Hausse du budget de l'Elysée en temps de crise : bataille de chiffres et de communiqués

Revue de presse · 16 oct. 2008 à 23:35

Salle des fêtes de l'Elysée

Pendant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy avait promis une plus grande transparence du budget de l'Elysée en permettant à la Cour des comptes d'éplucher les recettes et les dépenses annuelles de la présidence. Les magistrats de la Cour des comptes doivent rendre leur premier rapport l'an prochain. D'ici là, l'Elysée communique aux compte-gouttes son budget 2009. Selon les premiers documents fournis à la presse, le budget serait en hausse de 11,4%. Devant le début de polémique en pleine crise financière, l'Elysée est montée au créneau pour dénoncer ces chiffres.


Depuis deux jours, l'Elysée et René Dosière, spécialiste des questions de budget, se livrent à une bataille de chiffres et de communiqués.

Hausse de 11,4% du budget de l'Elysée : les médias reprennent l'information

D'ordinaire, les questions d'argent sont plutôt taboues quand elles concernent le pouvoir. Mais la promesse faite par Nicolas Sarkozy de rendre le budget de l'Elysée plus transparent est en train de se retourner contre lui. La presse ne s'est pas privée de faire l'écho des premiers documents fournis par l'Elysée pour son budget 2009. Il apparaît que ce budget va augmenter de 11,4%, en passant de 100,8 millions d'euros (budget 2008) à 112,3 millions d'euros (budget 2009). Les principaux postes de dépenses sont en hausse : voyages (+33%), équipements et travaux (+ 11,6%), charges de fonctionnement courant (+ 25%), salaires des collaborateurs contractuels (+20%).
Toute la presse a repris ses chiffres. Il y a eu un premier communiqué de l'AFP mardi 14 octobre. Puis, tous les autres médias ont suivi : Mediapart et Le Figaro le jour même, Rue89 et Le Monde le lendemain. Il faut dire que le Service Après Vente de ces chiffres explosifs a été effectué par le député PS, René Dosière, qui s'est spécialisé sur les questions liées aux dépenses de l'Elysée. Dans un rapport au vitriol intitulé "Le budget de l'Elysée ne connaît pas la crise", René Dosière dénonce une hausse de 11,4% du budget en insistant sur les chiffres les plus marquants, repris en boucle par la presse.

Dépêche AFP sur l'Elysée

Astuce du jour : réévaluer le budget 2008 pour diminuer la hausse du budget 2009

Devant le début de polémique, l'Elysée et la majorité ont contre-attaqué en publiant plusieurs communiqués. Spécialiste de l'exercice, le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, a dénoncé dès mardi soir, dans un communiqué, les "attaques ridicules" de René Dosière. Selon ce proche de Nicolas Sarkozy, le budget de l'Elysée a forcément augmenté depuis l'arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy car "Un président en première ligne, qui ne s'occupe pas que de politique étrangère mais gère quotidiennement les problèmes des Français en donnant le rythme des réformes, cela à un coût".
Du côté de l'Elysée, la riposte est intervenue un peu plus tard avec un double argument imparable, repris par l'AFP : "L'Elysée souligne disposer pour la première fois d'un budget transparent". En clair, si cette polémique a lieu, c'est parce que Nicolas Sarkozy aurait respecté sa promesse de rendre public les chiffres. Et dans un deuxième communiqué, l'Elysée rectifie les chiffres : "Hausse de 2% du budget de l'Elysée et non pas 11%, selon la présidence".
Quels sont les bons chiffres ? En réalité, l'Elysée réussit le tour de passe-passe de diminuer la hausse du budget 2009... en réévaluant à la hausse le budget 2008. En clair, les 100,8 millions d'euros du budget 2008 ont tous été dépensés, l'Elysée va donc demander une rallonge pour cette année. Dans ses calculs, la présidence réintègre pour 2008 9,2 millions d'euros qui ne seront en fait votés que lors du collectif budgétaire, en décembre. De fait, puisque les dépenses 2008 sont plus importantes que prévu, la hausse des dépenses 2009 est automatiquement moins forte. Il faut d'ailleurs noter que Nicolas Sarkozy est devenu le spécialiste des rallonges budgétaires : déjà fin 2007, à la suite de l'élection présidentielle, il avait fallu faire une rallonge de 2,5 millions d'euros et puiser dans les 500 000 euros d'excédents laissés par Jacques Chirac fin 2006 pour boucler les huit premiers mois du mandat de Nicolas Sarkozy.


Dépêche AFP Elysée




Pour dépasser ce tour de passe-passe budgétaire, il faut rentrer dans les détails. Et là, la hausse est manifeste :



> Loyers, télécommunications, frais de fonctionnement : les dépenses de l'Elysée explosent

Salon de l'Elysée



> Les salaires des collaborateurs de l'Elysée ont augmenté de 50% en deux ans

Salon Vert à l'Elysée



> Les voyages de Nicolas Sarkozy coûtent 20 millions d'euros par an

Avion, Sarkozy, Bruni

Commentaires

Real Time Analytics