Anne Hidalgo recase d'anciens élus à la mairie de Paris : retour sur une polémique qui n'a duré que 4 jours

Enquete · 23 juin 2014 à 17:38 · Commentaires 0

Hidalgo recase d'anciens élus

Légales et légitimes : c'est par un simple communiqué que la mairie de Paris a mis un terme à une polémique qui n'aura duré que quatre jours. Les embauches effectuées par Anne Hidalgo sont "légales et légitimes", il n'y a donc pas lieu de les remettre en cause, sauf à vouloir alimenter des polémiques futiles. C'est en substance ce qui ressort de l'affaire sur les recasés de la mairie. Pourtant, à y regarder de plus près, cette polémique pose la question de l'exemplarité en politique.

D'anciens élus sont embauchés par la ville de Paris

Petit rappel des faits : le 4 juin 2014, Le Parisien révèle que la nouvelle maire de Paris, Anne Hidalgo, venait de recaser certains élus de gauche qui viennent d'être battus. "Pierre Mansat, ex-adjoint au maire de Paris chargé du Grand Paris, et Sylvain Garel, ex-président du groupe EELV au Conseil de Paris, travaillent désormais pour Anne Hidalgo. Oubliés les bancs politiques du Conseil de Paris. Désormais, ils siègent au sein de l'administration parisienne", expliquait le journal. Le premier a été nommé sur un poste d'inspecteur général, avec un salaire oscillant entre 7 000 et 8 000 euros par mois. L'autre ancien élu est devenu chargé de mission pour six mois.

Une autre ancienne élue écologiste, Fabienne Giboudeaux, a aussi obtenu un poste : "elle sera chargée de mission auprès du Secrétaire général pour travailler sur les végétalisations innovantes", indiquait le cabinet d'Anne Hidalgo.

Un simple communiqué et la polémique s'arrête

L'article du Parisien est rapidement relayé par plusieurs organes de presse : Le Figaro, Metronews ou encore Le Monde. Des élus de l'opposition s'indignent : "La Ville de Paris n'a pas vocation à se substituer ni à un cabinet des ressources humaines du PS ni à une agence de Pôle Emploi", déclare par exemple le vice-président délégué du groupe UMP au conseil de Paris, Pierre-Yves Bournazel. Hidalgo va-t-elle reculer face à la polémique ? Non. Un simple communiqué viendra éteindre l'incendie : "Ces nominations ont été faites de manière régulière et transparente. Légales, ces nominations sont également légitimes car non seulement elles répondent à des besoins réels de la collectivité mais surtout les personnes retenues ont les diplômes et l'expertise requis. Le seul fait qu'elles aient été élues ne peut les disqualifier pour exercer des fonctions au sein de la Ville". Fin de la polémique, plus aucun organe de presse n'en parlera. La question, pourtant, reste entière : est-il normal que les contribuables de la ville de Paris récupèrent des personnalités recalées par les électeurs ?


*** Sources
- Marie-Anne Gairaud, "Anne Hidalgo recase d'anciens élus en mairie", Le Parisien, 04.06.2014
- T. Quinault Maupoil, "Des ex-élus recasés par Anne Hidalgo à la Ville de Paris", Lefigaro.fr, 04.06.2014
- B. Jérôme, "Hidalgo recase d'anciens élus de la gauche parisienne", Le Monde, 06.06.2014

Hidalgo recase d'anciens élus



_____________________________________________________

Bureau de Bertrand Delanoë

>> Privilèges : l'ancien maire de Paris, Bertrand Delanoë, va conserver un bureau et une secrétaire

Philharmonie de Paris

>> Philharmonie de Paris : comment Delanoë et Hidalgo ont voulu cacher une dette de 151 millions d'euros dans le budget municipal

Logement social près de la BNF

>> La vice-présidente de la région Ile-de-France est logée dans un logement social à Paris

Commentaires