Trompettes impayées et retards de paiement : comment le ministère de la Défense ruine un magasin de musique

Enquete · 21 août 2014 à 15:24 · Commentaires 0

Armee musique

Voilà une affaire qui n'a pas fait le ramdam attendu. Selon Mediapart, un magasin de musique est au bord de la faillite à cause de factures impayées par... le ministère de la Défense. "Assignés au tribunal par leur créancier, deux entrepreneurs lillois réclament aujourd'hui 370 000 euros au ministère de la défense, explique le site d'information. Leur motif ? La plupart des clarinettes, trompettes ou violons qu'ils livrent depuis quatre ans aux orchestres de l'armée n'ont toujours pas été payés".

Créé en 2006, le magasin de musique, qui connaît des débuts difficiles, s'est lancé dans le commerce en ligne en 2010. Une bonne idée : par ce biais, "le ministère de la défense lui attribue un marché évalué à 70 000 euros, pour fournir en trombones, trompettes et clarinettes la musique de l'Air de Paris", raconte Mediapart. Seul problème, la livraison effectuée en août 2011 n'est payée qu'un an plus tard. Malgré tout, le magasin continue à livrer l'armée. Et en décembre 2012, c'est le jackpot : "le ministère de la défense s'engage à verser 265 000 euros pour quatorze orchestres de l'armée de Terre et de l'Air". Mais là encore, les services du ministère tardent à payer les factures. "L'exercice 2012-2013 prévoit 230 000 euros de commandes par la « grande muette ». De 15 000 euros la flûte traversière à 400 euros la clarinette. Durant cette période, les litiges se multiplient : une trompette mystérieusement disparue, un saxophone qui n'a pas le bon vernis, un cor dont les coulisses seraient coupantes. Le temps de tout refacturer, les paiements sont reportés", explique Mediapart. Depuis, les gérants de cette société sont régulièrement menacés par leurs créanciers et le magasin est au bord de la faillite.


Un cas qui est loin d'être isolé. En juin 2013, la députée Anne Grommerch indiquait dans un rapport que près de 3 600 PME sous contrat avec l'armée auraient constaté des retards de paiements. Dans le cas du magasin de musique, l'affaire a été "classée sensible" depuis sa médiatisation, bien que l'article de Mediapart n'ait pas été repris par le reste de la presse. Début août, le ministère se serait engagé à verser 130 000 euros prochainement. En espérant qu'il n'y ait pas de nouvelles fausses notes...


*** Source
- Thomas Saint-Cricq, "Trompettes impayées, délais non respectés : comment l'armée ruine une PME", Mediapart, 14.08.2014

Trompettes Mediapart



_____________________________________________________

Pays-bas, paradis fiscal

>> Le ministère de la Défense aime bien les paradis fiscaux

Salaire de Jean-Yves Le Drian

>> Le salaire du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian : 12 176 euros par mois grâce au cumul des postes (ministre de la Défense et conseiller régional)

Le coût des opex

>> Mali, Centrafrique : des interventions militaires qui ont déjà coûté 1,2 milliard d'euros en 2014

Commentaires