Et si on supprimait la prime individuelle de chauffage des fonctionnaires du Sénat pour économiser 3,4 millions d'euros par an ?

Enquete · 13 déc. 2011 à 23:06

Sénat, chauffage

Dans la série "cherchons des économies", on tombe parfois sur des perles. Selon le magazine Capital, "les fonctionnaires du Sénat sont payés trois fois plus cher que leurs collègues de l'Etat". Comment expliquer un tel écart ? En raison d'une accumulation de primes dont bénéficient ces fonctionnaires bien spécifiques. Un seul exemple : le versement d'une prime individuelle... de chauffage !

Non seulement l'intitulé prête à sourire (y a-t-il des problèmes de chaudière au palais du Luxembourg ?), mais le calcul de cette prime laisse rêveur : elle est indexée sur les cours du pétrole. Comme ceux-ci sont régulièrement à la hausse, il fallait s'y attendre : la prime a littéralement explosé. "Elle est passée de 1500 euros par an en 2000 à 4035 euros en 2011", selon Capital. En la supprimant, l'Etat économiserait donc 3,4 millions d'euros par an.


Autre solution pour éviter un choc éco-thermique : financer cette prime sur la cagnotte du Sénat. Nous vous en parlions le 30 septembre 2008. Le budget de fonctionnement annuel du Sénat est d'environ 340 millions d'euros. Mais la haute assemblée dispose également d'un trésor de guerre caché, une cagnotte constituée notamment par les excédents budgétaires (que le Sénat refuse de reverser chaque année à l'Etat contrairement à l'Assemblée nationale) et surtout par un important patrimoine immobilier. En 2008, cette fameuse cagnotte s'élevait à 1,5 milliard d'euros.


Qu'est-elle devenue depuis ? Elle n'a quasiment pas bougé. Selon le quotidien La Tribune, au 10 novembre 2011, la cagnotte s'élevait à 1,3 milliard d'euros. Pour justifier cette cagnotte, le nouveau président du Sénat, Jean-Pierre Bel, a expliqué que celle-ci servait avant tout à payer les retraites des sénateurs et des fonctionnaires du Sénat. Si les sénateurs ont réformé leur système de retraites (fin de la double cotisation au profit d'un système par points depuis 2011, hausse des cotisations et report de l'âge légal de 60 à 62 ans), le système reste encore très avantageux : "un mandat de sénateur de six ans offre une pension mensuelle de 1 932 euros ; deux mandats, 3 096 euros. La pension moyenne atteint... 4 644 euros", explique La Tribune. Allez, encore un petit effort...



*** Sources
- Etienne Gingembre, "Sommet de l'Etat, 254 millions d'euros d'économies possibles", Capital n°242, décembre 2011, page 64
- Jean-Christophe Chanut, "Nouvelle polémique autour de la "cagnotte" du Sénat", La Tribune, 10 novembre 2011
- Cariès et Suzette Bloch, "La Bataille du Sénat", Robert Laffont, 2011




>> Le Sénat gère une cagnotte de 1,5 milliard d'euros

Sénat, cagnotte d'un milliard d'euros



>> Les élections sénatoriales ne sont soumises à aucun contrôle financier

Les dépenses des Sénatoriales



>>Répartition de la réserve parlementaire : un secret d'Etat bien gardé

Philippe Marini



>> Quel est le salaire d'un sénateur ?

Salaire des sénateurs


_____________________________________________________
- Et si on supprimait le secrétariat d'Etat aux Anciens combattants pour économiser 850 000 euros par an ?
- Et si on supprimait le nouveau secrétariat d'Etat des Français de l'étranger pour économiser 914 000 euros ?

Commentaires