Désirs d'avenir, l'outil de conquête de Ségolène Royal

Thematiques · 23 août 2007 à 22:15

Désirs d'avenir

Ségolène Royal s'est construite sans le Parti Socialiste, en gagnant la primaire au PS par l'extérieur, en créant "Désirs d'avenir" et en jouant la stratégie des militants contre les éléphants. Alors que l'échec de la présidentielle devait signifier la fin de cette association, Ségolène Royal en a décidé autrement. En l'absence de courant au sein du PS, elle souhaite désormais faire de Désirs d'avenir son outil pour conquérir le Parti. Explications.

Aux origines de l'association : les débats participatifs

L'association Désirs d'avenir, présidée par Christophe Chantepy, a été créée au début de l'année 2006 pour soutenir la candidature à l'investiture de Ségolène Royal. L'originalité de l'association réside dans la place accordée aux citoyens. Avec la création de débats dits participatifs, Ségolène Royal a tenté de renouveler la manière de faire de la politique.
L'organisation d'un débat participatif obéit à des règles précises. La salle est organisée en cercle, il n'y a pas de tribune, tout le monde est au même niveau, ceux qui veulent prendre la parole se lèvent et vont au centre de la salle. Les personnalités politiques sont mélangées aux militants, il n'y a pas de hiérarchie. N'importe qui dans la salle peut prendre la parole. C'est une façon très originale de faire de la politique. D'ordinaire, les partis politiques sont extrêmement verrouillés, très souvent, on réunit les militants uniquement pour valider les choix du bureau politique, tout est déjà tranché. On ne fait jamais confiance aux militants pour construire un projet. Si l'efficacité des débats participatifs n'a pas encore été démontrée, la tenue de tels débats a au moins le mérite de donner réellement la parole aux citoyens, aux militants.
Tout le monde est apparemment sur le même plan mais sur le forum du site internet "désirs d'avenir", plusieurs personnes présentes à ces débats participatifs expliquent que la parole est inégalement répartie, que c'était dans les premiers rangs qu'on pouvait avoir le parole et que le débat n'a pas forcément eu lieu.

Les limites de Désirs d'avenir : pas de mixité sociale et manque de cohérence idéologique

Grâce à ces réunions et au site internet Désirs d'avenir, Ségolène Royal a eu à sa disposition une grande quantité d'idées apportées par les citoyens. Mais elle n'a pas su en faire un programme cohérent. Par exemple, elle avait annoncé un livre de synthèse issu de ces débats participatifs et elle n'a réussi qu'à en publier deux chapitres sur son site internet. Elle n'a pas su donner une cohérence à tout cela.
Par ailleurs, le profil des participants à ces débats montre les limites de l'impact du phénomène Royal chez les électeurs. Ce sont essentiellement des bobos de centre-ville qui se rendent à ces débats participatifs, les habitants de banlieue ayant voté en majorité Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle. Cet outil ne permet donc pas à Ségolène Royal de retrouver les électeurs populaires. Les membres de Désirs d'avenir sont essentiellement des cadres, des professeurs, dont la moyenne d'âge est de 40 ans. L'association Désirs d'avenir est-elle un parti socialiste bis ? En réalité, il s'agit d'un micro-PS car c'est avant tout un petit club de bobos. La création de Désirs d'avenir ne résoud donc pas ce problème de diversité sociale, les couches sociales qui ne votent plus pour les socialistes ne sont pas revenues.

De l'Elysée à la conquête du PS : la nouvelle stratégie de Ségolène Royal

Désirs d'avenir s'appuie sur 700 comités locaux qui continuent d'organiser des débats participatifs. Il y a eu 6000 réunions avant et pendant la campagne présidentielle. Ségolène Royal avait créé Désirs d'avenir pour gagner l'élection. Le mouvement aurait pu s'éteindre après sa défaite. En réalité, Désirs d'avenir est désormais un outil pour aider Ségolène Royal à s'emparer de la direction du Parti Socialiste. L'association est en pleine expansion avec déjà 17 000 adhérents alors que la nouvelle campagne d'adhésion vient à peine de commencer. Les membres de Désirs d'avenir veulent influencer le parti et le changer de l'intérieur. Ségolène Royal considère Désirs d'avenir comme un lieu de réflexion, un laboratoire d'idées et d'ouverture sur la société. Des citoyens qui ne sont pas membres du PS peuvent venir débattre et le fruit de ces débats sera mis à la disposition du PS pour venir enrichir la réflexion. A terme, les membres de Désirs d'avenir qui ne sont pas encore adhérents au PS ont vocation à le devenir pour soutenir Ségolène Royal dans la prise de contrôle du Parti. L'objectif est bien de changer le parti de l'intérieur, d'infiltrer le PS pour en prendre les commandes.

Les risques de la stratégie de contournement du PS

La stratégie de Ségolène Royal, c'est de percuter le parti de l'extérieur, en jouant l'opinion contre l'appareil. Sans véritable réseau ou courant à l'intérieur du Parti Socialiste, elle s'en construit donc un à l'extérieur du PS en jouant la carte des militants contre les éléphants. Mais depuis sa défaite, Ségolène Royal a brûlé les étapes en laissant entendre qu'elle pourrait briguer le poste de premier secrétaire, être candidate à la candidature socialiste en 2012 et en expliquant sa défaite par un projet socialiste peu crédible, notamment avec la généralisation des 35 heures et le Smic à 1500 euros. La baisse de sa cote de popularité révèle les risques de sa stratégie : à force d'être extérieur au parti, Ségolène Royal finit par s'isoler. Comment prendre les commandes d'un parti dont l'organisation et les cadres sont tant dénigrés par l'intéressée ? Tel est le dilemme que doit résoudre Ségolène Royal qui reste persuadée que le soutien des militants compte plus que tout.

*** Liens

Encyclopédie
- Histoire : la naissance du Parti Socialiste
- Origines de l'expression : "Eléphants du PS"

Actualités
- DSK serait meilleur que Ségolène Royal pour rénover le PS
- Ségolène Royal s'isole au sein du Parti Socialiste
- Royal à la conquête du PS
- Comment la gauche peut-elle s'opposer au gouvernement ?
- Les divisions du Parti Socialiste : le PS officiel, le PS parlementaire, le PS des éléphants
- Ségolène Royal, les raisons d'une défaite qu'elle ne reconnaît pas

Vidéos en ligne
- Ségolène Royal juge que son pacte présidentiel n'était pas crédible
- Le coup de gueule de Ségolène Royal contre l'information de France 2
- Les déclarations de Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal après les résultats de la présidentielle


_____________________________________________________
- La semaine politique : Chômage, Europe, Justice, opposition
- Clic droit, clic gauche : web-censure, cyber-squatting, noms de domaine politiques
- Les dossiers de la semaine: La Libye, Cécilia Sarkozy, Désirs d'avenir

Commentaires