Nouveau Centre : 8 000 adhérents et un financement public de 900 000 euros venant de Papeete

Enquete · 1er oct. 2008 à 18:42

Nouveau Centre en Polynésie

Les 29 et 30 septembre, le Nouveau Centre a tenu ses premières journées parlementaires à Beaune. Six mois après son congrès fondateur, le NC (qui devait s'appeler Solid pour "Social Libéral Démocrate") peine à faire entendre sa voix sur la scène politique. Ces centristes qui ont "trahi" François Bayrou font officiellement partie de la majorité présidentielle, sans réussir véritablement à se distinguer de l'UMP. Né de l'explosion de l'UDF, le Nouveau Centre reste un parti à part sur la scène politique : très peu d'adhérents, des élus sous perfusion de l'UMP et surtout, un financement public venu de Papeete dont la légitimité peut être sérieusement mise en doute.

Revue de presse du mercredi 1er octobre 2008

- Mediapart : Le Nouveau Centre, combien de divisions?
- Le Parisien : Financement : l'astuce polynésienne du Nouveau Centre
- AFP : Le Nouveau Centre veut être "l'aiguillon social et réformiste" de la majorité

Nouveau Centre : un parti d'élus sans militants

Selon les derniers chiffres officiels, le Nouveau Centre compte 8 000 adhérents, à peine plus que les Verts, parti écologiste sur le déclin. A comparer avec les 60 000 adhérents du MoDem, le Nouveau Centre apparaît comme une coquille vide. Sans militants, le parti d'Hervé Morin est d'abord une formation politique d'élus. Cette singularité est liée à l'origine du parti : aux législatives de juin 2007, 21 des 29 députés UDF ont quitté François Bayrou (en rupture avec la droite et l'UMP), pour pouvoir se faire réélire. Dans la précipitation, ces députés dissidents, emmenés par Hervé Morin, ont créé un nouveau parti centriste. Mais à la différence du MoDem qui peut s'appuyer sur les 7 millions d'électeurs de François Bayrou, le Nouveau Centre cherche encore sa légitimité politique. Pour l'instant, il s'agit du parti des anciens élus UDF, sans avoir réussi à capter les militants du parti fondé par Giscard d'Estaing.

Des ministres, des députés, mais peu de poids politique

A défaut d'avoir des militants, le parti a au moins des élus : 17 députés à l'Assemblée nationale, 9 sénateurs, 1 député européen. Quatre responsables du Nouveau Centre sont également au gouvernement : Hervé Morin (ministre de la Défense), André Santini (secrétaire d'Etat à la fonction publique), Valérie Létard (secrétaire d'Etat à la solidarité) et Christian Blanc (secrétaire d'Etat en charge du développement du Grand Paris).
Malgré cela, le parti a peu de poids politique. Le Nouveau Centre a réussi à avoir autant d'élus uniquement grâce à son alliance avec l'UMP qui a la majorité absolue à l'Assemblée nationale. L'existence du Nouveau Centre et la présence de ses membres au gouvernement dépendent uniquement de la bienveillance de l'UMP et de la politique d'ouverture de Nicolas Sarkozy car la majorité présidentielle n'a formellement pas besoin des voix du Nouveau Centre. Le parti peine d'ailleurs à exister politiquement et à se distinguer de l'UMP. Les députés centristes ont bien menacé de ne pas voter le financement du RSA, mais le Nouveau Centre reste amarrer à la majorité présidentielle qui le fait vivre. Aux élections européennes, après avoir envisagé de présenter des candidats dans toutes les régions, le Nouveau Centre a finalement décidé de présenter des listes communes avec l'UMP.

Financement public : le Nouveau Centre perçoit 900 000 euros par an grâce à un parti polynésien

Peu de militants, des élus obtenus uniquement grâce au soutien de l'UMP, le Nouveau Centre est donc un parti en mal de représentativité. D'ailleurs, aux législatives de juin 2007, malgré les candidatures des parents, des enfants, des chauffeurs, les responsables politiques du Nouveau Centre n'ont pas rempli les conditions pour obtenir un financement public. Avec seulement 2,3% des suffrages à l'échelle nationale, seuls 43 candidats du Nouveau Centre ont dépassé les 1% des voix. Il en fallait au moins 50 pour prétendre à des subventions publiques. En octobre 2007, le parti a essayé de changer la règle de financement avec la complicité de l'UMP. Mais face au tollé d'une telle initiative, la manoeuvre a échoué.
Malgré tout, le Nouveau Centre a réussi à obtenir 900 000 euros par an de financement public. La manoeuvre est douteuse, mais légale. Le Nouveau Centre a passé une convention avec Fetia Api, un parti polynésien proche de l'ex-UDF. Grâce à cette alliance (les deux partis sont désormais confondus), le Nouveau Centre bénéficie du régime des partis politiques d'outre-mer : un seul candidat élu donne droit à 45 000 euros de subventions par an et par élu pendant 5 ans. Le Nouveau Centre / Fetia Api compte donc plus d'une vingtaine de parlementaires et reçoit un peu plus d'un million d'euros de subventions par an. Fetia Api reverse l'essentielle de cette subvention au Nouveau Centre, environ 900 000 euros.
Cette manne financière inespérée permet à ce parti sans militants de louer le siège du parti dans un bâtiment, rue de Grenelle, dans le 7ème arrondissement de Paris, à deux pas de l'Assemblée nationale.



Avec ses manoeuvres douteuses pour obtenir un financement, des candidatures de complaisance pour simplement récupérer des subventions, le Nouveau Centre a une image relativement négative auprès d'une opinion qui ne comprend pas l'utilité politique d'un parti qui ne parvient pas réellement à se distinguer de l'UMP. L'avenir du Nouveau Centre passe donc par un assainissement de ses pratiques et une clarification de sa ligne politique pour marquer sa différence avec l'UMP et le MoDem de Bayrou.

*** Liens

- Bayrou / Morin : MoDem contre Nouveau Centre
- MoDem / Nouveau Centre : la bataille du financement public
- François Bayrou a failli perdre le sigle de l'UDF
- Au Sénat, l'UDF existe toujours, le MoDem et le Nouveau Centre sont minoritaires
- Un partisan de Bayrou a récupéré les noms de domaine du Nouveau Centre

_____________________________________________________
Quiz : Combien Hervé Morin, passionné d'équitation, a-t-il gagné en vendant son pure-sang Literato ?

Commentaires