Les caisses du MoDem sont vides : licenciements et doutes sur les capacités d'emprunt de Bayrou pour 2012

Le Canard enchaîné · 17 mai 2010 à 07:58

Bayrou 2012, à l'économie ?

François Bayrou aura-t-il les moyens de se présenter dans de bonnes conditions en 2012 ? Au-delà de la crise électorale que traverse le MoDem - après une succession d'échecs aux dernières élections municipales, européennes et régionales, le parti de François Bayrou traverse une crise financière. Le financement public d'un parti politique dépend de ses résultats aux élections législatives. Or, les divisions des centristes (l'UDF ayant éclaté en deux partis, MoDem et Nouveau Centre) ont entraîné un morcellement des subventions publiques qui leur étaient destinées jusqu'à présent. Pour obtenir une subvention publique, le Nouveau Centre s'est arrangé avec le règlement en s'alliant avec un parti polynésien. Le MoDem n'a pas eu besoin de contourner le règlement, mais avec seulement 3 députés à l'Assemblée nationale, le financement public s'est réduit comme peau de chagrin. Après toute une série de défaites électorales et de désistement interne, le parti est désormais en difficulté financière au point de devoir licencier et de s'interroger sur les conditions d'une candidature de Bayrou en 2012.


C'est ce qu'a expliqué Le Canard enchaîné du 12 mai 2010 :


"Le président du MoDem, François Bayrou, et la sénatrice du Loir-et-Cher Jacqueline Gourault ont dîné, le 5 mai, dans un restaurant vietnamien de la rue de Verneuil à Paris, en compagnie de Michel Mercier, ministre de l'Espace rural et de l'Aménagement du territoire. Des retrouvailles entre vieilles connaissances. Avant d'intégrer le gouvernement, Mercier présidait le groupe centriste au Sénat. Et, malgré sa rupture avec Bayou, il reste son ami et surtout le trésorier du MoDem. Le dîner a été largement consacré aux affaires de gros sous. En manque d'élus, donc de fonds, Bayrou s'inquiète de l'état de ses finances pour 2012. Contraint à un plan de licenciement dans son parti, il redoute de manquer de garanties pour obtenir des prêts bancaires afin de battre la campagne présidentielle". Et Bayrou de calculer qu'avec près de 40 parlementaires, le Nouveau Centre n'aura aucun mal de présenter un candidat à la présidentielle de 2012.

S'il apparaît improbable que Bayrou renonce à une candidature faute d'argent, il se pourrait qu'il opte pour une campagne low cost en cas de prêts bancaires insuffisants.

Source : "Les sous de Bayrou", Le Canard enchaîné n°4672, 12 mai 2010, page 2

Le Canard enchaîné, les sous de Bayrou

*** Liens

- MoDem - Nouveau Centre : la bataille du financement public
- François Bayrou est un agriculteur pour éviter de payer l'ISF
- Internet : quand les partisans de Bayrou récupéraient les noms de domaine du Nouveau Centre

BONUS : Nouveau Centre : un financement public de 900 000 euros venant de Papeete

Nouveau Centre, financement de polynésie

_____________________________________________________
Archives Politique.net : retrouvez quelques articles et brèves du Canard enchaîné

Commentaires

Real Time Analytics