Eric Woerth a son propre parti politique : sans adhérents mais avec de multiples financements

Brèves · 29 juin 2010 à 22:09

Parti caché d'Eric Woerth

Dans l'affaire Bettencourt, Éric Woerth est au coeur de la polémique et la nouvelle découverte de Mediapart ne risque pas d'arranger sa situation. Selon l'enregistrement pirate du maître d'hôtel de la milliardaire, Liliane Bettecourt aurait fait trois autorisations de paiement, le 4 mars 2010 de 7500 euros chacun à Valérie Pécresse, Nicolas Sarkozy et Éric Woerth. Toutefois, les versements à un candidat lors d'une élection sont plafonnés à 4 500 euros et en mars dernier, hormis Pécresse, les autres bénéficiaires de ces sommes versées n'étaient pas candidats aux Régionales. À moins que...


Patrice de Maistre, interrogé sur ces versements, a expliqué d'abord que Liliane Bettencourt avait donné « 10 000 euros pour la construction d'un auditorium ». Quelques jours plus tard, le 20 juin, son avocat contredit cette première version dans le JDD affirmant que Bettencourt n'avait donné que 7 500 euros sans donner plus d'explication mais c'est De Maistre qui s'en charge dans Le Figaro du 25 juin : la milliardaire aurait soutenu la campagne d'Éric Woerth pour les Régionales.


Pourtant Woerth ne s'est pas présenté aux régionales. Mediapart a mené son enquête et a découvert que le ministre du Travail possède un parti, agréé seulement en Picardie : « Association de soutien à l'action d'Éric Woerth », qui ne compte depuis sa création en 2008 aucun adhérent. Usant du droit de tout citoyen à avoir accès aux documents administratifs, le site s'est procuré les comptes du parti d'Éric Woerth auprès de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. Pour l'année 2008, y aurait eu 45 000 euros de liquidités et un bénéfice de 19 650 euros provenant de « dons de personnes physiques ». Mieux, quatre versements de la part de l'UMP (3 000 puis 5250 euros en mai 2008, 3000 euros en décembre 2008 et 55 000 euros en janvier 2009) prouverait, selon le site que « Éric Woerth, trésorier du parti présidentiel, s'arrange pour que l'UMP finance un parti politique local à son service ».

Interrogé sur l'existence et le financement de ce parti, le ministre n'a pas voulu répondre à Mediapart.


Page Vue sur Mediapart.fr

Woerth sur Mediapart

*** Liens

La vie politique est remplie de petits partis
- Pourquoi la France compte-t-elle plus de 230 partis politiques ?
- Sarkozy a le soutien de l'UMP et de deux autres partis fantômes
- Villepin avait déjà créé son parti politique en 2006, juste avant la présidentielle

BONUS : Le financement du Nouveau Centre : une enveloppe de 900 000 euros en provenance de Papeete

Nouveau centre, un parti polynésien ?

_____________________________________________________
Quiz : Quelle femme politique a changé le statut de son parti politique pour éviter le plafonnement des dons ?

Commentaires