Education nationale : le principal outil utilisé par les élèves est hébergé par Amazon

Enquete · 20 mai 2020 à 12:18 · Commentaires 0

Ma classe à la maison

La classe virtuelle du CNED ? C'est le principal outil utilisé par les élèves, dans le cadre du confinement, pour assurer la continuité pédagogique chère à Jean-Michel Blanquer. Un outil du ministère, censé apporter toutes les garanties pour la protection des données personnelles, quand Google et autres GAFAM sont suspectés de tout aspirer.

Sauf que dans une enquête de Mediapart, on apprend que “La classe virtuelle” du CNED est un outil qui utilise une solution informatique développée par le groupe américain Blackboard Collaborate et hébergée par... Amazon !


Contacté par le site d'information, le Cned confirme que "l'hébergement des solutions Blackboard est assuré par Amazon", ce qui explique que les serveurs ont résisté à la forte affluence de ces dernières semaines. Quid de la protection des données ? "L'utilisation de centres d'hébergement européens par Blackboard est conforme à la réglementation RGPD, explique Mediapart. Mais l'entreprise bénéficie également du certificat Privacy Shield, qui lui permet en théorie de transférer certaines données de l'Union européenne vers les États-Unis". Interrogé sur ce point précis, le CNED assure avoir reçu des "garanties" que Blackboard "ne transférait pas d'informations sans l'accord de son client" et indique que l'entreprise "ne stocke aucune donnée sensible (ni nom, ni mail, ni aucune information sur les élèves)", la classe virtuelle fonctionnant "avec les pseudos des participants". Quant au numérique éducatif made in France, ce n'est pas pour tout de suite a priori...


*** Source
- Mathieu Périsse, "Dans l'Education nationale, le confinement révèle un numérique noyauté par le privé", Mediapart, 05.05.2020

Mediapart Classe virtuelle Amazon



_____________________________________________________

Dividendes du CAC40

>> Malgré la crise, des entreprises du CAC 40 continuent de distribuer d'importants dividendes (dont 7 milliards d'euros pour les actionnaires de Total)

Commentaires