Que vont faire Jean-François Copé, Nadine Morano ou Rachida Dati en Afrique ?

Enquete · 11 oct. 2013 à 09:01 · Commentaires 0

L'UMP et l'Afrique

Il y a un mystère africain à l'UMP. Mediapart a constaté que plusieurs cadres de ce parti, notamment Jean-François Copé, Rachida Dati et Nadine Morano, multiplient ces derniers temps les voyages officiels dans des pays d'Afrique notamment au Congo et en Côte d'ivoire. Mais que vont-ils faire là-bas ? Mediapart a osé poser la question taboue.

Rachida Dati au Congo

Photo à l'appui, Mediapart s'est étonné de la soudaine passion de l'UMP pour l'Afrique. Ça commence par Rachida Dati, députée européenne et vice-présidente de l'UMP. Le 17 juillet 2013, de passage au Congo pendant le Festival panafricain de la musique (FESPAM), elle a été reçue par le chef d'État congolais, dans le palais présidentiel. Dans un communiqué que s'est procuré Mediapart," la copéiste explique avoir évoqué avec lui « des sujets de politique internationale » et avoir « salué (son) engagement pour résoudre la crise centrafricaine »". Elle s'est également entretenue avec plusieurs ministres et le président du Sénat. Officiellement, comme l'a rappelé son attaché parlementaire à Strasbourg, Dati était l'invitée du Congo "dans le cadre de son mandat européen".

Dati en Afrique

Copé au Congo et en Côte d'Ivoire

Le 24 juillet 2013, c'est autour de Jean-François Copé de jouer les experts en Afrique. Invité du forum Forbes au Congo, il a fait un discours sur le développement de l'Afrique. Un discours rémunéré : selon Le Journal du dimanche, il aurait perçu 30 000 euros (chiffre que Copé n'a jamais confirmé). Lors de ce voyage au cours duquel il a été logé dans un hôtel cinq étoiles de Brazzaville, Copé était notamment accompagné d'Alain Marsaud, député de la 10e circonscription des Français de l'étranger (Moyen-Orient, sud de l'Afrique).

Copé et l'Afrique


Ce n'est pas la première fois que le président de l'UMP se rend en Afrique. "En moins de deux ans, il est notamment allé deux fois en Côte d'Ivoire (en octobre 2011 et en mars 2013)", relève Mediapart, photo à l'appui. Copé a notamment signé un accord de "coopération et d'amitié" avec le parti du président ivoirien Alassane Ouattara.

Copé Côte d'Ivoire

Nadine Morano en Côte d'Ivoire

Plus surprenant encore, Nadine Morano, qui ne dispose d'aucun mandat national en France, s'est rendue en Côte d'Ivoire du 22 au 28 septembre 2013, "à l'invitation du gouverneur du district de la capitale, Robert Beugré Mambé, indique Mediapart. Au programme (officiel) : entretiens avec des ministres, participation au 3e forum du Réseau international des femmes (RIF) de Métropolis, rencontre de militants UMP". D'après la Lettre du Continent, citée par Mediapart, "l'ex-ministre était logée dans la suite ministérielle 807 de l'hôtel de luxe Ivoire. Elle s'est entretenue avec le premier ministre Daniel Kablan Duncan, avec le ministre de l'intérieur Hamed Bakayoko, mais n'a pu rencontrer le président Alassane Ouattara, à New York pour l'assemblée générale des Nations unies. Elle a aussi organisé « une petite sauterie » au restaurant La Boule bleue." Actuellement trésorière de l'association des Amis de Nicolas Sarkozy, Morano n'a pas hésité à tweeter elle-même son voyage officiel :

Morano, Côte d'Ivoire

La question taboue

Que vont faire tous ces responsables UMP en Afrique ? Derrière les programmes officiels, certains sites web africains se sont demandés s'il ne s'agissait pas d'un financement politique occulte. "C'est juste une blague, vous savez comment sont encadrées les lois sur le financement politique ?", a rétorqué l'entourage de Copé à Mediapart. De son côté, Morano a botté en touche : "Mediapart est un média avec lequel je ne travaille pas. Pour savoir ce que j'ai dit à Abidjan, lisez la presse ! Je n'ai rien à dire, je m'en fous, voilà c'est la réponse que je fais à Mediapart, ciao !"

Pourquoi autant de soupçons pour des voyages officiels qui sont pourtant médiatisés ? Sans doute parce que Brice Hortefeux avait indiqué sur France info en août dernier qu'il souhaitait une réforme du financement des partis avec "davantage de liberté pour les personnes physiques et les personnes morales de manière à ce qu'elles puissent participer quand elles le souhaitent, comme elles le souhaitent". En clair, supprimer tous les plafonds limitant les dons. "La limitation du financement des partis à 7 500 euros par citoyen est un impératif démocratique qui protège des abus et des dérives", avait répondu le porte-parole du PS. De là à soupçonner l'UMP de chercher des financements africains, il n'y a qu'un pas que Mediapart s'est bien gardé de franchir. Le mystère de ses voyages reste entier.


*** Sources
- Marine Turchi, "Les mystérieux voyages de l'UMP au Congo", Mediapart, 02.08.2013
- Marine Turchi, "Morano soigne à son tour les réseaux africains de l'UMP", Mediapart, 26.09.2013

Morano, réseau Afrique



_____________________________________________________

Les présidents réveillonnent

>> Quand les présidents de la République réveillonnaient en Afrique

Françafrique

>> Qu'est-ce que la "Françafrique" ?

Commentaires