Le retour du Premier Cercle de l'UMP : le club est réactivé après une baisse des dons d'environ 250 000 euros à cause de l'affaire Woerth

Enquete · 14 mar. 2011 à 08:10

Premier cercle de l'UMP

Financement de l'UMP, le retour. A un an de l'élection présidentielle, le parti dirigé par Jean-François Copé a décidé de relancer le Premier Cercle, le club des 370 plus gros donateurs de l'UMP. Depuis l'affaire Woerth/Bettencourt, ce club VIP avait été mis en sommeil. D'après le nouveau trésorier de l'UMP, Dominique Dord, l'affaire qui a éclaté l'été dernier aura coûté entre 200 000 et 300 000 euros de dons en moins en 2010. Il était donc temps de relancer la machine.


L'Express a enquêté dans ce club très fermé dont le mot d'ordre est désormais : discrétion.

Un droit d'entrée à 3000 euros, une structure qui collecte jusqu'à 1,5 million d'euros par an

Le Premier Cercle est une structure créée par Nicolas Sarkozy en 2004, lorsqu'il a pris la tête de l'UMP. Objectif ? Rassembler les plus gros donateurs de l'UMP en leur faisant bénéficier de prestations VIP en échange de dons élevés. Le droit d'entrée dans ce club très fermé est de 3000 euros minimum (la limite étant fixée par la loi à 7 500 euros de dons par an à un parti politique). Une fois que l'inscription est accordée, les heureux membres reçoivent "une carte bleu nuit Premier Cercle Optimum à leur nom et l'abonnement à une publication, Clés-Actu, qui fait régulièrement le point sur les thèmes d'actualité", dixit L'Express. Et la machine à cash fonctionne très bien : les meilleures années, le Premier Cercle peut rapporter jusqu'à 1,5 million d'euros. Soit près de 20% des dons reçus par l'UMP.

Le club est relancé dans la discrétion

D'après le recensement de L'Express, "voilà trois mois que le cycle de leurs réunions mensuelles a discrètement repris son cours dans les locaux parisiens de l'UMP, rue La Boétie. Une première rencontre, quasi confidentielle, s'est tenue en décembre avec le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire. Une deuxième, le 8 février, a rassemblé une centaine de membres autour de son collègue de l'Education nationale, Luc Chatel. Surtout, le 25 janvier, les bienfaiteurs de l'UMP ont pu applaudir leur champion en personne, Nicolas Sarkozy, à l'hôtel Méridien de la porte Maillot. Ils l'ont entendu, fidèle à lui-même, vanter ses réformes et déplorer les corporatismes français. Les remercier de leur soutien, aussi".
Le Premier Cercle est donc de retour. Mais cette fois-ci, la discrétion est de rigueur. Quand l'hebdomadaire a souhaité contacter plusieurs industriels, membres du Premier Cercle, aucun n'a souhaité répondre. "Le Premier Cercle n'est pas une secte, ni un clan, ni une société secrète!" proteste pourtant un marchand d'art parisien dans L'Express. Dans le même temps, celui-ci exige le plus strict anonymat...
Il faut dire que la consigne est bien passée : suite aux déboires de l'affaire Woerth/Bettencourt, la direction de l'UMP a demandé aux membres de cette structure de ne pas s'épancher dans la presse. Message reçu. Mais quels sont les avantages du club ?

Quand Sarkozy et ses ministres bichonnent les riches donateurs

Les membres du Premier Cercle sont réunis une fois par mois par l'UMP pour débattre ou venir écouter un membre du gouvernement, un conseiller du président ou une personnalité politique de premier plan. Des ateliers de travail, sous la houlette d'experts, sont également organisés. Mais la "suprême récompense" selon l'Express, c'est surtout la venue de Nicolas Sarkozy qui fait le déplacement deux à trois par an à l'une de ses réunions : "Eux sont heureux de cette proximité, lui n'a pas peur d'être accusé de clientélisme" conclut l'hebdomadaire.

Le Premier Cercle, aussi symbolique qu'il soit, est la partie émergée de l'iceberg puisque dans les meilleures années, il ne draine "que" 20% des dons reçus par l'UMP. Le parti bénéficie surtout du soutien de toute une galaxie de micros-partis pour collecter des dons. Ces fameux micros-partis découverts dans le cadre de l'affaire Woerth/Bettencourt. Mais là encore, l'heure est à la discrétion.


Source : Anne Vidalie, "Le Premier Cercle de l'UMP cultive ses dons", L'Express, 9 mars 2011

Premier cercle de l'UMP




>> Financement : Les mini-banques de l'UMP rapportent plus de 130 000 euros chaque année

Les micros partis de l'UMP



>> L'UMP utilise l'argent de la formation des élus pour financer banquets et cocktails

Les cocktails de l'UMP



>> Le micro-parti de Valérie Pécresse a collecté la somme record de 400 000 euros en 2009

Pécresse et les 400 000 euros



>> En pleine affaire Woerth, Laurent Wauquiez s'est rendu à Londres pour chercher des fonds pour son micro-parti

Micro parti de Laurent Wauquiez



>> Le nouveau trésorier de l'UMP a travaillé pour l'Oréal et possède un micro-parti

Dord à l'UMP



>> Quand le nouveau trésorier de l'UMP fait sa pub avec le soutien financier des entreprises de sa ville

Dord fait de la pub



>> Suite aux dernières révélations, les amis du nouveau trésorier de l'UMP achètent tous les numéros du Canard enchaîné

Dord enrichit le canard

Commentaires