Déplacement de Sarkozy dans la Drôme : l'aérodrome n'était pas adapté à l'Airbus présidentiel

Brèves · 9 avr. 2009 à 20:50

Sarkozy dans la Drôme

Depuis quelques mois, la presse s'amuse à préciser les conditions particulières de tous les déplacements présidentiels. Depuis le limogeage d'un préfet suite à un déplacement qui s'est mal déroulé, les sorties en province de Nicolas Sarkozy sont très encadrées. Dans les usines, les salariés sont sélectionnés, lors des grands rendez-vous, comme le sommet de l'OTAN à Strasbourg, les militants UMP sont en bonne place pour accueillir le président de la République et ses homologues.


Parfois, la préparation des déplacements de Nicolas Sarkozy "sur le terrain" prend une ampleur démesurée. Cette semaine, le Canard Enchaîné et le Point ont repéré le même témoignage, publié dans l'Essor, revue de la gendarmerie nationale, à propos du déplacement de Nicolas Sarkozy dans la Drôme le 3 mars 2009.



En page 34 du courrier des lecteurs, un commandant affecté au déplacement de Nicolas Sarkozy s'est confié sous couvert d'anonymat : "En vingt-six ans, j'en ai fait des services de ce genre (sous Mitterrand et sous Chirac) mais jamais je n'ai vu un tel déploiement et, surtout, un tel coût !". On n'en saura pas plus sur le coût exact de ce déplacement. En revanche, le Canard Enchaîné précise les moyens déployés pour la visite du président de la République :

"1265 gendarmes déployés, la voie rapide Valence-Romans coupée dans les deux sens pendant trente minutes, les deux hélicos (Puma et Gazelle) mobilisés. Avec, cerise sur le képi, cette montagne de matériel qu'il a fallu acheminer de Lyon (à 127 kilomètres), l'aérodrome de Valence où atterrissait l'Airbus présidentiel n'étant pas équipé pour accueillir des zincs de cette taille : deux passerelles, un groupe électrique, un petit tracteur et un Air Starter Unit, sorte de démarreur d'avion de secours. Le tout accompagné de trois agents d'Air France. Une fois Sarkozy reparti, après ses trois heures de visite éclair, hommes et matériel ont repris le chemin de Lyon, en convoi spécial".

Le Point a relevé exactement les mêmes propos du gendarme, "un vieux commandant qui en a vu d'autres".

Pourquoi le Canard Enchaîné et le Point ont-ils décidé de reprendre cette information issue du mensuel de la Gendarmerie ? Tout simplement parce que les moyens déployés apparaissent disproportionnés pour une visite de seulement trois heures et illustrent le décalage entre une crise économique qui touche de plein fouet les salariés et un budget élyséen sans limites.


Pages Lues dans le Canard Enchaîné et Le Point

Sarkozy dans la Drôme

*** Liens

Les avions du pouvoir
- Nicolas Sarkozy veut son "Air Force One"
- L'histoire de la balle perdue dans l'Airbus de Nicolas Sarkozy
- Quand François Fillon inaugure le TGV Est en Falcon ministériel
- Compagnie aérienne de la République : 8 appareils et 4500 euros l'heure de vol
- Les voyages de Nicolas Sarkozy : entre 3 et 4 avions par déplacement
- Sarkozy et Villepin utilisaient les avions de la sécurité civile pour faire du tourisme
- L'avion de François Fillon a évité de justesse la collision avec un avion de tourisme
- Penelope Fillon a bien pris un Falcon et l'Express a discrètement modifié sa brève sur son site
- Voyage en avion de Fillon : bilan carbone et coût d'un déplacement à caractère privé
- Quand un secrétaire d'Etat prend un Falcon de la République pour assister à un match de football
- Quand Christian Estrosi louait un jet privé pour 138 000 euros aux frais de l'Etat

_____________________________________________________
Décryptage : Comment Nicolas Sarkozy fabrique de belles images pour le 20 heures

Commentaires