Fonction publique : un plan de rigueur qui ne dit pas son nom

Thematiques · 3 sep. 2007 à 22:50

Plan de rigueur

Y a-t-il un plan de rigueur dans la fonction publique ? Dimanche dernier, lors de l'émission "Le grand rendez-vous d'Europe 1", la ministre de l'économie, Christine Lagarde, s'est laissée aller à la confidence, sans prévoir les conséquences de ses propos. Elle a parlé d'un plan de rigueur à propos de la fonction publique, c'est-à-dire la volonté du gouvernement de réduire les dépenses, donc le nombre de fonctionnaires. Si cette information n'est pas un scoop, le terme de "rigueur" a, en revanche, entraîné un début de polémique aussitôt éteint par Claude Guéant et François Fillon. Retour sur cette séquence sémantique ou comment le langage de vérité se heurte à la langue de bois.

Un plan de rigueur dans la fonction publique pour Christine Lagarde

Les derniers propos de Christine Lagarde sont à l'origine d'un cafouillage gouvernemental. A propos de la réduction des dépenses de l'Etat, la ministre de l'économie a répondu spontanément au journaliste : "Bien sûr que nous préparons un plan de rigueur, mais ce plan de rigueur est destiné à la fonction publique pour l'essentiel (...) il n'est pas question de plan de rigueur vis-à-vis du consommateur français".
Par ces propos, elle confirmait que l'objectif du gouvernement était de réduire le nombre de fonctionnaires pour faire des économies. C'était d'ailleurs une promesse de campagne de Nicolas Sarkozy : remplacer seulement un fonctionnaire sur deux pour réduire la dette de l'Etat. En 2008, un fonctionnaire sur trois ne sera pas remplacé. En 2009, ce sera un sur deux.

Un plan de valorisation pour Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée

Quelques minutes après les propos de la ministre de l'économie, Claude Guéant, qui était invité au "Grand Jury de RTL", est contraint de rectifier le tir. Plutôt que de parler de plan de rigueur, terme trop négatif, il préfère insister sur l'aspect positif de la réforme. Il préfère parler de "plan de valorisation" car "il faut aussi récompenser les fonctionnaires, sur le plan social, sur le plan de la rémunération". En réalité, tous deux parlent de la même chose. Au cours de la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy avait fait la promesse de réduire le nombre de fonctionnaires pour diminuer la dette et mieux les payer. Par exemple, la suppression d'un poste d'enseignant permet à l'Etat d'économiser plus de 25 000 euros par an. Sur 25 000 euros, la moitié doit servir à mieux rémunérer les autres fonctionnaires, l'autre moitié à rembourser la dette de l'Etat.
Il s'agit donc bien d'un plan de rigueur (réduire les dépenses en diminuant les effectifs de la fonction publique) accompagné d'une hausse du pouvoir d'achat pour ceux qui restent.

Quand Fillon se débat avec la langue de bois

Le Premier ministre a tenté de mettre un terme à ce début de polémique en expliquant sur France Inter qu'il n'y avait "pas de plan de rigueur" pour aussitôt affirmer que le gouvernement devait faire un "effort constant pour réduire la dépense de l'Etat". C'est la définition même de "rigueur". Mais François Fillon s'est enfoncé encore davantage dans la langue de bois en poursuivant : "Christine Lagarde est ministre de l'Economie, elle a raison de dire qu'il faut de la rigueur dans la gestion (...) Plan de rigueur et rigueur, ce n'est pas très différent".
Moralité, il y a bien un plan de rigueur, les réductions du nombre de fonctionnaire seront beaucoup plus fortes l'an prochain, mais il ne faut pas le dire.

Christine Lagarde, une habituée des cafouillages ?

Ce n'est pas la première sortie de ce type de Christine Lagarde. En juin 2005, alors qu'elle venait tout juste d'être nommée ministre déléguée au commerce extérieur dans le gouvernement Villepin, Christine Lagarde avait donné une interview à la radio en faisant preuve d'une franchise déconcertante pour le monde politique. A propos du droit social français, elle l'avait notamment qualifié de "compliquer, lourd, comme étant un frein à la croissance". Elle s'était alors attirée les foudres du Premier ministre.

*** Liens

Encyclopédie
- Quelle est la durée de vie d'un Premier ministre en politique ?
- Quelle est la durée de vie d'un ministre en politique ?

Le gouvernement Fillon
- François Fillon, un Premier ministre fantôme
- Alain Juppé, le ministre démissionnaire
- Jean-Louis Borloo, un ministre recyclé
- Rachida Dati, une ministre de la justice trop autoritaire ?
- Rama Yade et Fadela Amara, les nouveaux visages du gouvernement
- Le difficile redécoupage ministériel entre Kouchner, Hortefeux et Alliot-Marie

Vidéos en ligne
- L'annonce du gouvernement Fillon
- Les propos ambigus de Christine Boutin sur le 11 septembre
- Conférence de presse : quand Kouchner s'emporte...
- Les excuses de Bernard Kouchner auprès du Premier ministre irakien
- Eric Besson critiquait Sarkozy

Commentaires