Le Pen et le Front National : des comptes dans le rouge après les législatives ?

Brèves · 24 mai 2007 à 17:44

Les comptes du Front National

Avec 10% des voix à la présidentielle, Jean-Marie Le Pen a réalisé son plus mauvais score depuis plus de 20 ans. Le principal responsable est Nicolas Sarkozy. Avec une campagne très à droite, des thèmes comme l'immigration et l'identité nationale, l'insécurité, le nouveau président de la République a littéralement siphonné les réserves de voix du FN. Si l'échec de Jean-Marie Le Pen marque la fin de sa carrière politique, un échec du Front National aux élections législatives mettrait en péril les comptes du parti. Explications.

Le pactole des élections législatives

Suite aux affaires de corruption des années 1980 et 1990, une loi est venue encadrer le financement des partis politiques. Le budget des partis politiques est composé essentiellement de fonds publics, calculés en fonction des résultats à l'élection présidentielle. Concrètement, un parti peut recevoir des subventions s'il présente plus de 50 candidats et réalise plus de 1% des voix. Dans ce cas, chaque voix donne droit à 1,66 euro par an, et chaque élu à 45 398 euros par an pour le parti.

Le Front national financé essentiellement par l'Etat

Si le Front National n'avait pas d'élus en 2002, le parti avait tout de même réalisé 2 879 000 voix, et bénéficiait ainsi d'une somme annuelle de 4 580 000 euros. Cette somme représente plus de la moitié du budget de fonctionnement du Front National, établi à un peu plus de 7 millions d'euro par an. Selon Le Figaro, les cotisations ont rapporté un peu plus de 500 000 euros en 2004 et les dons plus de 700 000 euros. Par conséquent, l'essentiel du budget du FN vient de l'aide publique, donc du résultat aux élections législatives.

FN : de très mauvais sondages pour les législatives

Jean-Marie Le Pen a réalisé 10% des voix lors de l'élection présidentielle. Mais le Front National pourrait réaliser un score encore inférieur aux élections législatives. Les derniers sondages indiquent entre 6% et 8% d'intentions de vote. Certains sondages ont même crédité le FN de 3,5% de voix. Ces chiffres marqueraient un effondrement sans précédant du mouvement d'extrême droite.
Depuis 1986, le Front National a toujours obtenu plus de 10% des voix : 10% (1986), 10,1% (1988), 12,42% (1993), 14,94% (1997), 11,4% (2002.

Des comptes dans le rouge en cas d'échec

Si le Front National s'écroulait à 6% des voix, cela représenterait une vraie perte financière pour le parti de Jean-Marie Le Pen. A titre d'exemple, Le Pen a perdu près d'un million de voix en 2007 par rapport à l'élection de 2002. Avec le même résultat aux législatives, le Front National aurait 1 600 000 euros de subventions en moins par an.
L'heure est donc à la mobilisation pour la campagne et aux petites économies. 80 000 euros ont été investies pour que Le Pen bénéficie d'un jet privé pour cette campagne législative afin de parcourir toutes les régions de France en moins de 3 semaines. Dans le même temps, pour éviter de payer des amendes en raison de la loi sur la parité, le Front National présente 281 hommes et 276 femmes. Les responsables du FN précise bien qu'ils ne le font pas par conviction.
En cas d'échec, le Front National serait amené à vendre son siège à Saint-Cloud. Mais à 78 ans, le vieux leader du Front National veut tenir bon et a déjà annoncé qu'il se représenterait à la direction du mouvement à l'automne prochain.

*** Liens

Articles de Politique.net
- Biographie de Jean-Marie Le Pen
- Le Pen dans le texte : retour sur un reportage, 10 ans après
- Le Pen et les médias : des journalistes complices de l'extrémisme
- Le Pen et le 1er mai : pourquoi l'extrême droite at-elle choisi Jeanne d'Arc comme symbole ?
- Les consignes de vote de Jean-Marie Le Pen depuis 1988
- Mathématiquement, Le Pen ne pouvait pas être au second tour en 2007
- Identité nationale et préférence nationale : un vocabulaire d'extrême droite

Commentaires