Des enveloppes d’argent à l’accusation de fascisme : l’affaire Woerth s’emballe

Enquete · 7 juil. 2010 à 22:14

Sarkozy et Woerth

La tension est encore montée d'un cran. Depuis trois semaines, Mediapart multiplie les révélations sur ce qui apparaît désormais comme une affaire d'Etat : l'affaire Woerth/Bettencourt. Lundi, l'ex-comptable de la milliardaire, entendue par la police, a déclaré avoir retiré régulièrement de l'argent liquide (50 000 euros par semaine) pour financer les campagnes électorales de la droite. Nicolas Sarkozy et Eric Woerth auraient bénéficié de ses enveloppes, notamment en 2007 pour financer la campagne présidentielle.

Face à ces nouvelles accusations, l'UMP a décidé de contre-attaquer en dénonçant les méthodes « fascistes » du site internet Mediapart. Quasiment tout le gouvernement a défilé aujourd'hui devant les caméras pour reprendre cet argumentaire manifestement établi par l'Elysée. Le directeur de Mediapart, Edwy Plenel, a décidé de porter plainte contre Xavier Bertrand qui a lancé le premier cette accusation de fascisme. Quant à Eric Woerth (présent hier soir au 20h de TF1), il vient lui aussi de déposer plainte, pour dénonciation calomnieuse.


Retour sur l'emballement médiatique d'une affaire qui devient incontrôlable.

Le nouveau témoin qui relance l'affaire en début de semaine : l'ex comptable, Claire T.

Claire T. est l'ex comptable pour la société Clymène qui gérait la fortune des Bettencourt. Elle a occupé ce poste entre mai 1995 et mai 2008 et a été renvoyée en 2008 car elle n'aurait pas fait le témoignage souhaité par Liliane Bettencourt dans le cadre de la plainte déposée par sa fille.
Mi-juin, les policiers de la sous-direction des affaires économiques et financières de la préfecture de police de Paris, l'avaient mise en examen dans le cadre de l'enquête préliminaire sur les comptes de Liliane Bettencourt. À la suite de cet interrogatoire, rien n'a filtré dans la presse. Mais, lundi 5 juillet, les policiers ont décidé de réinterroger Claire T., persuadés qu'elle devait en savoir plus qu'elle ne le disait. Ils lui ont demandé de remettre les cahiers dans lesquels la comptable consigne depuis 1995 tous les retraits d'espèces réalisés à la demande d'André Bettencourt puis de Patrice de Maistre. Suite à cet interrogatoire, Claire T. s'est rapprochée de Mediapart pour faire part de ses soupçons à l'encontre des arrangements financiers entre les Bettencourt et Sarkozy, soupçons seulement car la comptable n'a aucune preuve tangible, les cahiers des années 2006 à 2008 ayant mystérieusement disparu.

Une enveloppe de 150 000 euros pour la campagne de Sarkozy ?

Claire T. expliqué comment les Bettencourt puis de Maistre, l'homme de confiance de la famille, lui demandaient de gérer l'argent liquide : « Je disposais de qu'on appelle un « accréditif » à la BNP. (...) Cette autorisation me permettait de retirer en liquide 50 000 euros par semaine. Pendant longtemps, je remettais ces sommes directement à André Bettencourt. Puis à partir de 2007, du fait de la dégradation de santé de « Dédé » - c'est comme ça que nous le surnommions dans la maison -, je les confiais à Patrice de Maistre ». Et la comptable d'affirmer qu'une partie de cette somme permettait de financer les politiques de droite. Elle va jusqu'à prétendre que certaines sommes « atteignaient même parfois 100 000 voire 200 000 euros. » C'est dans cet élan de générosité que le candidat à la présidentielle, Nicolas Sarkozy, aurait pu bénéficier d'une enveloppe de 150 000 euros. Claire T. aurait refusé de sortir la somme en liquide demandée par Patrice de Maistre car elle n'en avait pas l'autorisation. Le conseiller financier se serait énervé répliquant : « Mais enfin, c'est pour financer la campagne de Sarkozy ! Je dois donner de l'argent à celui qui s'occupe du financement de la campagne, Éric Woerth. Et 50 000 euros, ce n'est pas suffisant. » Claire T. a certifié avoir désobéi et retiré la somme de 50 000 euros le 26 mars 2007. Selon Le Monde, les policiers ont retrouvé la trace de ce retrait. D'après l'ex-comptable, de Maistre aurait récupéré les 100 000 euros manquants sur un des comptes suisses.

Pour le moment, l'enquête suit son cours mais il apparaît clairement que ni le président ni le ministre du Travail ne pourront continuer longtemps de nier leurs liens avec Liliane Bettencourt. Claire T. assure d'ailleurs que depuis 1983, c'est-à-dire son arrivée à la mairie de Neuilly, Sarkozy était régulièrement invité chez les Bettencourt et qu'il « recevait aussi son enveloppe. (...) C'était un habitué ».

>> Lire l'article de Mediapart

Enveloppe de liquide sur Mediapart

Dépôts de plaintes en série

Dans la journée de mardi, tous les médias ont relayé en boucle les révélations de Mediapart. A ce titre, les Unes successives du Monde.fr donnent le ton de la presse :

Affaire Woerth : les Unes du Monde



Vingt-quatre heures après la publication du nouvel article de Mediapart, le gouvernement a organisé la contre-attaque. Le site est désormais la cible de l'UMP. De Xavier Bertrand (qui a évoqué des « méthodes fascistes ») à Christian Estrosi (qui a parlé de presse des années 1930), tous les responsables de la majorité ont tenté de décrédibiliser le site internet. Le site internet Arrêt Sur Images a réalisé un montage de toutes ces interventions. Le message est clair : feu sur Mediapart. Nadine Morano tient la palme évoquant les "méthodes fascistes de sites internet" et une "collusion politico-médiatico-trotskyste", dans une allusion à peine voilée au passé de militant d'extrême-gauche d'Edwy Plenel.

A cette bataille médiatique s'ajoute une nouvelle bataille judiciaire : Plenel a décidé de porter plainte contre Xavier Bertrand pour cette accusation de fascisme, Eric Woerth va porter plainte contre X pour dénonciation calomnieuse. Et l'affaire ne fait que commencer.

*** Liens

L'affaire Woerth
- Comment Eric Woerth s'est retrouvé au coeur de l'affaire Bettencourt
- Woerth a son propre parti : sans adhérents mais avec de multiples financements
- Woerth savait-il que le fisc avait remboursé 30 millions d'euros à Liliane Bettencourt ?

DOSSIER POLITIQUE.NET : Qu'est-ce qu'un conflit d'intérêts ?

Conflit d'intérêts

___________________________________________
Quiz spécial Enveloppe : Qui a oublié une enveloppe de 4 500 euros à Matignon en 2002 ?

Commentaires