Revue de presse du 7 juin 2007 : Fin de carrière pour Le Pen et début de présidence pour Sarkozy

Enquete · 7 juin 2007 à 09:23

Fin de carrière pour Le Pen

En 2002, Jean-Marie Le Pen avait empêché le candidat socialiste de figurer au second tour. Depuis cette date, Nicolas Sarkozy en a fait sa principale cible, certain que pour que la droite puisse l'emporter en 2007, il fallait affaiblir le Front National. Nicolas Sarkozy s'est opposé à Jean-Marie Le Pen en l'affrontant à deux reprises à la télévision en 2002 et 2003 dans l'émission de France 2, 100 minutes pour convaincre. Lors de la campagne de 2007, il s'est attaché à reprendre les thèmes du FN un par un : sécurité, immigration, identité nationale. Après plus de 20 ans d'ascension, Jean-Marie Le Pen a connu un effondrement lors de l'élection présidentielle de 2007 avec un score de 10% contre 16% en 2002.

La fin de Le Pen

Aujourd'hui, la presse revient sur ces deux destins croisés. "Le Pen, la fin" titre Libération. A 79 ans, l'échec du leader frontiste sonne la fin de sa carrière politique. Même s'il s'accroche au pouvoir en se représentant à l'automne à la direction du FN pour mener la bataille des européennes en 2009, Jean-Marie Le Pen apparaît comme un homme politique vieillissant et voit son parti sombrer lors des élections de 2007. Avec 10% des voix, Jean-Marie Le Pen enregistre son plus mauvais score à une présidentielle depuis 1988. Mais la chute n'est pas terminée. Aux élections législatives, le FN est crédité de 6% d'intentions de vote.
Nicolas Sarkozy est le principal responsable de cette chute du Front National en ayant réussi à s'approprier ses thématiques (immigration, sécurité, identité nationale) quitte parfois à heurter une partie de l'opinion qui accuse Sarkozy de s'être lepénisé.

Le début de l'ère Sarkozy

"Sarkozy a besoin d'une large majorité pour réformer en profondeur" titre Le Figaro. Pour la première fois depuis son accession à l'Elysée, le nouveau chef de l'Etat a donné une interview à un quotidien. Tous les thèmes d'actualité ont été abordés : son bilan du premier mois à l'Elysée, ses relations avec François Fillon, la dette, les réformes engagées (justice, fiscalité), les contestations de son camp notamment à propos de la nomination d'une personnalité de gauche comme président de la commission des finances à l'Assemblée, la révision du mode de scrutin avec l'instauration d'une dose de proportionnelle, la réunion du G8, le traité simplifié de l'Union Européenne, les négociations pour libérer Ingrid Betancourt.
Il est également revenu sur sa politique d'ouverture au centre et à gauche. Il souhaite pouvoir nommer d'autres personnalités de gauche aux postes de secrétaire d'Etat. Il espère également obtenir une large majorité aux législatives. L'objectif affiché ne serait pas les pleins pouvoirs avec une majorité écrasante mais de tenter de réunir le plus grand nombre pour travailler à la mise en place de réforme en profondeur.

Retour sur...

La victoire de Nicolas Sarkozy
- 23ème président de la République française
- Le coup de bluff de Sarkozy sur la rupture
- Les raisons d'une victoire annoncée
- Un gouvernement de rupture, d'ouverture et de parité
- Nicolas Sarkozy en chef de campagne et de gouvernement

L'échec du Front National
- Mathématiquement, Le Pen ne pouvait pas être au second tour en 2007
- Les comptes du FN dans le rouge après les législatives ?
- Décryptage du vocabulaire d'extrême droite
- La banalisation de Le Pen dans les médias

Commentaires