Le Pen et les médias : quand les journalistes deviennent complices d'une banalisation de l'extrémisme

Thematiques · 7 mar. 2007 à 13:03

Le Pen et les médias

Lundi 5 mars 2007, Jean-Marie Le Pen était l'invité de France Inter. La veille, il avait participé à l'émission de M6 « 5 ans avec... ». A chaque fois, le leader d'extrême droite a expliqué son programme tout en commentant l'actualité. Dans une démocratie, chaque candidat doit pouvoir s'exprimer. Mais il y a quelques années, la venue de Jean-Marie Le Pen dans une émission de télévision ou de radio s'accompagnait de précautions d'usage. Débatteur redoutable, habitué des dérapages verbaux à connotation antisémite et raciste, le leader d'extrême droite se voyait confronter à des journalistes plutôt offensifs qui avaient le souci de ne pas le laisser développer un argumentaire extrémiste. Il exprimait ses idées mais les journalistes lui répondaient lorsqu'il énonçait des contrevérités manifestes. Toute la difficulté était donc de ne pas offrir une tribune libre à un candidat qui n'était pas comme les autres.
D'ailleurs, en février 1997, Envoyé Spécial avait diffusé un reportage intitulé « Le Pen dans le texte » dans lequel le discours du leader d'extrême droite était analysé en détail afin de réfuter point par point son argumentation.
Depuis 2002 et son accession au deuxième tour de l'élection présidentielle, le leader d'extrême droite bénéficie d'une curieuse bienveillance : les chiffres fantaisistes qu'il avance ne sont plus contestés, ces mesures comme la préférence nationale qui légaliserait la discrimination ne suscitent plus l'indignation. Voici donc une analyse du lien entre Le Pen et les médias : quand les journalistes deviennent complices d'une banalisation de l'extrémisme.

La ritournelle des 500 signatures

Lundi 5 mars 2007, Jean-Marie Le Pen était au micro de France Inter. Il s'est de nouveau plaint de ne pas être officiellement candidat aux élections présidentielles. Il dénonce le manque de courage des maires qui n'ont pas tenu leur promesse de parrainage. Il se dit victime parce qu'il n'a que 5% du temps de parole à la télévision, derrière Marie-George Buffet et Philippe de Villiers. Il s'estime donc lésé. Tandis que l'UMP a déclaré qu'il viendrait en aide au candidat FN pour qu'il puisse participer à la présidentielle, Le Pen remarque que si le parti de Sarkozy le fait, c'est parce qu'il y trouve un intérêt.
Le coup des parrainages est devenu un classique chez le leader d'extrême droite. Le Pen n'est jamais aussi plébiscité par son électorat que lorsqu'il se place en position de victime. Et à chaque fois, les médias s'emparent de ce sujet pour relayer cette image de victime du système. Or, depuis 1988, Jean-Marie Le Pen est présent à toutes les élections présidentielles. En 2002, alors qu'il dénonce sa possible non candidature, il obtient 530 parrainages. Nul doute qu'en 2007, Jean-Marie Le Pen sera bel et bien candidat.

Le Pen et le lobby juif

Dans une interview surréaliste sur France Culture, diffusée le 1er mars, l'ancien Premier ministre, Raymond Barre a défendu Maurice Papon et dénoncé le lobby juif. De tels propos sont sans cesse repris dans les discours antisémites. Mais, sur France Inter, Jean-Marie Le Pen a considéré que Raymond Barre pouvait penser ce qu'il veut et qu'il partage son avis quant à cette idée de lobby juif. De même Maurice Papon a été « un bouc émissaire » puisqu'il n'était que « sous-préfet ». Ainsi, selon Le Pen, « juger toute la politique de l'occupation française en la personne d'un sous-préfet, ça (...) paraît un peu léger ».
Le journaliste aurait pu faire un rappel de bon sens : parler de lobby juif, c'est généralement ce que font les antisémites. Quant à Maurice Papon, il a été condamné pour complicité de crimes contre l'humanité.

Durafour crématoire, la Shoah point de détail de l'histoire, la chasse aux chapons dans le quartier du Marais à Paris : lapsus ou provocation ?

Pour Jean-Marie Le Pen, ces phrases ne sont ni des lapsus ni des provocations mais « des paroles libres d'un homme libre ». Il réclame le droit de pouvoir s'exprimer librement. Il dénonce la haine que les journaux lui adresse. Pour lui, la « chasse aux chapons » n'est pas un propos homophobe, « c'est un clin d'œil » pas du tout haineux, c'est une simple plaisanterie. Le jeu de mot « Durafour crématoire » est également une boutade, rien de plus. Comme la France est une démocratie, il estime légitime de s'exprimer librement sans être censuré mais il regrette que la « liberté [soit] chère en France » puisque son « propos (...) bien innocent sur les chambres à gaz [lui] a coûté 150 millions de centimes ». Il dénonce le fait que ses paroles libres soient condamnées alors que des hommes politiques ne cessent de piller les caisses de l'Etat, ont été responsables du sang contaminé et n'ont pas eu le même traitement.
Propos innocents, clin d'œil, voilà comment Jean-Marie Le Pen présente tous ces dérapages verbaux pour lesquels il a été de nombreuses fois condamné, notamment pour « incitations à la haine raciale ». Le journaliste aurait pu recenser les dizaines de condamnation de Jean-Marie Le Pen depuis les années 1980.

Les chiffres fantaisistes sur l'immigration

Sur France Inter, Jean-Marie Le Pen a déclaré qu'en 30 ans, la France aurait reçu 10 millions d'étrangers et aurait assumé complètement leur subsistance, ce qui pèserait encore gravement sur le budget de l'Etat. De plus, il y aurait entre 400 000 et 500 000 nouveaux arrivants chaque année. Selon lui, il faudrait donc renvoyer dans leur pays tous les immigrés en situation irrégulière ou qui ne s'assument pas financièrement. Grâce à ces mesures, la France sortirait de la crise économique et sociale.
Il est toujours étonnant de voir comment Le Pen peut aligner des chiffres totalement fantaisistes sans qu'on lui dise quoi que ce soit. Dimanche 4 mars 2007, invité de l'émission de M6, il avait également parler de millions d'immigrés. Le journaliste, Bernard de la Villardière avait juste froncé les sourcils sans le reprendre sur le fond. Or, il lui aurait suffi de taper « chiffres de l'immigration » dans google pour accéder aux chiffres officiels de l'INSEE.
Si on reprend ces déclarations sur France Inter : 10 millions d'étrangers en 30 ans. Or, selon l'INSEE, il y avait en 1975, 3 887 460 immigrés sur le territoire. Ce chiffre est passé à 4 306 094 en 1999, soit en quasiment 30 ans, une augmentation de 418 634. Jean-Marie Le Pen a donc grossi les chiffres en les multipliant... par 23. Certes, on pourrait rétorquer que les chiffres de l'INSEE ne tiennent pas compte de l'immigration clandestine, qu'entre-temps des immigrés ont obtenu la nationalité française. Mais, comment justifier un écart de 1 à 23 ? Qui des statisticiens de l'INSEE ou des membres Front National sont les plus qualifiés pour évaluer le niveau de l'immigration ?

Des médias complices de la banalisation de l'extrémisme

En tant qu'invité sur M6, dimanche dernier dans l'émission « Cinq ans avec... », Jean-Marie Le Pen a raconté son enfance, il est filmé en train de donner à manger à ses poissons rouges et il déroule son programme sans quasiment aucune contradiction. Quand il est invité à l'émission de TF1 « J'ai une question à vous poser », il peut défendre la veuve et l'orphelin, expliquer son programme, il ne trouvera sur sa route aucun journaliste politique pour le contredire. Enfin, quand il est invité sur France Inter, il peut avancer des chiffres sans qu'on lui oppose les vraies statistiques.

Par conséquent, le problème n'est pas d'attaquer Le Pen à tout va et de le diaboliser à chaque intervention médiatique mais de ne pas le laisser dire des énormités sans le reprendre. Entre la diabolisation et la tribune libre, il y a un chemin, cela s'appelle la démocratie : une confrontation d'idées lors de débats contradictoires. On n'y est déjà plus tout à fait...

*** Liens

Articles de Politique.net
- Biographie de Jean-Marie Le Pen

Commentaires