budget pour 2008 sur une progression de 2 à 2,5%. Ce qui signifie que l'année à venir sera difficile d'un point de vue économique surtout si l'on considère que certains prix risquent de continuer à augmenter comme le prix du pétrole et des matières premières. La ministre met en cause les contraintes des marchés internationaux. En effet, les pays émergents qui exportent des matières premières, ont progressivement augmenté leurs prix et développer leurs marchés. Les effets de la dévaluation du dollar ont également des répercutions sur l'euro. La France est donc soumise aux fluctuations de l'économie mondiale.
Même si le diagnostic est exact, on peut s'étonner du revirement aussi rapide sur l'estimation de la croissance en 2008. Habituellement, le gouvernement annonce beaucoup plus tard que la croissance sera plus faible que prévu.

L'art d'annoncer les mauvaises nouvelles

A chaque préparation de budget, le gouvernement prévoit des estimations souvent plus optimistes que ce qui est attendu. L'objectif d'un ministre de l'Economie est de créer la confiance et de rassurer les acteurs économiques tout en essayant de tenir un langage de vérité sur la situation du pays. C'est ce subtil dosage entre l'optimisme et le principe de réalité que Christine Lagarde n'arrive pas pour l'instant à trouver. A chacune de ses interventions, l'Elysée frémit de peur que la ministre lâche une énormité. Au cours de ces derniers mois, elle a ainsi reconnu qu'il y avait un plan de rigueur dans la fonction publique. Erreur de communication pour les uns, principe de réalité et absence de langue de bois pour les autres, le style Lagarde divise.
Entendre que la situation en 2008 sera plus difficile encore qu'en 2007 n'est guère enthousiasmant, en particulier à deux mois des municipales. La reconnaissance de la faiblesse de l'économie française remet également en cause les promesses optimistes du candidat à la présidentielle. Et il n'est guère bon qu'un membre du gouvernement le souligne. Christine Lagarde est en train de l'apprendre à ses dépens.

*** Liens

Encylopédie
- Quelle est la différence entre la dette publique et le déficit budgétaire ?
- Qu'est-ce qu'une TVA sociale ?
- Qu'est-ce qu'un bouclier fiscal ?
- Qu'est-ce que la commission des finances ?
- Qu'est-ce que l'Impôt de Solidarité sur la Fortune ?
- Qu'est-ce que le pouvoir d'achat ?

Actualités
- Déficit public : le débat Jacques Attali / Olivier Besancenot
- Pouvoir d'achat : les propositions de Nicolas Sarkozy
- Vente d'actions EDF : la précipitation de Sarkozy coûte 1 milliard d'euros
- Université d'été du Medef : le projet économique de Sarkozy en 5 points
- Economie : comment expliquer la crise financière de l'été ?
- Les mesures de Fillon pour relancer l'investissement
- François Fillon s'occupe du contrat de travail unique
- Economie : les promesses des candidats étaient intenables

Commentaires