Quand Le Figaro veut démontrer qu'il y a 23 000 profs en trop

Enquete · 15 mai 2008 à 21:21

Profs sans élèves

Les enseignants manifestaient aujourd'hui contre les 11 200 suppressions de postes prévues à la rentrée prochaine. Mobilisés depuis février, les enseignants peinent à se faire entendre. Le dialogue entre Xavier Darcos et les syndicats est inexistant. Ce soir, le chef de l'Etat a annoncé la mise en place prochainement d'un "droit à l'accueil des enfants" en cas de grève. Pour justifier les suppressions de postes, le gouvernement explique qu'il y a moins d'élèves, donc trop de profs. C'est la Une du Figaro aujourd'hui avec un titre choc : "Darcos veut remettre au travail les 23 000 profs sans élèves". Si l'on s'arrête au titre, cette information paraît choquante. Sauf qu'en lisant l'article, on a bien du mal à retrouver ce chiffre...

Revue de presse du jeudi 15 mai 2008

- Le Monde : Plus de 200 000 manifestants contre les suppressions de postes dans la fonction publique
- Libération : Nicolas Sarkozy a annoncé une loi sur le service minimum à l'école avant l'été
- Le Figaro : Ces 23 000 enseignants sans élèves visés par Darcos

Les profs et Le Figaro

Le "dossier explosif" des 23 200 profs qui n'enseignent pas

Le Figaro évoque un "dossier explosif", celui des profs qui sont payés... à ne pas enseigner. Le chiffre avancé est de 23 200. En donnant cette estimation, l'objectif est clair : "laisser entendre aux syndicats et à l'opinion que les élèves ne risquent pas de pâtir du plan d'économie décidé". Oui, il y 11 200 suppressions de postes, mais comme il y aurait 23 200 profs de trop, ça en laisse encore beaucoup qui ne servent à rien.

Où est le chiffre de 23 200 dans l'article ?

Petit souci, on ne trouve nulle part ce chiffre de 23 200. Prenons l'article dans l'ordre :
- "210 000 enseignants ont bénéficié d'une décharge de service pendant l'année 2006-2007".
- "94 000 ont profité d'une heure dite de première chaire".
- "31 000 professeurs de géographie ou utilisant un laboratoire disposaient eux aussi d'une heure pour ranger et organiser leur matériel".
- "les décharges syndicales concernent 3 038 enseignants".
- "une rationalisation du système représenterait près de 30 000 emplois temps plein".
- "On pourrait réduire de 40% les décharges et économiser ainsi 11 800 postes".
- "Les professeurs qui n'ont pas d'élèves [représentent] quelque 11 400 postes".

Voilà tous les chiffres figurant dans l'article ont été cités, mais celui de 23 200 profs en trop n'y figure pas. Vous pouvez prendre les chiffres dans tous les sens, soustraire, diviser, faire la racine carrée, on n'obtient jamais 23 200 profs en trop.
Seuls deux chiffres peuvent être additionnés pour obtenir le titre de Une : les postes économisés en réduisant les décharges et les profs sans élèves. Mais l'addition n'a aucun sens puisque les profs qui bénéficient de ces décharges ont bien des élèves et les profs qui ont 100% de décharges n'existent pas. D'ailleurs, à lire l'article, "une rationalisation du système représenterait 30 000 emplois temps plein". Ce n'est donc plus 23 200, c'est 30 000. L'art de jongler avec les chiffres et d'additionner les choux et les carottes.

Qui sont ces 23 200 enseignants sans élèves ?

Une décharge de service correspond à 1h payée qui n'est pas passée devant élève. Mais alors que font les 210 000 enseignants qui en bénéficient pendant cette heure ? Plusieurs possibilités :
- soit il s'agit d'une heure de "première chaire". En clair, lorsqu'un enseignant à un certain nombre de classes à examen, il bénéficie d'une heure payée, en raison de la charge de travail supplémentaire (organisation d'entraînements type bac).
- soit il s'agit d'une heure "labo". Gérer le matériel demande du temps : s'occuper du "labo", c'est gérer le matériel, s'assurer du bon fonctionnement des ordinateurs, des rétroprojecteurs. Les labos de langue réclament une réelle maintenance.
- soit les enseignants ont une décharge syndicale. Ils sont 3 038 enseignants temps plein dans ce cas-là. Du temps pour militer ? Pas vraiment. Il faut savoir que les premiers interlocuteurs des enseignants qui entrent dans le métier sont les syndicats. Toutes les brochures expliquant le système éducatif, les mutations, les systèmes de points, etc... sont éditées par les syndicats.
L'article du Figaro précise que le gouvernement n'a pas l'intention de toucher à ces 3 038 postes. Quant aux heures de décharge, l'article cite Nicolas Sarkozy qui a refusé l'été dernier de les supprimer : "les bénéficiaires de décharges allaient travailler plus pour gagner moins". Elles sont donc justifiées... même par l'Elysée.

Les 23 200 enseignants sans élèves... n'existent pas

A la fin de l'article, on peut lire "11 400 profs qui n'ont pas d'élèves". Les 23 200 enseignants sans élèves ont donc disparu, il n'y en a plus que 11 400. Il s'agirait des remplaçants et des enseignants qui sont en sureffectif dans leur matière. S'agissant des remplaçants, le chiffre peut surprendre car l'éducation nationale a justement recours de plus en plus aux contractuels (non titulaires) pour assurer les remplacements d'enseignants. En outre, certaines académies, comme celle de Créteil, ont officiellement demandé à des retraités de prendre du service, faute d'avoir suffisamment de remplaçants. Quant aux enseignants en sureffectifs dans leur matière (Le Figaro évoque "l'allemand, l'EPS" entre autres), il faut avouer que ce surnombre est créé artificiellement par le ministère de l'Education lui-même en décidant d'augmenter le nombre d'élèves par classe (lire l'article : "Les manipulations du ministère pour supprimer des postes de profs").

Après lecture et analyse des chiffres, il faut se rendre à l'évidence : les 23 200 enseignants sans élèves n'existent pas... même dans l'article du Figaro.

*** Liens

- Education nationale : les manipulations du ministère pour supprimer des postes de profs
- Bataille de chiffres : y a-t-il 1 professeur pour 11 élèves dans le secondaire ?
- Le gouvernement supprime des classes dans le public et va en créer dans le privé
- Mouvement lycéen : les erreurs stratégiques de Xavier Darcos
- Grève des profs : comment calcule-t-on un taux de grévistes ?

_____________________________________________________
Quiz : Combien a coûté la formation de Xavier Darcos pour s'exprimer dans les médias ?

Commentaires