Valérie Pécresse, portrait d'une ministre en difficulté

Thematiques · 7 fév. 2009 à 22:38

Valérie Pécresse

Alors que Valérie Pécresse fait figure de favorite face à Roger Karoutchi pour devenir la candidate UMP pour les régionales 2010 en Ile de France, l'UMP vient d'annoncer que les primaires étaient suspendues. La consigne vient directement de l'Elysée qui a demandé à la ministre de se concentrer sur le dossier des universités. Depuis quelques jours, le mouvement de contestation de la réforme, modifiant notamment les critères d'évaluation des enseignants-chercheurs, prend de l'ampleur. Plusieurs grèves ont été déclenchées dans certaines universités. Après la mobilisation contre la réforme des lycées, le gouvernement doit donc affronter une nouvelle fronde, dans l'enseignement supérieur cette fois-ci. Plutôt discrète depuis son entrée au gouvernement en 2007, Valérie Pécresse est désormais en première ligne.


Portrait.

Origines et formation

Valérie Pécresse est née le 14 juillet 1967 à Neuilly-sur-Seine. Son père Dominique Roux est universitaire en économie et président de Bolloré Télécom. Sa mère a fait des études de lettres avant d'intégrer les Sciences politiques de Paris. Du côté paternel, la famille, méditerranéenne, s'occupe du commerce ainsi que de la vie politique locale. Du côté maternel, au contraire, la famille est parisienne, et enseigne la médecine à l'université.
Comme Valérie Pécresse sait lire dès l'âge de 4 ans, elle saute deux classes. Elle étudie au collège Sainte-Marie de Neuilly-sur-Marne et obtient son baccalauréat à 16 ans. Elle entre alors dans une école préparatoire versaillaise, au lycée privé Sainte-Geneviève. Elle intègre l'école de commerce HEC et en sort diplômée en 1988. Elle parle, de surcroît, quatre langues : français, anglais, russe et japonais. Elle poursuit ses études et passe un DESS de droit ainsi qu'un DEA de fiscalité financière. Enfin, elle parvient à sortir deuxième de l'ENA en 1992. Voulant devenir juge, pendant deux ans, elle enseigne le droit constitutionnel à l'Institut d'études politiques de Paris mais entre très vite au conseil d'Etat en tant qu'auditrice et réalise que ce n'est pas la voie qui lui correspond. Elle lui préfère la politique. Entre 1993 et 1998, elle est conseillère auprès du service juridique et technique de l'information rattaché au Premier ministre.

Un début de carrière sous la protection de Jacques Chirac

Tandis qu'elle est la conseillère de Jacques Chirac depuis 1993, elle décide de le soutenir lors de la dissolution en 1997 et le retour de la gauche au pouvoir. Son attachement à Jacques Chirac date depuis toujours. Elle connaît bien le président de la République puisque son grand-père maternel a été pendant longtemps le psychiatre de Laurence, la fille anorexique de Jacques Chirac. De même, la famille du mari de Valérie Pécresse, elle aussi de Corrèze, connaît bien les Chirac.
En 1998, Valérie Pécresse entre alors à l'Elysée comme chargée de mission puis conseillère technique auprès du président de la République. Grâce à son entente et sa collaboration avec Jacques Chirac, elle parvient à faire son entrée en politique, à se créer un réseau et à trouver sa place à l'UMP. C'est ainsi qu'en 2002, elle devient secrétaire générale adjointe du partie chargée des études et du centre d'études politiques. en 2004, elle est désignée porte-parole de l'UMP.

Députée des Yvelines depuis 2002

En 2002, le RPR cherche des femmes pour maintenir une certaine parité lors de la campagne des législatives. Pierre Bédier et Henri Cuq lui offrent la succession du député des Yvelines, Franck Borotra, qui accepte de soutenir sa candidature. Elle est élue sans difficulté avec 65.1% des suffrages et siège à l'Assemblée nationale, se spécialisant dans les questions familiales. Elle est réélue en juin 2007 dès le premier tour avec 54.80 des voix. Les Yvelines est son domaine de prédilection : son mari est versaillais, elle-même y a fait ses études. Voulant s'implanter dans son territoire, elle adopte une technique de terrain en se rendant elle-même dans les permanences de l'une de ses vingt communes. Depuis mars 2004, elle est conseillère régionale d'Ile-de-France.

Ses premiers pas en tant que ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Durant la campagne présidentielle de 2007, Valérie Pécresse, sans renier son appartenance à la chiraquie, décide de soutenir la candidature de Nicolas Sarkozy. Elle prend également le parti de minimiser les désaccords entre Dominique de Villepin et le candidat, ce qui lui permet de ne pas s'attirer les hostilités de l'un ou de l'autre si bien qu'au lendemain de l'élection présidentielle, François Fillon la nomme ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle doit immédiatement prendre en charge deux dossiers importants : le budget réservé à la recherche et l'autonomie des universités. Dès son arrivée au gouvernement, la ministre fait voter sa loi sur l'autonomie des universités mais se trouve confrontée aux étudiants qui bloquent les facultés quelques mois plus tard. Soutenue par le Président de la République, elle réussit à mener à bien son projet et à rencontrer les étudiants à l'Elysée, étudiants qu'elle connaît bien pour avoir débattu avec eux lors des polémiques en 2005 au sujet du CPE en tant que porte-parole UMP.
Malgré la mobilisation, en janvier 2008, la loi est votée. Dores et déjà, vingt universités ont accepté de s'autogérer, les soixante-cinq autres le feront d'ici 2012. Pour ne pas léser les universités, Valérie Pécresse promet d'augmenter leur budget de 10% en 2009.

Une ministre en difficulté face à la fronde des universitaires

En février 2009, les enseignants-chercheurs sont en grève et manifestent leur colère à l'égard de la ministre qui envisage plusieurs réformes. La première vise à demander aux enseignants d'université qui ne font pas de recherche ou très peu d'enseigner davantage. La seconde réforme concerne la formation des maîtres qui auront désormais un niveau de qualification fixé à Bac+5. Enfin, la réforme qui irrite le plus les enseignants-chercheurs concerne le déroulement de leur carrière (recrutement, avancement, octroi de primes ou de congés sabbatiques et modulation des services) qui serait confié aux directeurs d'universités.

Future candidate aux élections régionales de 2010 ?

Parallèlement à sa carrière ministérielle, Valérie Pécresse souhaite se présenter aux élections régionales de 2010 en Ile-de-France. Le pari est risqué puisque d'une part, le PS y est élu depuis 1998 et d'autre part, le secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement, Roger Karoutchi, est lui aussi candidat à la candidature. A la fin du mois de mars 2009, les militants UMP devront choisir entre les deux candidats celui qui mènera la campagne électorale en Ile-de-France.

*** Liens

- Pourquoi les étudiants bloquaient-ils les universités en novembre 2007 ?
- Quand Valérie Pécresse tente un coup de bluff lors d'un débat sur France 5
- Régionales 2010 en IDF : Roger Karoutchi saisit une commission des sondages qui n'existe plus

_____________________________________________________
Education : Suppressions de postes, Xavier Darcos nous répond

Commentaires