Education : une prime de Noël pour les recteurs... qui suppriment des postes ?

Enquete · 21 déc. 2010 à 23:17

Primes Sarkozy Pécresse

Pour la première année, les recteurs vont être gratifiés d'une prime au mérite. Jusqu'alors, ils recevaient une prime annuelle déjà conséquente de 19 000 euros. Désormais, en plus d'une prime fixe abaissée à 15 000 euros, ils pourront, au vu de « la réalisation des objectifs qui leur seront assignés », bénéficier d'une prime qui pourra atteindre 45% de la part fixe, c'est-à-dire 6 840 euros.


En somme, un bon recteur qui aura atteint les objectifs pourra toucher 21 840 euros, de quoi fêter dignement Noël.

Une mesure défendue par Pécresse et Chatel

Valérie Pécresse a tenu à défendre cette décision : « cette politique [...] cohérente avec celle de l'enseignement supérieur et de la recherche, qui a institué des primes au mérite pour les chercheurs et enseignants-chercheurs ». En effet, les recteurs sont chanceliers des universités.
Et Luc Chatel pour l'AFP de renchérir : « Il ne s'agit pas d'une prime exceptionnelle, ni même de la création d'une nouvelle indemnité, mais il s'agit essentiellement d'un rattrapage, d'une amélioration du régime indemnitaire par rapport à d'autres fonctions de la Fonction publique ».

Une prime pour encourager les supressions de postes ?

Cette prime au mérite paraît surprenante en cette période de rigueur économique. En effet, tandis que le budget 2011 prévoit une réduction des moyens dans les établissements du premier et du second degré, les recteurs, eux, vont bénéficier d'une prime plus importante encore que celle des années précédentes. D'autre part, quels sont les objectifs visés par le ministère pour attribuer cette prime au mérite ? Un bon recteur est-il celui qui est parvenu à appliquer la politique de suppression d'emplois de l'Éducation nationale ? C'est fort probable.
En mai dernier, dans le cadre de la politique de non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, le ministère avait diffusé aux recteurs une douzaine de pistes pour supprimer des postes de 2011 à 2013 notamment en augmentant les effectifs des élèves par classe. Le Monde s'était procuré ce document interne qui n'avait pas vocation à être rendu public. A moins que la prime ait été accordé aux recteurs ayant géré au mieux les enseignants stagiaires issus de la masterisation, c'est-à-dire sans formation ?

Le précédent de 2008 : la prime anti-blocus

En 2008 déjà, le ministère de l'Education avait accordé des primes. Les heureux gagnants avaient été les proviseurs, ceux-là mêmes qui devaient affronter le mécontentement de la base à cause des suppressions de postes. Cette année, les bénéficiaires sont donc les recteurs qui mettent en oeuvre la politique du gouvernement. A quand la médaille pour les militaires-formateurs ?


ASD

*** Liens

- Education : les manipulations du ministère pour supprimer des postes de profs
- Le Sénat retire 4 millions d'euros au public pour financer 250 postes de profs dans le privé
- En 2008 déjà, le gouvernement supprimait des classes dans le public et en créait dans le privé
- Septembre 2010 : Comment le gouvernement fait des économies en fermant les écoles aux handicapés

_____________________________________________________
Quiz : Que faisait Valérie Pécresse pendant le vote du budget 2010 de la région Ile-de-France ?

Commentaires