Revue de presse du 14 juin 2007 : Fillon/Royal, la difficulté à réformer et à faire bouger les lignes

Enquete · 14 juin 2007 à 11:19

Fillon et Royal

Les changements de la vie politique se font rarement dans la sérénité, qu'ils s'agissent de réformes ou de changement de stratégie politique. Illustration dans la presse du jour avec la présentation des réformes de François Fillon et les difficultés de Ségolène Royal après son appel au centre.

Nicolas Sarkozy et François Fillon veulent aller vite et faire toutes les réformes en même temps. Plusieurs ont déjà été annoncées comme celle sur les Universités. Mais leur mise en place ne sera pas facile comme le souligne Le Monde qui titre en Une : "La réforme des universités promet un débat passionné". Pour résoudre la crise de l'enseignement supérieur (des effectifs qui explosent, un taux d'échec qui augmente et des financements insuffisants), le gouvernement n'a qu'une seule stratégie : l'autonomie. Les Universités seraient plus autonomes pour définir leur politique, pourraient avoir recours à des financements privés, choisir les enseignants et définir leur propre politique d'orientation des étudiants. Mais tous ces sujets sont sensibles et la mise en œuvre d'une réforme sera difficile.
Dans le domaine économique, plusieurs annonces ont déjà été faites : hausse des heures supplémentaires, TVA sociale, relance de la demande mais aussi politique de l'offre en allégeant les charges sur les entreprises pour qu'elles soient plus compétitives. Des réformes qui vont toutes dans le bon sens selon la présidente du MEDEF qui a accordé une interview au Figaro.

Si réformer est difficile, faire bouger les lignes dans l'opposition l'est tout autant. "Tous contre Une" titre Libération. La main tendue de Ségolène Royal au MoDem de Bayrou a suscité une levée de bouclier au sein du Parti Socialiste. De nombreux dirigeants dénoncent cette stratégie d'ouverture au centre qui remet en cause l'Union de la gauche qui date de 1972. Depuis plus de 30 ans et l'avènement de François Mitterrand, le PS fonde sa stratégie de conquête du pouvoir sur une alliance avec les communistes, les Verts et les Radicaux de gauche. Ce rassemblement des forces de gauche a permis aux socialistes de gagner les élections présidentielles de 1981 et 1988.
L'effondrement du PC et des Verts remet en cause cette stratégie dans la mesure où jamais la gauche n'aura été aussi faible dans la société, moins de 40% des voix au premier tour de la présidentielle. Le PS n'a plus de réserves de voix sur sa gauche pour espérer remporter les seconds tours. La refondation du PS vers une ligne social-démocrate et l'alliance avec le centre apparaissent inéluctables. C'est ce que cherche à faire Ségolène Royal mais ce changement de ligne politique sera difficile à opérer en raison des réticences des partisans de l'Union de la gauche.

Les titres du jour

Les points de vue sur la réforme de l'Université
- Le Monde : Comment revaloriser l'enseignement supérieur ?
- Le Monde : Changer la loi ne suffit pas
- Le Figaro : Réformes Fillon, l'interview de Laurence Parisot

- Le Monde : Ségolène Royal feint d'ignorer les "zizanies" au PS
- Libération : Avec Royal, les éléphants rompent énormément

Retour sur...

Les réformes du gouvernement
- Sarkozy : l'illusion de réformes rapides
- Le casse-tête de la hausse des heures supplémentaires
- Le point sur les réformes fiscales
- La réforme de la carte scolaire
- La question du service minimum
- Economie : des promesses souvent intenables

La crise à gauche
- Législatives : une vague bleue liée à l'affaiblissement de la gauche
- Les proches de Ségolène Royal en difficulté
- Le coup de gueule de Ségolène Royal contre l'information de France 2
- La stratégie de Ségolène Royal au PS
- Ségolène Royal, les raisons d'une défaite qu'elle ne reconnaît pas

Vers une alliance PS/MoDem ?
- Ségolène Royal cherche le Centre
- Bayrou/Royal : la construction d'un courant social-démocrate
- Bayrou/Royal : un débat de qualité sur des questions de fond
- Socialisme et social-démocratie : vers un rapprochement ?

Commentaires