Rapport Attali : un plan de communication étonnant pour un rapport censé être public

Thematiques · 23 jan. 2008 à 22:32

Rapport Attali

Il y a six mois, Nicolas Sarkozy a proposé à l'ancien conseiller de François Mitterrand, Jacques Attali de réfléchir aux propositions qu'il pourrait lui faire pour « libérer la croissance ». Ce matin, les deux hommes avaient donc rendez-vous à l'Elysée pour la remise des propositions. Attali s'est présenté avec 316 décisions pour changer la France de façon radicale et a aussitôt indiqué au président de la République qu'il devra mettre à exécution toutes ses propositions ou aucune ! Selon lui, c'est un ensemble cohérent et fortement articulé, le gouvernement ne peut y piocher des idées à sa guise. Pourtant, Nicolas Sarkozy s'oppose d'emblée à trois propositions : la dérèglementation des pharmacies, la suppression du principe de précaution et la suppression des départements. Reste à savoir, dans les faits, quelles idées le gouvernement retiendra dans l'espoir de gagner un point de croissance d'ici 2010. Mais d'ores et déjà, Jacques Attali a gagné la bataille médiatique grâce à un plan de communication étonnant pour un rapport censé être un document public. Explications.

Rapport Attali : concurrence, compétitivité, cours d'économie aux écoliers

Que ce soit dans la fonction publique comme dans le privé, Jacques Attali souhaite que tous les domaines soient ouverts à la concurrence. Il sera possible d'ouvrir le marché des taxis parisiens, d'augmenter le nombre des vétérinaires, des pharmacies et de limiter leur monopole aux seuls médicaments sur ordonnance. Tout doit être compétitif : les fonctionnaires seront donc tous soumis à un système d'évaluation qui serait rendu publique. Les usagers aussi pourront eux aussi les noter. La rémunération des fonctionnaires est aussi remise en cause. Les employeurs pourront déterminer eux-mêmes les conditions de rémunération de leurs agents et revoir l'avancement automatique. D'autre part, le rapport envisage de proposer des primes liées à la performance collective et individuelle des fonctionnaires.
Pour que les enfants aient à coeur, adultes, d'être compétitifs, Jacques Attali prévoit de modifier leur socle commun des connaissances en ajoutant des cours d'économie dès la primaire pour « expliquer et distinguer le rôle de la concurrence et des collectivités publiques dans la création des richesses » !

Des conclusions sans concession pour l'enseignement public

Jacques Attali semble fourmiller d'idées mais les conclusions du rapport sur l'enseignement public laissent perplexes. S'il ne l'explicite pas tel quel dans son dossier, on peut facilement se rendre compte que la fonction publique risque d'être mise à mal tout comme le statut de fonctionnaire. A le lire, on douterait que Jacques Attali fut le conseiller privilégié du socialiste Mitterrand.
Ainsi, il propose que les enseignants soient désormais évalués par les élèves eux-mêmes. Proposition plutôt surprenante lorsque l'on sait que depuis quelques années, l'autorité du professeur est en passe de revenir à la mode au détriment de l'élève placé au centre d'un système scolaire jugé défaillant. Ce serait donc les élèves qui noteraient leurs maîtres. Que faire du professeur qui obtiendrait de mauvais résultats de leur part ? Dans le même temps, Jacques Attali propose de développer l'enseignement privé en permettant l'installation d'établissements privés conventionnés dans les quartiers.
Cette mesure est à relier avec la suppression de la carte scolaire. Si les parents n'ont guère l'école de leur choix, ils préfèreront inscrire leurs enfants dans le privé plutôt que dans l'école où personne ne souhaite aller.

Un rapport publié par les éditions XO

Tout en proposant des idées pour « libérer la croissance », Jacques Attali veut aussi accroître son pouvoir d'achat ! Il a donc eu la bonne idée de se mettre en contact avec l'ami et éditeur de Nicolas Sarkozy, Bernard Fixot, des éditions XO, pour publier ses 316 propositions. Pour se faire, Jacques Attali devait tenir secret son rapport et veiller à ce qu'il n'y ait pas de fuite jusqu'à aujourd'hui. Sa méfiance n'a pas empêché le site des Echos de mettre en ligne une première version du rapport. Immédiatement, les éditions XO se sont mises en rapport avec Les échos leur intimant l'ordre de retirer les textes. Dans le même temps, les éditions XO annonçaient qu'elles portaient plainte contre le journal pour vol ! Le problème c'est que ce rapport est censé être public car c'est une commande du président de la République. Comme tous les rapports de cette espèce, il doit être à la disposition de tous. Ordinairement, c'est La Documentation française qui publie et rend publique les textes institutionnels gratuitement. Le mode de publication peut donc surprendre.

Un plan de com' confié à Image 7

Jacques Attali, pour cette mission ordonnée par l'Etat, a fait appel à un cabinet de communication privé, Image 7. Son but est de faire la promotion de ce rapport en générant un maximum de profit. On est loin d'un projet visant simplement à relancer la croissance des Français qui se soucierait de faire d'emblée quelques économies substantielles. Image 7 comme l'Elysée refusent de préciser combien d'argent dispose Attali pour mener à bien son projet. En ce qui concerne la publication du livre chez XO, Image 7 affirme que les droits d'auteur n'iront pas dans la poche d'Attali mais serviront à financer les frais de fonctionnement de la commission ! Depuis quand des commissions mises en place par l'Etat sont-elles financées par des ventes de produits dérivés ?

Le rapport Attali est à peine présenté à Nicolas Sarkozy que les polémiques fusent de tout côté. Pour relancer la croissance, l'auteur de ces propositions prévoit de remettre en cause la fonction publique, d'ouvrir tous les marchés à la concurrence même les moins protégés, d'apprendre aux enfants la compétitivité, de supprimer les départements... Pour obtenir un point de croissance en plus, Attali est prêt à tous les sacrifices, notamment à la remise en cause des fondements même du service public.

*** Liens

- Les blogs de la commission Attali
- Pourquoi la commission Attali veut-elle supprimer les départements ?
- Déficit public : le débat Jacques Attali / Olivier Besancenot
- Pourquoi Nicolas Sarkozy multiplie-t-il les commissions ?

_____________________________________________________
Nouveautés Politique.net du 23 janvier 2008 : moteur de recherche et nouvel habillage bleuté !

Commentaires