Bernadette Chirac, portrait de l’ex-Première Dame de France

Thematiques · 8 mai 2009 à 19:02

Bernadette Chirac

Bernadette Chirac a connu un parcours particulier. Contre l'avis de son époux et de sa fille Claude, elle est parvenue à se faire une place en politique et à devenir un personnage populaire. Moquée, dans un premier temps, dans la presse et surtout dans les Guignols de l'info, elle a opéré au fil des ans une métamorphose la rendant, aux yeux du public, sympathique.


Cécilia Sarkozy a été la Première dame de France la plus éphémère de l'histoire. Carla Bruni cherche encore sa place à l'Elysée mais participe à toutes les visites officielles du Président de la République. La constitution n'indique aucun statut particulier pour l'épouse du chef de l'Etat et la famille de celui-ci. Pourtant, le conjoint du président de la République est automatiquement sur le devant de la scène. C'est donc à la "première dame de France" de trouver le rôle qu'elle souhaite jouer en fonction de ses envies et de sa personnalité. Portraits de ses femmes de Président.

Série 6/8 : Bernadette et les pièces jaunes

Premières dames de France



Bernadette Chodron de Courcel est issue de la noblesse originaire des Trois-Évêchés (Toul, Metz et Verdun). Elle naît le 18 mai 1933 dans le 16ème arrondissement de Paris au sein d'une famille de trois enfants. Son père, Jean-Louis Chodron de Courcel, est le directeur commercial des manufactures « Jean-Félix Bapterosses et Cie » et de Marguerite de Brondeau d'Urtières, famille anoblie par charge en 1865. Elevée dans la tradition catholique, Bernadette Chodron de Courcelle reçoit une éducation stricte et sévère. Pendant la Seconde guerre mondiale, elle quitte Paris, avec sa mère, pour Agen où elle suit un enseignement catholique. Après avoir obtenu son baccalauréat, elle entre à Sciences Po et y rencontre Jacques Chirac. Six ans après, contre l'avis des parents Chodron de Courcel, le couple décide de se marier.

En 1958, deux ans après leur mariage, les Chirac ont une fille, Laurence, qui, suite à une méningite, sera atteinte d'anorexie mentale. En 1962, ils ont une seconde fille, Claude, qui deviendra la conseillère en communication de son père.

Tandis que Jacques Chirac, dès cette époque, commence sa carrière politique, son épouse reste dans l'ombre, à élever ses enfants. Pour gagner les élections en Corrèze, il descend avec sa famille au complet dans cette région, tous les week-ends pour faire campagne, au grand dam de Bernadette Chirac qui se passerait de cette expédition qui ne l'enthousiasme guère. Finalement, après avoir tenté de se rebeller, elle capitule et obéit à son époux.

Toutefois, sur les conseils de Georges Pompidou, Bernadette Chirac décide de prendre quelque liberté vis-à-vis de son époux devenu ministre. En 1972, elle reprend ses études et passe une licence puis une maîtrise en archéologie à la Sorbonne. Jacques Chirac est furieux mais, elle résiste.

Alors que Jacques Chirac est maire de Paris, son épouse est élue présidente de l'Association pour la promotion des Arts. Elle développe ainsi son carnet d'adresses, fait la connaissance de musiciens et chanteurs de renom international.

A la fin des années 1970, Jacques Chirac est sous l'emprise de deux éminences grises : Marie-France Garaud et Pierre Juillet. Son épouse n'apprécie guère ces deux personnages qui prennent de plus en plus de place auprès de lui. Elle le somme de les renvoyer, estimant que Marie-France Garaud la prend pour une « imbécile ». Suite son échec aux élections européennes, Jacques Chirac cherche des responsables : il se sépare de Marie-France Garaud et Pierre Juillet. Bernadette Chirac réitère dans la presse ces propos concernant Marie-France Garaud, annonçant par-là même qu'il faut se méfier d'elle et que sous ses aspects réservés, elle conseille son mari. Cet acte sera considéré comme la première sortie politique de Bernadette Chirac.

Dès le début des années 1970, elle décide de se présenter elle aussi aux élections municipales : en 1971, elle est élue au conseil municipal de Sarran en Corrèze. En 1977, elle devient seconde adjointe au maire puis conseillère générale de la Corrèze pour le canton de Corrèze. Depuis, elle a conservé son mandat.

Pendant la campagne présidentielle de 1995, Jacques Chirac met de côté son épouse au profit de sa fille Claude qui devient sa principale conseillère en matière de communication. Celle-ci isole clairement sa mère pour donner au candidat une image plus jeune, moins guindée. Une fois élu, Jacques Chirac ne veut pas non plus s'encombrer de son épouse qu'il surnomme « la tortue » et ne souhaite pas qu'elle l'accompagne dans ses sommets et autres rencontres officielles.

Pourtant, Bernadette Chirac demeure à sa place de première dame de France. Elle donne son avis sur la politique menée par le Président, comme en 1997 quand il veut dissoudre l'Assemblée. Elle lui conseille d'y renoncer... Jacques Chirac ne l'a pas écoutée et la gauche a remporté les élections. Occasion pour la première dame de France de s'en prendre à son ennemi Dominique de Villepin qu'elle estime responsable de la situation et qu'elle surnomme depuis « Néron ».

C'est à cette époque que Bernadette Chirac prend de l'assurance et devient un véritable personnage médiatique. Dès 1994, elle devient présidente de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France. Elle reprend également la direction de l'opération Pièces Jaunes destinée à financer des aménagements hospitaliers au profit des enfants hospitalisés. C'est cette opération qui la rend véritablement populaire. Pour médiatiser son action, Bernadette Chirac fait appel à des people comme David Douillet ou la chanteuse Lorie.

En 1998, Bernadette Chirac a fait la une des journaux en invitant Hillary Clinton en Corrèze.

Poursuivant son ascension médiatico-politique, Bernadette Chirac vient en aide à son époux de nouveau candidat à la présidentielle. Elle est la seule auprès de lui à avoir senti la montée en puissance du Front nationale dans l'opinion publique. Elle lui vient encore en aide quand celui-ci demeure silencieux à l'été 2003, pendant la canicule. Le couple est en vacances à l'étranger, en France, les problèmes sanitaires se multiplient. La colère gronde. Pour faire taire toutes polémiques, l'animatrice Evelyne Thomas reçoit sur son plateau Bernadette Chirac entourée de people comme Michel Leeb ou Johnny Hallyday venus défendre le couple présidentiel contre une catastrophe qui, selon eux, ne relève pas de la responsabilité présidentielle.

Depuis le départ de son époux de l'Elysée, Bernadette Chirac poursuit ses différentes actions humanitaires et caritatives. En 2007, à la mort de son amie Claude Pompidou, elle a repris la présidence de sa fondation.

Commentaires