Le business de la misère : les sous-traitants privés du SAMU social gagnent 11 millions d'euros par an

Enquete · 3 mar. 2015 à 12:01 · Commentaires 0

Business de la misère

Le SAMU social de Paris n'arrive plus à gérer le service d'hébergement d'urgence. En dix ans, le nombre de chambres nécessaires est passé de 2 000 à 30 000. Ces demandes proviennent du 115 et de la Coordination de l'accueil des familles demandeuses d'asile et de plusieurs associations humanitaires. Au total, ce sont plus de 500 hôtels qui sont utilisés pour cet hébergement d'urgence. Oui, mais voilà. Le SAMU social n'arrive plus à gérer ces chambres d'hôtel et a donc recours à des sociétés privées externes pour gérer les réservations.

Le "booking" du pauvre

Des sociétés privées pour réserver des chambres pour pauvres ? Selon Le Monde, plusieurs prestataires assurent ce travail de réservations. Au total, ces sociétés "s'occupent de la moitié du stock de chambres réservées". Gain estimé ? "Chaque nuitée leur rapporte 2 euros en moyenne, selon les calculs du SAMU. Soit au minimum 11 millions d'euros par an", ajoute le quotidien. 11 millions d'euros simplement pour réserver des chambres ? Pour limiter ce business de la misère, le SAMU social réclame des embauches afin de gérer, en direct, la gestion de ces chambres d'hôtel.

Des chaînes hôtelières profitent aussi de ce business

Autre piste d'économies : le développement d'un logement alternatif aux chambres d'hôtel. Car ce business florissant est une vraie manne financière pour les enseignes privées : "En banlieue, de nombreux établissements ont changé de clientèle et ont ainsi pu assurer leur avenir, explique Le Monde. Les hébergés du 115 assurent un remplissage quotidien. Même les chaînes comme Formule 1, Balladin et Monotel s'y sont mis. Dans certaines chaînes hôtelières, les pauvres sans abri occupent 50 % des chambres louées..."

Pour éviter ce business, les associations pourraient directement gérer des logements alternatifs. Le 3 février, la ministre du Logement, Sylvia Pinel, a ainsi annoncé "un plan triennal de réduction des nuitées hôtelières avec la création de 13 000 places dans des dispositifs alternatifs. 105 millions d'euros seraient ainsi basculés du financement des chambres d'hôtel vers ces nouveaux hébergements". Un premier effort qui sera sans doute insuffisant, vu l'explosion du nombre de demandes en hébergement d'urgence.


*** Source
- Sylvia Zappi, "Le SAMU social victime de ses prestataires", Le Monde, 28.02.2015

Samu social Le Monde



_____________________________________________________

Banque Afrique

>> Les banques françaises continuent de spéculer sur la faim

La femme de Manuel Valls

>> Selon le Canard enchaîné, Manuel Valls faisait systématiquement évacuer les SDF proches de son domicile

Aide au développement

>> La France a réduit de 10% son aide aux pays pauvres contrairement à la promesse de François Hollande

Aide alimentaire

>> L'Union Européenne a diminué de 30% l'aide alimentaire aux plus démunis

Conférence sociale de Hollande

>> Conférence sociale de Hollande : le représentant des précaires gagnait 300 000 euros par an

logo-500000.jpg

>> Pôle Emploi : un logo à 500 000 euros et une organisation interne à 16 millions d'euros

Pole emploi cocktail

>> Pôle emploi a dépensé 53 773 euros dans un cocktail dînatoire pour ses cadres et ses salariés

fichier Cosmos en Seine-Saint-Denis

>> Dans le département de Seine-Saint-Denis, les pauvres sont recensés dans un fichier baptisé "Cosmos"... en toute illégalité

_____________________________________________________
Newsletter : recevez nos infos chaque matin à 7h dans votre boite mail

Commentaires