Revue de presse du 11 juin 2007 : la victoire de la droite et de l'abstention

Enquete · 11 juin 2007 à 12:29

Lourde défaite du PS

Comme prévu, l'UMP obtient une victoire écrasante au premier tour des élections législatives. Toute la presse revient sur les résultats de ce premier tour et la vague bleue.

"L'UMP inflige une lourde défaite au PS" titre Le Monde. Les socialistes savaient que ce serait difficile et ils ont évité l'humiliation en étant en situation de conserver plus d'une centaine de députés. Mais le score de l'UMP est très élevé et promet une chambre "bleu, blanc, bleu" pour reprendre l'expression en Une de Libération.

En réalité, toute la droite a bénéficié de "la dynamique Sarkozy" (Le Figaro). Avec la tenue des élections législatives juste après les présidentielles, l'élection des députés à l'Assemblée Nationale est entièrement influencée par le résultat de l'élection présidentielle. Quelques semaines après la victoire de Nicolas Sarkozy, les électeurs souhaitaient lui donner une large majorité pour qu'il puisse appliquer son programme.

Les titres du jour

- Le Figaro : Vague bleue à l'horizon
- NouvelObs : Le PS appelle au sursaut pour le second tour
- Le Figaro : Le score des 100 candidats qui comptent
- Le Monde : Sept ministres élus dès le premier tour
- Libération : Un désert s'ouvre pour le MoDem
- Libération : Les ralliés du Nouveau Centre raflent la mise
- Libération : Le Front national perd pied
- Le Monde : Les communistes peineront à sauver leur groupe

La victoire de l'abstention

Alors que le 22 avril, la participation a atteint un niveau historique avec une très faible abstention pour une présidentielle, la participation a été la plus faible de l'histoire pour le premier tour de ces élections législatives. Cet écart, à trois semaines d'intervalle seulement, montre les imperfections d'un régime qui s'est présidentialisé avec le quinquennat. L'Assemblée Nationale n'est plus qu'une chambre d'enregistrement qui doit permettre au président de gouverner et d'appliquer son programme. Les électeurs l'ont parfaitement compris ce qui explique qu'ils se soient détournés de ces élections législatives.

Le résultat des principales personnalités politiques de droite

109 députés UMP ont été réélus dès le premier tour contre un seul côté PS. Sept membres du gouvernement ont déjà été réélus : François Fillon (Premier ministre), Jean-Louis Borloo (économie), Xavier Bertrand (travail), Eric Woerth (budget), Hervé Morin (défense), Valérie Pécresse (recherche), Dominique Bussereau (transports).
Quant aux autres ténors politiques de droite, ils sont en situation très favorable pour l'emporter au second tour : Alain Juppé (43,73%), Michèle Alliot-Marie (48,88%), Christine Boutin (49,23%), Roselyne Bachelot (46,87%).

Le résultat des principales personnalités politiques de gauche

Si les réélections de Laurent Fabius (49,87%), François Hollande (44,38%), Jack Lang (39,53%) se feront sans problème, il n'en est pas de même pour tout le monde. Les proches de Ségolène Royal sont notamment dans une situation délicate. Ainsi, Arnaud Montebourg, ancien porte-parole de la candidate socialiste, et Jean-Louis Bianco, ancien directeur de campagne, sont en ballotage défavorable. La situation est également difficile pour Julien Dray, porte parole du PS, mais aussi pour Dominique Strauss-Kahn, en ballotage serré contre Sylvie Noachovitch. Vincent Peillon, que l'on présentait comme la nouvelle génération du PS, a peu de chance de garder son siège de député. Quant à Jean-Pierre Chevènement, il réalise un score très faible dans son ancien fief électoral.

Les résultats en chiffres

UMP/Nouveau Centre : 45,52% des voix
Parti Socialiste : 27,67%
Mouvement Démocrate : 7,76%
Front National : 4,70%
Parti Communiste : 4,51%
Extrême gauche : 3,44%
Verts : 3,25%

*** Liens

- Les dérives du système majoritaire
- Présidentielle/Législatives : un calendrier favorable au 1er vainqueur
- Nicolas Sarkozy en chef de campagne et de gouvernement
- Le Parti Communiste et les socialistes redoutent l'après Législatives
- Bayrou/Morin : MoDem contre Nouveau Centre
- Front National : des comptes dans le rouge après les législatives ?

Commentaires