Claude Guéant, portrait de celui qui préside la réunion de 8h30 à l’Elysée

Thematiques · 19 mar. 2009 à 23:32

Claude Guéant - 8h30 - Elysée

Tous les matins, à 8h30, se tient une réunion dans le salon vert, à l'Elysée, autour de Nicolas Sarkozy. C'est la réunion la plus importante de la journée, là où se prennent toutes les décisions. Nicolas Sarkozy y définit la stratégie du pouvoir à l'aide de douze conseillers. C'est le gouvernement bis. Autour de la table, on trouve Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée, Henri Guaino, la plume du président, Catherine Pégard, l'ancienne rédactrice en chef du Point, conseillère politique, Emmanuelle Mignon, la conseillère spéciale, Jean-David Levitte, conseiller diplomatique, Cédric Goubet, chef de cabinet, Raymond Soubie, conseiller social, Jérôme Peyrat, conseiller politique, Patrick Ouart, conseiller à la justice et Franck Louvrier, conseiller en communication. Il y avait également François Pérol, remplacé depuis deux semaines par Xavier Musca. Certains s'expriment dans les médias, d'autres restent dans l'ombre. Tous ont la confiance du président. Portraits de ce gouvernement de l'ombre.

Série 4/12 : Claude Guéant, le numéro 2 de l'Elysée

Elysée, la réunion de 8h30

Origines et formation

Claude Guéant est originaire du Nord. Il est né à Vimy, en 1945, entre Lens et Arras. Son père est employé dans une société de transport et sa mère est institutrice. Une fois son baccalauréat en poche, il part un an en stage aux Etats-Unis grâce à une bourse destinée aux élèves les plus méritants. Dès son retour, il quitte le Nord pour faire des études à Paris. Il commence par faire du Droit puis intègre Sciences Po et l'ENA. Il sort 17ème ce qui lui permet de choisir un corps de métier prestigieux mais il hésite entre trois voies : la diplomatie, le trésor et la préfectorale. Par nostalgie, sans doute, il revient dans le Nord faire son stage de l'ENA de deux mois comme mineur.
Le choix de la préfectorale étonne ses camarades à une époque où les étudiants sont dans la rue pour manifester. Choisir cette voie, c'est clairement se placer du côté des forces de l'ordre et par conséquent passer pour un « briseur de grèves ». Mais Claude Guéant s'en moque préférant se tenir à l'écart des manifestations étudiantes. En mai 68, il fait son service militaire à Saumur et ne se tient pas au courant de l'agitation étudiante.

Claude Guéant, directeur général de la police nationale

Claude Guéant est nommé directeur de cabinet du préfet du Finistère, puis secrétaire général pour les affaires économiques de la Guadeloupe en 1974. Trois ans plus tard, il entre véritablement dans le monde de la politique en devenant conseiller technique chargé des questions de sécurité auprès de Christian Bonnet, ministre de l'Intérieur de Valéry Giscard d'Estaing. A 41 ans, il change de poste pour être alors nommé secrétaire général de la préfecture des Hauts-de-Seine, poste qu'il occupe entre 1986 et 1991. Charles Pasqua, président du Conseil général des Hauts-de-Seine, le repère. Il lui propose d'être son directeur adjoint de cabinet au ministère de l'Intérieur. Même si les deux hommes ne partagent pas les mêmes valeurs, Claude Guéant fait montre de rigueur et d'ordre. Grâce à ces qualités, Charles Pasqua garde sa confiance et le nomme directeur général de la Police nationale en 1994. Il collabore ensuite avec Jean-Louis Debré et Jean-Pierre Chevènement. Sans étiquette politique, Claude Guéant collabore aussi bien avec des ministres de gauche comme de droite. Entre 1998 et 2002, il exerce la fonction de préfet. Après la réélection de Jacques Chirac, il entre comme directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, sur les conseils de Charles Pasqua.

De la réforme de la police aux émeutes de 2005

Le grand projet de Claude Guéant consiste à réformer la fonction policière pour redonner une véritable hiérarchie entre les différents grades du corps de police. Claude Guéant travaille donc à la réorganisation complète de la police. Il souhaite revoir les emplois, les statuts comme les affectations. Pour mener à bien son projet, il négocie avec les syndicats pour mettre un terme à la guerre des polices afin de rendre plus efficace une police considérée comme « le bras armé de la société ».
Avec Nicolas Sarkozy, il organise différents plans d'actions spectaculaires comme l'arrestation du déséquilibré, HB, qui prend en otage une classe d'enfants et leur institutrice dans une école de Neuilly-sur-Seine le 13 mai 1993, ou bien l'arrestation d'Yvan Colonna, le meurtrier présumé du préfet Claude Erignac le juillet 2003.
Testé à l'Intérieur, transféré avec succès au ministère de l'Economie, mis en réserve dans les Hauts de Seine, Claude Guéant a suivi Nicolas Sarkozy dans ses différents postes depuis 2002. Son profil d'homme sérieux, intègre, discret et bourreau de travail donne l'idée à Nicolas Sarkozy de lui confié le poste de secrétaire général de l'Elysée.

De directeur de campagne à secrétaire général de l'Elysée

Depuis 2002, Claude Guéant suit Nicolas Sarkozy dans tous ses ministères. Aussi quand ce dernier se présente à la présidentielle, il n'hésite pas : c'est le préfet qui sera son directeur de campagne. Les deux hommes sont antithétiques et complémentaires. Claude Guéant est chargé de conseiller Nicolas Sarkozy dans sa conquête de l'Elysée. Suite à l'incident du Salon de l'agriculture où le candidat a lâché un « pauvre con » à l'un des visiteurs, Claude Guéant s'est occupé de la presse mais surtout de prendre de nouvelles mesures de sécurité permettant d'éviter ce genre d'incident fâcheux... Contrairement à la plupart des autres collaborateurs de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant s'en tient à des relations strictement professionnelles ainsi qu'au vouvoiement.
Quand Nicolas Sarkozy est élu, il décide de nommer le préfet secrétaire général de l'Elysée au grand dam de Brice Hortefeux qui était persuadé que ce serait lui qui aurait le poste tant convoité.
Avec le président de la République, Claude Guéant organise une sorte de gouvernement bis qui court-circuite le travail du Premier ministre. Le secrétaire général est chargé par exemple de recadrer l'action du gouvernement si le président estime que quelque chose ne va pas. En 2007, Christine Lagarde annonce publiquement que l'année 2008 sera difficile et connaîtra une croissance moins forte que prévue. Aussitôt, Claude Guéant s'exprime à son tour pour la contredire. D'autre part, il réunit chaque matin son équipe, anime les débats et apporte des idées au président en permanence. Claude Guéant est donc en concurrence avec François Fillon qui n'apprécie guère cette mainmise sur son travail.

Commentaires