Qu'est-ce que l'espace Schengen ?

+ net · 20 déc. 2007 à 21:06

Espace Schengen

L'Union Européenne s'apprête à devenir un espace unique de 400 millions d'Européens. Vendredi 21 décembre, neuf états supplémentaires vont appliquer les accords de Schengen, c'est-à-dire abolir les contrôles aux frontières pour permettre une libre circulation des personnes partout en Europe. Cette unification du territoire est symbolique puisque sur les neufs états, huit appartiennent à l'ancien bloc de l'Est. Dix-huit ans après la chute du mur de Berlin, l'Europe retrouve son unité complète. Cette date symbolique doit d'ailleurs être célébrée le long de l'ancien rideau de fer. Tous les postes frontières vont être supprimés dans ces pays de l'Est, de l'Estonie à la Slovénie. Mais, concrètement, qu'appelle-t-on "Espace Schengen" ?

Schengen, un espace de libre circulation

Il s'agit d'un espace de libre circulation des personnes entre les États signataires de l'accord de Schengen, nom de la ville luxembourgeoise où l'accord fut signé le 14 juin 1985. Les accords stipulent que tout individu qui est entré légalement sur le territoire de l'un des pays membres, peut franchir les frontières des autres pays sans subir de contrôles. Il n'y a plus besoin de passeport et les vols aériens entre pays de l'espace Schengen sont considérés comme des vols intérieurs.

400 millions d'Européens sur 3,6 millions de km²

A partir du 21 décembre, l'espace Schengen comprend donc 400 millions d'Européens qui peuvent se déplacer librement sur un espace de près de 3,6 millions de kilomètres carrés incluant l'Union européenne, (à l'exception de la Grande-Bretagne et l'Irlande), plus la Norvège, l'Islande et bientôt la Suisse. Neuf Etats font donc leur entrée dans l'Espace Schengen : Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Slovénie, Slovaquie, République tchèque, Hongrie et Malte. A terme, ils seront rejoints par Chypre, la Bulgarie et la Roumanie.

Un renforcement des contrôles extérieurs

La fin des contrôles intérieurs entre pays membres de l'Espace Schengen s'accompagne d'un renforcement des contrôles extérieurs, surtout pour ces nouveaux pays entrant puisque leurs frontières correspondent désormais aux frontières de l'Union Européenne avec les pays hors-UE. Les nouveaux pays ont du sécuriser davantage leur frontière et aligner leur politique de visa sur celle de l'Union Européenne. Désormais, il n'y a plus qu'un seul et même visa distribué par les Etats membres : le "visa Schengen" est établi selon un modèle type, hautement sécurisé et est valable pour une durée de 3 mois.

Une coopération policière renforcée

Les nouveaux Etats ont accepté aussi de renforcer leur coopération policière avec les autres pays membres. Outre une meilleure communication entre les services, cette coopération implique aussi un droit d'observation transfrontalière, c'est-à-dire la possibilité pour la police d'un pays de poursuivre la filature d'un individu dans un autre pays au-delà de la frontière. Par ailleurs, la base de données SIS (Système d'Information Schengen) va être complétée. Il s'agit d'un vaste fichier de renseignements mis en place depuis 1995 et qui centralise plus de 20 millions de données sur des personnes disparues ou faisant l'objet d'une interdiction de territoire. La base SIS recense également tous les objets volés. Les polices européennes peuvent consulter le SIS 24 heures sur 24 depuis n'importe quel véhicule, poste de police ou de gendarmerie par un terminal portable. A terme, le système devrait évoluer en prenant en compte dans la gigantesque base de données les photographies des individus ainsi que les empreintes digitales et ADN.

La date d'aujourd'hui est donc symbolique. La libre circulation des personnes dans tous les pays membres de l'Union est un facteur d'intégration de tous les peuples d'Europe. L'Union Européenne prend véritablement tout son sens grâce à cette unité territoriale et politique et la possibilité de se déplacer librement sur ce territoire.

*** Liens

- L'Europe a 50 ans : retour sur la signature du traité de Rome en 1957
- Traité européen simplifié : les avancées concrètes et les reculs symboliques
- Traité européen : faut-il un référendum ?
- Turquie : qui doit décider de son adhésion à l'Union Européenne ?
- Europe : le projet de Sarkozy pour sortir de la crise institutionnelle
- Social : état des lieux des retraites en Europe
- Comparatif : des systèmes éducatifs en Europe très variés
- Chirac et l'Europe : petits mensonges et grande légion
- Pierre Moscovici, le spécialiste de l'Europe au PS

_____________________________________________________
Quiz : En France, quel ministère contrôle les administrations qui gèrent l'entrée des réfugiés politiques ?

Commentaires