Revue de presse du 12 juin 2007 : Royal cherche le centre, Hortefeux le visite

Enquete · 12 juin 2007 à 10:52

Les centres

Quand deux thèmes de l'actualité politique se télescopent, cela donne des Unes différentes mais un titre de revue de presse commun. Aujourd'hui, il est question du centre politique, et du centre de rétention administratif. Ces centres ne sont pas de même nature mais ont comme point commun de figurer tous deux en Une de la presse aujourd'hui.

Royal cherche l'ouverture politique...

"Le forcing au centre" titre Libération. Ségolène Royal a laissé un message sur le portable de François Bayrou pour qu'il lance un appel aux électeurs du MoDem afin qu'ils soutiennent les candidats socialistes présents au second tour des législatives. Cette stratégie de l'ouverture au centre, commencée pendant le deuxième tour de la présidentielle, suscite toujours autant de critiques à gauche, parmi ceux qui défendent l'ancienne Union de la gauche, c'est-à-dire l'alliance exclusive du PS avec le Parti Communiste et les Verts. Pour bon nombre de socialistes, l'alliance avec Bayrou est contre-nature.
Pourtant, du point de vue de l'arithmétique, les candidats socialistes auront besoin du MoDem de Bayrou, à commencer par Dominique Strauss-Kahn dans une posture délicate dans sa circonscription de Sarcelles.

Hortefeux se montre ferme sur le regroupement familial

"La loi coup de frein" titre Le Figaro. A la Une du quotidien de droite, on trouve Brice Hortefeux et François Fillon dans un centre de rétention administratif. Le ministre de l'immigration et de l'identité nationale va présenter son projet de loi destiné à durcir les conditions de regroupement familial. L'objectif affiché est de réduire les flux migratoires.

Aujourd'hui, un immigré qui a obtenu des papiers légalement peut faire venir sa famille au nom du regroupement familial. La droite a décidé de restreindre ce droit pour limiter l'immigration. Parmi les critères retenus, la maîtrise du français devient obligatoire. Si sur le principe, ce critère paraît clair, ce sera beaucoup plus compliqué de l'appliquer. Le gouvernement prévoit de soumettre l'obtention d'un visa pour un étranger à la condition que celui-ci ait suivi une formation en français. Or, le droit européen fait du droit de la vie en famille un principe inaliénable. En clair, la France n'a pas le droit d'empêcher un regroupement familial. Pour contourner cette règle, l'administration pourrait traîner pour délivrer un visa à ceux qui n'auront pas suivi cette formation. Et voilà comment la lenteur administrative devient une arme politique pour contourner des règles européennes.

En matière de politique d'immigration, si les objectifs affichés de la droite paraissent clairs, les modalités d'application se révèlent complexes. Depuis 2002, la droite en sera à sa troisième loi sur l'immigration. Le Figaro révèle que les décrets d'application de la deuxième loi Sarkozy sur l'immigration ont été parmi les derniers signés et que la politique de quota n'a pas encore véritablement commencé. Tout ceci illustre finalement le décalage qui existe entre la parole et les actes, entre la loi française et ce qu'il est possible de faire dans le cadre européen.

*** Liens

- La victoire écrasante de l'UMP est-elle uniquement liée au scrutin majoritaire ?
- La victoire de la droite et de l'abstention
- Le coup de gueule de Ségolène Royal contre l'information de France 2
- Les résultats du premier tour des élections législatives et les réactions
- Bayrou, la stratégie de l'isolement
- Bayrou/Royal : la construction d'un courant social-démocrate ?

Commentaires