Revue de presse du 28 mai 2007 : Service minimum pour tous ?

Enquete · 28 mai 2007 à 10:04

Service minimum pour tous ?

Aujourd'hui, la presse fait le service minimum sur l'actualité politique. Libération fait sa Une sur la palme d'or, Le Figaro sur Georges Bush. En revanche, le Parisien consacre sa Une au rôle du député dans la démocratie française, et Le Monde s'intéresse aux modalités d'application du service minimum voulu par Nicolas Sarkozy.

Le rôle des députés

"Député, vous lui demandez tout !" titre Le Parisien. S'il y en a qui ne font pas le service minimum, ce sont bien les députés. Ils auraient même tendance à en faire trop. Les députés siègent à l'Assemblée Nationale et exercent le pouvoir législatif : ils votent, amendent et proposent des lois. Mais Le Parisien évoque un autre aspect du rôle des députés : élus d'une circonscription, ils sont de plus en plus sollicités à l'échelle locale par leurs électeurs pour des demandes diverses et variées : logement, travail, crèche. Les permanences des députés deviennent des "agences de placement ou le bureau des pleurs". Cette confusion des rôles est exploitée par les députés eux-mêmes qui s'assurent ainsi une réélection confortable. Mais le système dérive : les représentants de la nation agissent de plus en plus en VRP de leur circonscription et les députés ne peuvent pas être à deux endroits à la fois, à l'Assemblée et sur le terrain.

Le service minimum

"Service minimum : Nicolas Sarkozy se contenterait d'une loi cadre" titre Le Monde. Le président de la République a fait de cette loi un symbole : le service minimum a souvent été promis mais jamais réalisé. Le principe est simple : assurer dans les transports un service le matin et le soir en période de grève pour permettre aux salariés d'aller au travail. Au cours de la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy avait également évoqué le service minimum à la poste et à l'éducation nationale. Finalement, les négociations avec les partenaires sociaux ne porteront pour l'instant que sur le service minimum dans les transports.
Nicolas Sarkozy veut éviter de passer en force. Il pourrait promulguer une loi-cadre, c'est-à-dire une loi demandant aux partenaires sociaux de négocier pour mettre en place un système d'alertes afin de prévenir tous conflits. Ce système privilégierait le dialogue au rapport de force. Au lieu de faire grève pour se faire entendre, les salariés pourraient d'abord négocier avec le patronat.
Toutefois, si le système d'alertes ne fonctionne pas, le chef de l'Etat veut un service minimum, mais les syndicats refusent ce qu'ils considèrent comme une atteinte au droit de grève.

*** Liens

- Les réformes fiscales de Nicolas Sarkozy
- Le président accélère le calendrier des réformes
- Sarkozy cumule les rôles et les mandats
- Organisation d'une grande conférence sur l'environnement

Commentaires