François Bayrou pourrait perdre le sigle de l'UDF

Thematiques · 9 oct. 2007 à 20:35

Sigle de l'UDF

A l'automne, François Bayrou va fonder son nouveau parti politique, le Mouvement Démocrate. La transformation de l'UDF en MoDem a pour but d'élargir la base électorale du parti centriste. Depuis la campagne présidentielle, François Bayrou a changé de ligne politique, en rejetant une alliance automatique avec la droite. Alors que l'UDF a toujours participé à des majorités gaullistes, François Bayrou ne veut plus s'interdire de discuter avec la gauche, voire même à passer des alliances avec les socialistes. Ce changement stratégique est aussi sémantique. Il préfère désormais le terme de "démocrate" plutôt que de "centriste" pour mieux souligner son nouveau positionnement politique : incarner un courant social-démocratie.
Au moment où la famille centriste se déchire (des ex-UDF sont à l'UMP, certains sont au "Nouveau Centre", les autres sont restés avec Bayrou), le changement de nom prend une tournure inattendue. François Bayrou devrait abandonner le sigle "UDF" pour celui de "MoDem". Sauf que certains députés centristes, ennemis de Bayrou, seraient tentés de récupérer le nom de l'UDF. Dès lors, la question est posée : à qui appartient l'UDF ?

L'UDF, le parti de Giscard d'Estaing

A l'origine, l'Union pour la Démocratie Française est un parti créé par Valéry Giscard d'Estaing. Elu en 1974, Valéry Giscard d'Estaing était issu des rangs des Républicains Indépendants et n'avait pas de vrai parti politique structuré, contrairement aux Gaullistes réunis au sein de l'UDR. Après la rupture fracassante avec son Premier ministre, Jacques Chirac, et la création par celui-ci du RPR, Giscard d'Estaing a du créer un nouveau parti pour rassembler ses partisans. Il a donc créé l'UDF, organisation qui fédérait, au départ, plusieurs partis politiques.

L'unification de l'UDF sous Bayrou

Après l'échec de la candidature de Raymond Barre à la présidentielle de 1988, l'UDF traverse une crise d'identité. Mais progressivement, le leader de Force Démocrate, François Bayrou, prend l'ascendant sur les autres partis politiques réunis au sein de l'UDF. En septembre 1999, François Bayrou est élu président de l'UDF et transforme la confédération en un parti unique. Dès lors, le leader centriste va suivre une politique d'autonomie vis-à-vis du RPR, puis de l'UMP, de plus en plus affirmée. En 2002, Bayrou obtient 6,84% des voix et refuse d'entrer au gouvernement pour garder sa liberté de parole. Pendant le quinquennat de Jacques Chirac, il va prendre progressivement ses distances avec la droite.

De l'UDF au MoDem

L'élection de 2007 achève cette stratégie d'autonomie de l'UDF. Désormais, François Bayrou veut aller plus loin encore en n'hésitant plus à dialoguer avec la gauche. Rejetant le terme de "centre", il veut désormais incarner une ligne social-démocrate, plus à gauche sur les questions sociales tout en étant rigoureux sur la gestion des finances publiques. Du centre-droit, il serait passé au centre-gauche. Mais en brouillant les cartes, François Bayrou a dérouté certains de ses amis. En 2002, une partie des troupes de l'UDF ont rejoint l'UMP. En 2007, une grande partie des élus centristes ont quitté l'UDF pour fonder le "Nouveau Centre". Avec la création du MoDem, François Bayrou acte définitivement la mort de l'UDF.

L'UDF, un sigle détenu par un centriste de l'UMP

En 2004, Hervé de Charette, ancien membre de l'UDF passé à l'UMP, s'aperçoit que personne n'a déposé le nom de l'UDF à l'INPI (Institution National de la Propriété Intellectuelle). Il décide donc de l'enregistrer à son nom. Jusqu'à présent, François Bayrou avait gardé l'usufruit du sigle. Lors des législatives, les candidats du MoDem s'étaient présentés sous le sigle "UDF-MoDem" en attendant la création officielle du nouveau parti.
Mais que va-t-il se passer lorsque François Bayrou aura abandonné toute référence à l'UDF ? Hervé de Charette et les membres de son club "Perspectives et Réalités" ont d'ores et déjà annoncé qu'ils souhaitaient récupérer le sigle de l'UDF. Non seulement le sigle est enregistré à leur nom, mais ils considèrent en plus que François Bayrou n'a pas le monopole de l'héritage de l'UDF. Dès lors, si François Bayrou décide d'abandonner définitivement la référence à l'UDF au profit de l'unique appellation "MoDem", on pourrait voir renaître de ses centres une nouvelle UDF.

*** Liens

Encyclopédie
- Biographie de François Bayrou
- Histoire de la création de l'UDF

Actualités
- Quel avenir politique pour François Bayrou ?
- MoDem/Nouveau Centre : la bataille du financement public
- Disparition du centriste Raymond Barre
- Législatives : MoDem contre Nouveau Centre
- Le Mouvement Démocrate de Bayrou, un "modem" sans réseau
- Législatives : Bayrou, la stratégie de l'isolement
- Bayrou/Royal : la construction d'un courant social-démocrate ?

Vidéos en ligne
- Dans les coulisses du QG de campagne de Bayrou
- Montebourg soutenait Bayrou en 2002
- La vidéo d'Alain Duhamel à propos de Bayrou
- Bayrou/Royal : un débat de qualité sur des questions de fond

Commentaires