Il y a un an, l'Etat dépensait près de 400 000 euros pour surveiller la villa de Christian Clavier

Brèves · 27 juin 2010 à 21:10

Villa de Clavier en Corse

Nous vous en parlions le 16 juin 2009. Le Canard enchaîné avait révélé que la surveillance de la villa de Christian Clavier en Corse avait déjà coûté 400 000 euros à l'Etat. En août 2008, des nationalistes corses avaient envahi la propriété de Christian Clavier à Bonifacio pour protester contre la hausse de l'immobilier et l'installation des "continentaux" sur l'île. La gendarmerie avait été alertée mais les gendarmes n'étaient pas intervenus pour éviter que la situation ne génère. Cette décision avait coûté sa place au préfet, responsable de la sécurité en Corse. Le président de la République, Nicolas Sarkozy, était personnellement intervenu dans cette affaire pour protéger les intérêts de son "ami" Christian Clavier.

Depuis, la villa était surveillée par deux gendarmes mobiles, selon un article du Canard enchaîné de juin 2009, ce qui signifiait la mobilisation de six hommes à plein temps (maladies, permission, etc.). L'hebdomadaire avait estimé le coût de cette surveillance à près de 400 000 euros en dix mois.

Un an après, qu'en est-il ? En mars dernier, Le Parisien nous apprenait que "la villa de l'acteur est désormais à vendre. Le bien, qualifié d'« exceptionnel » par un spécialiste, a été confié à l'agence immobilière du golfe pour un prix inconnu, mais dont les estimations varient autour de 10 millions d'euros".


Tout ça pour ça ! Heureusement pour Sarkozy, l'information sur le coût de cette surveillance n'a jamais été reprise à l'exception de Libération.



>> Lire l'article de l'année dernière

La villa de Clavier




>> A lire également : Les liens cachés entre Nicolas Sarkozy et la Corse

Sarkozy et la Corse

_____________________________________________________
Quiz : Qui a fait agrandir son appartement de fonction en toute discrétion ?

Commentaires