Grève : le remake de 1995 ?

Enquete · 18 oct. 2007 à 21:25

Journée de grève

Les salariés de la fonction publique étaient en grève aujourd'hui pour protester contre la réforme des régimes spéciaux de retraite. Selon les derniers chiffres rendus publics, la mobilisation a été plus forte qu'en 1995. Le spectre d'un conflit social dans la durée n'est pas à exclure. Pour autant, la situation est très différente par rapport aux grèves de 1995.

Revue de presse du jeudi 18 octobre 2007

La presse revient sur cette journée de blocage dans les transports publics. "Une grève plus suivie qu'en 1995" titre Le Figaro. "Face à une forte journée de mobilisation, le gouvernement réaffirme sa détermination" précise Le Monde. Si les syndicats ne se sont pas mis d'accords pour la poursuite du conflit, il devrait y avoir encore des perturbations demain comme l'indique le NouvelObs : "les trafics SNCF et RATP seront toujours perturbés vendredi matin".

Le précédent de 1995

En 1995, le Premier ministre, Alain Juppé, avait tenté de réformer les régimes spéciaux de retraite des cheminots. Ces derniers ont un statut à part qui leur permet de partir en retraite à 55 ans, voire 50 ans pour une partie d'entre eux. La réforme vise à aligner les régimes spéciaux sur celui du régime général en faisant passer la durée de cotisation à de 37 à 40 annuités pour tous.
Le 15 novembre 1995, Alain Juppé a donc présenté un projet de réforme qui comprenait notamment le passage à 40 années de cotisation pour tous, y compris pour les régimes spéciaux. Mais après trois semaines de grèves et la paralysie totale du pays, Alain Juppé a été contraint de reculer.

2007, un contexte différent

La grève du 18 octobre 2007 est un véritable succès pour les organisations syndicales. La SNCF a enregistré un taux record de mobilisation avec 73,5 % de grévistes, contre 67 % au plus fort du conflit de 1995. Le trafic a été très perturbé, et il devrait l'être encore demain, certaines organisations ayant appelé à poursuivre le mouvement.
Cependant, aucune grève illimitée n'a encore été décidée et tout laisse à penser que le contexte est différent de celui de 1995. Avant de lancer la réforme, l'Elysée a réalisé discrètement plusieurs enquêtes d'opinion sur le projet d'aligner la durée de cotisation des salariés de la SNCF sur celle des salariés du régime général. Les résultats sont beaucoup moins tranchés qu'en 1995. A l'époque, la réforme Juppé faisait l'unanimité contre elle.
Aujourd'hui, l'opinion publique est partagée. Si les résultats des enquêtes d'opinion sont parfois contradictoires, il apparaît que la moitié des Français considère que l'alignement des régimes spéciaux est une question d'équité. Les syndicats connaissent ces chiffres, c'est la raison pour laquelle ils hésitent à lancer un mouvement de grève illimitée qui deviendrait rapidement impopulaire.

Que va-t-il se passer dans les semaines à venir ?

Au soir de la première journée de grève, le gouvernement est resté sur ses positions. Le ministre du travail, Xavier Bertrand, a expliqué qu'il rencontrerait les syndicats la semaine prochaine pour tenter d'amorcer le dialogue. Mais sur le projet de loi et l'allongement de la durée de cotisation, le gouvernement n'entend pas revenir dessus. Nicolas Sarkozy n'a pas l'intention de céder et compte bien réussir là où Juppé et Chirac ont échoué en 1995.
Toutefois, comme dans tout mouvement social, l'issue du conflit demeure toujours incertaine. Si le mouvement de grève se durcissait, si l'opinion se retournait contre le gouvernement, alors ce dernier ne pourrait pas rester sourd aux appels de la rue. Mais pour l'instant, un conflit comme celui de 1995 n'est pas l'hypothèse la plus probable.

*** Liens

- Qu'est-ce que les régimes spéciaux de retraite ?
- Qui finance les syndicats ?
- La méthode Sarkozy pour réformer les régimes spéciaux
- La classe politique divisée sur la réforme des régimes spéciaux de retraite
- Retraite des parlementaires : un régime spécial
- Retraite : le régime très spécial des militaires
- Sarkozy sur TF1 et France 2 : des retraites et des dettes

_____________________________________________________
Quiz : Qui a dit à propos de Ségolène Royal : « Ce n'est pas sûr que le fait d'être nul soit un handicap en France » ?

Commentaires