Un conseil des ministres en Corse hypermédiatisé mais contesté

Enquete · 31 oct. 2007 à 18:30

Le gouvernement en Corse

L'actualité politique est dominée aujourd'hui par la tenue d'un conseil des ministres à Ajaccio. Nicolas Sarkozy souhaite multiplier les déplacements du gouvernement en province pour donner l'image d'un pouvoir exécutif, à l'écoute, proche du peuple. Après la ville de Strasbourg, le deuxième conseil des ministres délocalisé s'est donc tenu en Corse, sous haute protection.

Revue de presse du mercredi 31 octobre 2007

- Un conseil des ministres historique en Corse (L'Express)
- Nicolas Sarkozy en Corse pour séduire une partie des nationalistes (Le Monde)
- Après le conseil des ministres en Corse, le prochain dans les Dom-Tom ? (Libération)

11 ministres et 6 secrétaires d'Etat à Ajaccio

Onze ministres et six secrétaires d'Etat ont assisté au conseil des ministres en présence du président de la République et du chef du gouvernement François Fillon. Manquaient à l'appel : Bernard Kouchner (Affaires étrangères), Brice Hortefeux (Immigration), Eric Woerth (Budget) et Roselyne Bachelot (Santé). Ils ont fait le voyage depuis un Airbus A319 affrété spécialement.

Un conseil des ministres sous haute protection

Des policiers en uniforme sont postés tous les cinq mètres dans les avenues totalement désertées par les habitants et des fouilles systématiques sont pratiquées à tous les accès menant au centre d'Ajaccio. Au total, on estime que plus de 1 500 CRS et gendarmes mobiles ont été mobilisés en renfort. Les forces de l'ordre ont d'ailleurs fait usage de gaz lacrymogène contre des manifestants. L'Elysée refuse de rendre public le coût de ce déplacement et de la mobilisation de tous ces moyens de sécurité.

Manifestations, grèves et dynamite

Outre les manifestations des indépendantistes (environ une centaine), la compagnie Corse Méditerranée a annulé tous ses vols à destination de Paris, Marseille et Nice entre 07h00 et 14h00. Cette grève improvisée avait pour but de dénoncer les propos tenus la veille par Nicolas Sarkozy qui souhaiterait l'installation d'une compagnie aérienne à bas prix en Corse pour aider le tourisme.
Plus grave, la veille au soir, un bâton de dynamite a été jeté vers minuit contre le fourgon de CRS en faction devant l'entrée du domicile du maire de Bastia, Emile Zuccarelli.

Et politiquement, quel résultat ?

Aucune information n'a filtré dans la presse sur les décisions prises lors de ce conseil des ministres. Il s'agit avant tout d'un événement médiatique, symbolique pour la Corse, mais sans réelle retombée politique. Pourtant, Nicolas Sarkozy souhaite continuer ces déplacements hypermédiatiques puisqu'un prochain conseil des ministres délocalisé devrait se tenir dans les DOM-TOM.

Dossier : Les liens cachés entre Sarkozy et la Corse

> Lire le dossier

Dossier Sarkozy et la Corse

*** Liens

- Qu'est-ce qu'un conseil des ministres ?
- Nicolas Sarkozy veut délocaliser plusieurs conseils des ministres
- Qui assure la sécurité du chef de l'Etat ?
- Quelle est la durée de vie d'un Premier ministre en politique ?

_____________________________________________________
Quiz : Quel est le montant de la dette publique en France ?

Commentaires