Brasilia, Cancun ou Pékin : des élus d'Ile-de-France voyagent gratuitement grâce au syndicat des eaux usées

Enquete · 14 fév. 2018 à 11:38 · Commentaires 0

Carte du monde

La liste des destinations fait rêver : Mexico, Cancun, Doha, Cuba, Pékin et prochainement Brasilia. Selon Le Canard enchaîné, 13 élus de l'agglomération parisienne (7 LR, 3 PC, 1 UDI, 1 Modem et 1 écologiste) voyagent gratuitement depuis des années grâce à leur activité au sein du syndicat d'assainissement des eaux usées d'Ile-de-France. Et tout est légal !

Le Siaap, 500 millions d'euros de budget, dont 2,6 millions pour la coopération

Connaissez-vous le Siaap ? C'est le syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne. Géré depuis 50 ans par des élus communistes et des élus de droite, le Siaap est donc chargé de retraiter les eaux usées. Et pour remplir cette mission, ce syndicat a de gros moyens : son budget s'élève à 500 millions d'euros par an, lesquels proviennent d'une taxe sur les factures d'eau (environ 60 euros par habitant). Et sur ces 500 millions d'euros de budget, 2,6 millions d'euros sont consacrés à la coopération. La coopération ? Il s'agit des liens entretenus entre ce syndicat des eaux usées avec les autres organisations du même type à travers le monde. Par exemple, le Siaap est systématiquement présent au forum mondial de l'eau. Cette année, il aura lieu à Brasilia. Et c'est là que les élus franciliens interviennent.

Les égouts franciliens, une vraie agence de voyage

Selon Le Canard enchaîné, 13 élus de l'agglomération parisienne, qui sont soit salariés, soit administrateurs de la Siaap, s'apprêtent à décoller mi-mars pour Brasilia, avec une dizaine de fonctionnaires, afin d'assister au 8e forum mondial de l'eau. “Une délégation réduite aurait sans doute pu suffire, mais, comme à son habitude, le Siaap a décidé de dépêcher un bataillon de globe-trotters”, ironise l'hebdomadaire. Oui, car tout ce petit monde va passer huit jours à Brasilia tous frais payés. Et c'est une habitude : “A l'occasion d'autres éditions du Forum mondial de l'eau, nos joyeux excursionnistes ont déjà eu le plaisir de découvrir Daegu (Corée du Sud), Istanbul, Mexico ou Marrakech”, explique Le Canard. Quand ce n'est pas pour assister au forum mondial de l'eau, ces mêmes élus se déplacent pour la Semaine mondiale de l'eau ou le congrès mondial de l'eau à Stockholm ou à Cancun. Et ce n'est pas tout ! Grâce aux conférences sur le climat (les fameuses COP), les élus sont allés à Lima, à Doha ou encore à Varsovie. Tous frais payés, évidemment.

Des voyages qui s'enchaînent à un rythme soutenu

Les grandes conférences internationales ne sont pas les seules occasions de voyager. Le Canard enchaîné a ainsi retrouvé l'agenda du président de la commission coopération du Siaap. Et les heures de vol donnent le tournis : “Il se trouvait au Laos en décembre, à Dijbouti du 2 au 16 janvier, aux Comores du 17 au 22 janvier, et il est attendu à Cuba du 8 au 16 février, puis à Madagascar du 18 février au 8 mars, et à Brasilia le 17 du même mois”, détaille l'hebdomadaire. Et ce n'est pas un cas isolé : d'autres élus se sont rendus à Pékin, à Mexico ou encore à Montréal. Tous ces déplacements sont parfaitement légaux, mais sont-ils nécessaires ? D'après l'hebdomadaire, ces voyages, dont le coût réel est inconnu, ponctionnent une bonne partie des 2,6 millions d'euros consacrés à la coopération.

300 euros de frais professionnels par jour ?

Et si on ne connaît pas le coût exact de ces voyages, on peut en avoir une idée avec l'affaire du voyage à Cuba. Depuis plusieurs mois, une bataille est engagée entre le Siaap et le préfet d'Ile-de-France. Ce dernier conteste une délibération du syndicat autorisant le président de la commission coopération a dépensé 300 euros par jour pour un déplacement à Cuba. Si le préfet conteste cette délibération, c'est tout simplement parce qu'elle est illégale : la loi ne permet pas de dépasser 150 euros de frais professionnels par déplacement. Résultat ? “Sans complexes, la direction du Siaap a sorti illico une nouvelle délibération pour allonger - a prosteriori - le séjour de quelques jours, et éviter ainsi que le président de la commission n'ait à rembourser quoi que ce soit”. L'assainissement des eaux usées mérite bien quelques semaines au soleil...


*** Source
- Hervé Liffran, “Les égouts franciliens cachent une agence de voyages pour élus”, Le Canard enchaîné n°5077, 14.02.2018

Egouts franciliens




_____________________________________________________

Dépenses des élus locaux

>> Cigares, hôtels de luxe et voyages à l'étranger : les élus locaux sont-ils vraiment moins dépensiers que les autres ?

Commentaires