Appartement "gratuit" de Jacques Chirac : la famille Hariri l'avait bien acheté pour lui, selon Le Monde

Enquete · 30 sep. 2019 à 20:00 · Commentaires 0

Chirac, 3 Quai Voltaire à Paris

Il a suffi de quelques phrases, au détour d'une nécrologie, pour avoir le fin de mot de l'histoire. Selon Le Monde, l'appartement occupé gratuitement par Jacques Chirac pendant huit ans, après son départ de l'Elysée, a bien été acheté par la famille Hariri pour l'ancien président. Un achat estimé à 4,4 millions d'euros en 2001.

On peut lire cette information dans un article du Monde, signé Béatrice Gurrey, et publié le 28 septembre 2019, deux jours après la mort de l'ancien président.



Extrait : En décembre 2015, "Son état de santé ne lui permet plus d'habiter le vaste appartement du quai Voltaire, mis à sa disposition par la famille libanaise Hariri, à la fin de son mandat présidentiel, en 2007. Ce somptueux logement de huit pièces, 400 m2 face à la Seine, a suscité une polémique, qu'un communiqué de son entourage, aussi franc qu'à l'ordinaire, a tenté d'apaiser : "M. et Mme Chirac occuperont à titre très provisoire un appartement quai Voltaire qui leur est prêté (...), le temps de trouver leur domicile définitif." Le "très provisoire" va durer huit ans. En réalité, cet appartement a été acheté pour eux, des années auparavant, par l'ancien premier ministre libanais Rafic Hariri (1944-2005). C'était à la veille de la présidentielle incertaine de 2002".

Pour bien comprendre la portée de ce récit, il faut replonger dans le contexte de l'époque de cette affaire que nous avons suivie depuis la création de Politique.net, en 2007.

Un appartement de 396 m² qui n'avait jamais été occupé auparavant

Situé au 3 quai Voltaire, sur les bords de Seine, en face du Louvre, l'appartement de Jacques Chirac faisait 396 m². Selon le document hypothécaire de la Direction générale des impôts, que L'Express s'était procuré en 2009, l'appartement de 8 pièces comportait : "Deux entrées, un office, un séjour, un salon, une salle à manger, cinq chambres, deux cuisines, trois salles de bains, une salle d'eau, un rangement, trois débarras, trois WC, une pièce, dégagements et balcon".

Entre 1990 et 2000, cet appartement était occupé par le groupe de luxe LVMH qui en avaient fait des bureaux. En 2000, le groupe remet en vente l'appartement qui est acheté par un voisin pour 3 201 430 euros. L'année suivante, la famille Hariri, qui souhaite acquérir un bien immobilier dans Paris, créé spécialement une société civile immobilière (SCI), baptisée "3, quai Voltaire" pour acheter l'appartement. Le montant de la transaction s'élève à 4 421 021 euros. En 2009, L'Express a estimé que l'appartement valait désormais entre 6 et 8 millions d'euros. Un bien immobilier de premier ordre mais jamais utilisé par la famille Hariri : aucun locataire n'y a séjourné jusqu'à l'arrivée de Jacques Chirac en 2007.

Un loyer de 10 000 euros par mois... pendant 8 ans et 7 mois

Lorsque Jacques et Bernadette Chirac entrent dans l'appartement du 3, quai Voltaire en mai 2007, ce devait être du provisoire. Dans un communiqué relayé par l'AFP le 24 avril 2007, on apprenait que "compte tenu des obligations qui sont les leurs, M. et Mme Chirac n'ont pas encore eu le temps de trouver leur logement. Ils occuperont à titre très provisoire un appartement quai Voltaire qui leur est prêté par M. Ayman Hariri [l'un des fils du dirigeant libanais], le temps de trouver leur domicile définitif". Du "très provisoire" qui a duré plus de 8 ans et 7 mois (de mai 2007 à décembre 2015), soit 103 mois exactement.

Peut-on estimer le montant du cadeau ? En septembre 2009, Le Canard enchaîné avait estimé le loyer à 10 000 euros mensuel. "La SCI appartient à la famille Hariri, et Ayman n'est que le locataire officiel, avait expliqué un proche au Canard enchaîné. Mais pour éviter toute accusation d'abus de biens sociaux, il paie son loyer au prix du marché". 10 000 euros, soit en 103 mois, une facture de près d'un million d'euros.

Si Le Monde affirme aujourd'hui que l'appartement avait bien été acheté pour Jacques Chirac et sa femme Bernadette, on n'a jamais su pourquoi le président du Liban lui avait fait un telle faveur.


*** Sources
- E. Pelletier et J.-M. Pontaut, "Le (p)résident du quai Voltaire", L'Express, 04.02.2009
- "Le chèque d'Hariri", Le Canard enchaîné n°4638, 16.09.2009
- Béatrice Gurrey, "Le temps du chagrin des dernières années Chirac", Le Monde, 28.09.2019

Le temps du chagrin Chirac



_____________________________________________________

ARCHIVES

Fortune de Jacques Chirac

>> Déclaration de patrimoine : Jacques Chirac plus pauvre en 2007 qu'en 2002

Une du Canard Enchaîné

>> Chirac, une retraite à 30 000 euros par mois

Départ de l'Elysée

>> Les anciens présidents de la République coûtent 5 millions d'euros par an à l'Etat

Commentaires